Reflets d’un banquet

Bruxelles | Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 17 au 28 octobre 2017
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre des Martyrs
Place des Martyrs, 22 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
02 223 32 08

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 4

Reflets d’un banquet

Qui dit Platon ne dit pas forcément platonique, et c’est un spectacle sensuel, une expérience épicurienne de la pensée que Pauline d’Ollone nous propose ici. Au départ d’un texte millénaire, multipliant les anachronismes, transgressant les frontières avec conscience, joie et de façon assumée, le spectacle s’empare du célèbre Banquet de Platon pour lui donner un nouveau souffle tout en gardant sa finesse oratoire. C’est soir de fête. Le jeune poète Agathon, véritable star littéraire de l’époque, invite ses amis pour célébrer le succès de sa dernière tragédie. Il a réuni les plus beaux parleurs de la cité. Et pour clôturer la soirée, un défi est lancé : celui qui fera le plus bel éloge de l’amour gagnera. Qu’est-ce que l’amour ? Est-il divin, ou mortel ? Cadeau des dieux, ou désir de l’homme ? Les joutes verbales se succèdent. Comme cela arrive parfois dans les battles de Hip Hop, le banquet part en vrille, devient un bordel loufoque et magnifique où le trivial côtoie le sublime. Nos fêtards se laissent peu à peu envoûter par cette surenchère de discours qui rivalisent de séduction, de manipulation. Exception faite de Socrate, charismatique et insoumis, qui dans sa quête de vérité, est prêt à tout pour démonter les discours qui se vident de leur sens.
C’est un concours d’éloquence dynamique et dynamité, une drôle de joute verbale dans laquelle chaque personnage A Sa place et son caractère bien à lui. Profondeurs des échanges, infantilisme des règlements de compte, sobriété du jeu, coups d’éclat, danses loufoques et rocambolesques, les scènes se suivent et ne se ressemblent pas. Soumis respectivement aux points de vue de Phèdre, Pausanias, Eryximaque, Aristophane, Agathon, Socrate, Diotime, Alcibiade, les spectateurs sont à chaque fois pris à partie.
On réfléchit sans se prendre la tête. On perd la raison. On la retrouve. On retrouve surtout sa capacité à douter, à exercer son esprit critique, aptitude chère à Socrate et plus que jamais nécessaire en ces temps où la déraison, les passions tristes et les populismes politiques pourraient bien mettre en danger nos démocraties.
Pauline D’OLLONE

Distribution

JEU Anne-Marie Loop, Philippe Grand’Henry, Jérémie Siska, Adrien Drumel, Achille Ridolfi, Pierange Buondelmonte
COLLABORATION ARTISTIQUE & LUMIÈRES Guillaume Toussaint Fromentin
ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Sarah Messens
COSTUMES Samuel Dronet
ADAPTATION & MISE EN SCÈNE Pauline d’Ollone
PRODUCTION Les étrangers

Laissez nous un avis !

3 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 7 décembre 2015, par Catherine Sokolowski

Ivresse verbale

Accueil ouvert et généreux au Théâtre de la Vie à l’occasion des « Reflets d’un banquet », adaptation du « Banquet de Platon » par la jeune Pauline d’Ollone. Le charme du lieu doublé d’une atmosphère conviviale entoure les discours philosophiques parfois pompeux d’une aura bienveillante. Les comédiens interpellent le public, pas forcément obligé de répondre, du regard principalement, et cette communication visuelle illumine les débats. Un échange vif et intéressant entre les convives du jeune poète Agathon d’une part, les comédiens et le public d’autre part.

Nouvel agencement des lieux avec, pour toile de fond le (vrai) bar du théâtre. Même la sortie est intelligemment utilisée comme telle. Le « Banquet de Platon » est constitué d’une suite de discours écrits en 380 avant J.-C. sur les thèmes de l’amour et de la beauté. L’esprit est assez fidèle au texte original même si Pauline d’Ollone y ajoute sa touche personnelle notamment en renforçant le rôle du seul personnage féminin (Anne-Marie Loop alias Diotime, le contradicteur et la joueuse de flûte).

Le Banquet est organisé pour célébrer la victoire d’Agathon, jeune poète qui a reçu un prix dans un festival. Ayant tous beaucoup bu la veille, les invités décident de se modérer. Eryximaque, médecin instruit interprété par le charismatique Pierange Buondelmonte, organise les débats. Chacun à son tour y participera, apportant son style et son emphase à un thème intemporel. Parler de l’amour est un plaisir, débattre à n’en plus finir sur ses vertus, prouver une chose et son contraire pour finalement arriver à douter, tels seront les enjeux de ces discours, parfois abscons. Les joutes se succèdent, menées par Phèdre (Achille Ridolfi), brillant orateur, Agathon (Adrien Drumel) qui rappelle de temps en temps l’objet de la fête (son prix), Pausinias (Jérémie Siska) amant d’Agathon, Aristophane (Ridolfi aussi), Diotime (Anne-Marie Loop), Socrate (avec la voix grave de Philippe Grand’henry) qui se fait désirer ou Alcibiade (Jérémie Siska transformé), ivre et légèrement provoquant.

Moderne et modernisé, le texte fourmille de réflexions. « Ce qu’on n’a pas, ce qu’on n’est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l’amour ». Avec aussi quelques parallélismes avec l’actualité, comme une digression sur le racisme.

Le Banquet est raconté, de temps en temps, les discours se font indirects : la soirée est en fait relatée. Il ne serait pas inutile de relire les textes originaux avant d’assister au spectacle, toutefois, moyennant une certaine concentration, il est possible de profiter de la plupart des débats. La scénographie constitue certainement le point fort de ces échanges malgré quelques petites (charmantes) imprécisions. Le dynamisme des acteurs qui semblent revivre en parlant de l’amour (quoi d’étonnant en fait ?) est le second atout de ce rendez-vous avec Socrate qui enchantera les amateurs d’art verbal. A découvrir rapidement, la salle est petite !

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles