Grimm. Ein deutsches märchen

Bruxelles | Théâtre | Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Dates
Du 19 au 23 février 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre National Wallonie-Bruxelles
Boulevard Emile Jacqmain, 111 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatrenational.be
info@theatrenational.be
02-203.41.55

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 2

Grimm. Ein deutsches märchen

Après Frankenstein créé la saison dernière au Théâtre National, Jan-Christoph Gockel revient avec un de ses précédents succès dans lequel il explore un nouvel univers fantasmagorique. Toujours accompagné de son complice Michael Pietsch qui conçoit les incroyables automates de tous ses spectacles, il s’immerge cette fois dans l’histoire des frères Grimm. Car si tous les enfants ont un jour ou l’autre été bordés avec un de leurs contes, que savons-nous, au fond, de la vie de Jacob et Wilhelm Grimm ?

Comme nous le retrace Grimm, les deux frères se sont toujours passionnés pour les mythes et légendes folkloriques dans lesquels ils ont vu un moyen d’aider les enfants à apprivoiser leurs peurs ancestrales. Fins observateurs de leur temps – l’Allemagne d’avant la révolution de 1848 – ils ont également effectué un remarquable travail sur la linguistique allemande. C’est ce parcours passionnant que raconte Jan-Christoph Gockel en mêlant scènes de la vie réelle, magie de l’imaginaire et marionnettes extraordinaires.

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Grimm. Ein deutsches märchen

    Le 20 février à 08:47 par barnabe1

    Bonne ambiance en salle (surtout d’allemands connaissants mieux les dessous de ces contes, ils ont d’ailleurs une différente manières de rire que nous et c’était plaisant car profond), belle mise en scène, chaleureuse, superbes marionnettes.
    Etant malade, je ne suis pas resté pour la deuxième partie, mais je regrette.
    Les sous-titres sont très bien disposés, et les artistes ont appris des passages en français rien que pour nous.
    Je comprends que cette pièce fasse à chaque fois un tabac en Allemagne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Jeudi 21 février 2019, par Laure Primerano

En quête de Raiponces.

Avec les beaux jours, Jan-Christoph Gockel revient au Théâtre National où il avait présenté, au Printemps dernier, sa vision de Frankenstein. Cette année, il met à l’honneur deux figures emblématiques de l’imaginaire populaire : les frères Grimm. Calfeutrez-vous donc dans votre siège et préparez-vous à retourner en enfance le temps d’une soirée, à la découverte d’un univers où sont tapis dans l’ombre autant de sorcières que de princesses en quête d’un baiser.

Hansel et Gretel, le petit chaperon rouge, Blanche-Neige,... les contes légués par les frères Grimm ont marqué l’enfance de presque tous les occidentaux. Au-delà des fables qui ont fait leur renommée dans nos régions, ces deux linguistes et philosophes ont également œuvré pour la langue Allemande, en défendant une vision globale qui unit peuple, linguistique et littérature. Venus tout droit de leur pays d’origine, Jan-Christoph Gockel et sa troupe s’installent au Théâtre National pour nous plonger, durant les 3 heures d’un spectacle visuellement toujours plus somptueux, dans l’univers des deux frères.

Sur un large plateau brumeux se mêlent sans distinction scènes de la vie familiale, extraits de contes et rappels d’événements historiques dont les répercutions affecteront la vie personnelle et philosophique des protagonistes. Le jeu de lumière, l’ambiance sonore et l’usage constant de marionnettes, figures emblématiques de l’enfance que la troublante ressemblance avec les acteurs teinte d’étrangeté, donnent à l’ensemble une atmosphère onirique, presque fantasmagorique. Par dessus les rires, la colère et la peur, un sentiment d’inquiétante étrangeté vient napper la pièce : l’Unheimliche, si cher aux frères Grimm.

Le quatrième mur est constamment brisé, au travers d’improvisations, de passages spontanément traduits par les comédiens en Français ou en Anglais ou de jeux avec le public. À l’instar d’une pièce où se mêlent et s’entremêlent l’histoire, grande ou petite et les fantasmes populaires, nous sommes sans cesse emportés au cœur de rêveries fantasques pour mieux être ramenés ensuite à la paisible réalité de nos sièges de théâtre, dans un va et vient aussi déconcertant qu’enivrant.

En toile de fond, présente aussi bien dans l’imaginaire que dans la physicalité concrète du plateau, l’œuvre titanesque construite par Jacob et Wilhelm Gimm, tel un bon géant, habite les comédiens comme elle habite encore aujourd’hui les forêts profondes de notre enfance.

Envoûtant du début à la fin, GRIMM - Ein deutsches Märchen, nous emmène dans un long voyage qui nous garde sans cesse sur le fil. Par des images fortes, elle nous fait re-découvrir l’histoire de deux hommes dont l’univers a touché le siège des émotions de milliers d’humains à un âge où celles-ci sont les plus pures et les plus violentes. Un retour aux origines tant pour les contes que pour nous.

Théâtre National Wallonie-Bruxelles


Boulevard Emile Jacqmain, 111
1000 Bruxelles