L.U.C.A.

Bruxelles | Théâtre | Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Dates
Du 21 au 30 mars 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre National Wallonie-Bruxelles
Boulevard Emile Jacqmain, 111 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatrenational.be
info@theatrenational.be
+32 2 203 41 55

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

L.U.C.A.

Pourquoi la question « d’où viens-tu ? » est-elle bien moins anodine qu’il n’y paraît ? Quel réflexe défensif se cache derrière cette question banale ? Quelles sont les différences et les similitudes entre les migrations d’hier et celles d’aujourd’hui ? Que partagent les anciens et les nouveaux migrants ? Les migrations sont-elles comparables ? Avoir été soi-même immigré prémunit-il contre le repli identitaire ?

Pour fouiller ces interrogations qui cristallisent tous les enjeux du débat sur l’identité et les origines, Hervé Guerrisi et Grégory Carnoli, deux acteurs petit-fils de migrants, réunissent des récits et des témoignages pour les passer au tamis de la science. Le résultat est un objet scénique original, entre théâtre documentaire, conférence caustique et espace de résistance. Une invitation au voyage à travers les histoires familiales et celles de nos flux migratoires… à la recherche de notre ancêtre commun, cette cellule dont nous descendons tous puisque toutes les espèces vivantes en sont issues : L.U.C.A.

Distribution

Last Universal Common Ancestor
Hervé Guerrisi, Grégory Carnoli, Cie. Eranova

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 26 février 2019, par Laure Primerano

Réunion de famille

Ils nous ont présenté une esquisse de leur travail au printemps dernier, Grégory Carnoli et Hervé Guerrisi reviennent cette saison au Théâtre de l’Ancre et au Théâtre National Wallonie Bruxelles avec le produit fini ! Partons ensemble à la recherche de L.U.C.A, notre ancêtre commun universel.

À l’heure de la montée de plus en plus inquiétante des mouvements d’extrême droite, de la résurgence des nationalismes et du rejet des mouvements migratoires, L.U.C.A tente de répondre à une question, somme toute simple, mais qui semble aujourd’hui revêtir une importance capitale : Et toi ? Tu viens d’où ?

Subtil mélange de théâtre et de conférence-documentaire, le spectacle s’appuie, pour répondre à sa question fondatrice, sur l’histoire personnelle des acteurs, tout deux descendants de l’immigration minière Italienne en Belgique. Un parcours familial qui, dans cette ville où les terrils semblent encore chauds, trouve une résonance toute particulière avec le public.

Commence alors un long voyage à travers les chemins incertains de la généalogie. Armés de seuls marqueurs blancs, le duo se voit sans cesse ramené vers des réponses qui n’en sont pas, acculé dans des impasses hasardeuses. Au travers de témoignages familiaux et de révélations faites à demi-mots, se dessinent des origines plus floues que ce que l’on se plaisait à imaginer. L’enthousiasme des débuts fait place à la frustration de l’inconnu.

Cette quête de vérité idéalisée, contrecarrée d’emblée par la réalité humaine qui sous-tend toute migration, donne à la pièce un encrage ferme dans la réalité et rend palpable tout le ridicule d’une question répétée à l’excès, tel un bouclier brandi face à l’ennemi.

Alors que la frustration s’installe, L.U.C.A gomme peu à peu les contours de l’histoire familiale pour laisser apparaître une histoire plus vaste de l’être humain. Au-delà du personnel et du sentimental, c’est désormais dans les gênes que nos protagonistes cherchent leurs réponses. Sans jamais se départir de l’humour mordant qui les caractérise, Carnoli et Guerrisi révèlent, à l’échelle de milliers d’années, les émotions d’une vie humaine. Ils interrogent avec pertinence les concepts de migration et d’origines, dans une mise en perspective qui rend d’autant plus absurde le fonctionnement de la société d’aujourd’hui.

Les propos de L.U.C.A sont forts et la pièce sait toujours trouver le ton juste pour faire raisonner au fond de nous des sentiments que, sans doute, la politisation de la question humaine avait enfouis sous une épaisse couche d’indifférence.

Théâtre National Wallonie-Bruxelles


Boulevard Emile Jacqmain, 111
1000 Bruxelles