Une vie sur mesure

Saint-Josse-Ten-Noode | Théâtre | Théâtre Le Public

Dates
Du 4 septembre au 3 novembre 2018
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Le Public
Rue Braemt, 64 70 1210 Saint-Josse-Ten-Noode
Contact
http://www.theatrelepublic.be
contact@theatrelepublic.be
0800 944 44

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 7

Une vie sur mesure

Loin d’être idiot ou attardé, Adrien Lepage est juste… différent. Tout commence le jour où ce gamin se découvre, presque par accident, une passion absolue pour la batterie. Débordant de joie de vivre et d’enthousiasme, il livre alors le récit «  live  » de sa romance extraordinaire. On va le suivre en plan serré, accompagné de deux batteries évocatrices de toutes ses rencontres et de son amour pour tous les rythmes. Car il a ça chevillé au corps, Adrien, la musique, toutes les musiques  : le blues, le rock, la techno, le jazz et la bossa nova.

Avec plus de 800 représentations en France, à guichets fermés, ce spectacle atypique, plébiscité par tous les publics pour son humour, sa poésie et son humanisme, débarque à Bruxelles, recréé avec un acteur belge. Voici donc les talents mêlés de France et de Belgique pour un spectacle sans frontières et sans a priori, à mi-chemin entre Forrest Gump et Billy Elliot. L’histoire d’un gamin doué, qui petit à petit et presque malgré lui, va lever le voile sur sa vie. Avec maladresse et espièglerie, il renversera tous les obstacles. Alors, guidés par sa passion, vous entendrez une histoire déroutante, drôle et bouleversante, plus belle qu’une destinée flamboyante, une vie sur mesure.

Spectacle à voir en famille dès 12 ans

UNE COPRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC ET DE LA CIE SCÈNES PLURIELLES. AVEC LE SOUTIEN DU TAX SHELTER DE L’ETAT FÉDÉRAL BELGE ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE.

Distribution

De Cédric Chapuis.
Mise en scène : Stéphane Batlle Avec : Pierre Martin. Créateur son et lumière : Cilia Trocmée-Léger. Régie : Sam Seraille.

Laissez nous un avis !

8 Messages

  • Une vie sur mesure

    Le 8 septembre à 01:55 par Pirouline

    Allez voir ce magnifique spectacle ! Le comédien, Pierre Martin, assume seul - et avec quel talent ! -le texte et la prestation musicale à la batterie.
    Le spectateur est plongé dans le quotidien pas vraiment gai d’Adrien. Mais bientôt la passion du rythme entre dans sa vie : le rythme de ses pas, le rythme des mots, le rythme des sons produits par la batterie...
    Le public partage avec bonheur cette tranche de vie ponctuée d’humour et de séquences musicales bien... rythmées ! La batterie est un instrument à part entière...
    Très bonne mise en scène de Stéphane Batlle.
    Un spectacle que je recommande chaudement !

    Répondre à ce message
  • Une vie sur mesure

    Le 9 septembre à 20:56 par Pauline V

    Il fait ’battre ’ nos cœurs, nos rires, nos souvenirs ...
    Incroyable jeu d’acteur ... incroyable mise en scène !
    Sons & lumières sont justement dosés accompagnant Pierre Martin terriblement attachant.

    Répondre à ce message
  • Une vie sur mesure

    Le 9 septembre à 22:00 par Charlotte V.

    La musique dans ’son monde, à travers son ... instrument’ !
    Plus qu’une découverte d’un musicien>>comédien
    un voyage rythmé, son, lumières comme passagers
    parfaitement orchestré par la régie.
    Et quelle mise en scène !!!

    Répondre à ce message
  • Une vie sur mesure

    Le 10 septembre à 07:32 par C. ThéO

    Baguettes Magiques à la main, au cœur Adrien (Pierre Martin) rythme son quotidien
    nous renvoie à nos propres souvenirs, les meilleurs, les pires...
    Une mise en scène ouverte et intimiste, plus que réussie, totalement en accord avec Adrien.
    A voir, à écouter, à partager

    Répondre à ce message
  • Une vie sur mesure

    Le 15 septembre à 03:19 par mike_bel

    Belle mise en scène et quel talent à la batterie ! J’ai passé une agréable soirée.

    Un seul bémol, c’est le scénario un peu faiblard dans un jeu parfois trop caricatural

    Mais malgré tout je conseille et recommande cette pièce.

    Répondre à ce message
  • Une vie sur mesure

    Le 27 septembre à 15:31 par phild

    Un excellent moment, surtout si l’on se projette à fond dans le monde particulier du personnage.

    NB : Un soir de pluie, la petite salle (en sous-sol) est un peu desservie par de sonores écoulements d’eau dans les canalisations...

    Répondre à ce message
  • Une vie sur mesure

    Le 30 septembre à 12:48 par Mimi5

    Quel spectacle prenant !
    L’artiste est attachant, brillant, géant.
    On passe un moment hors du temps à l’écouter nous raconter, nous partager cette histoire vraie.
    Et le lendemain, le surlendemain, ... on est en quelque sorte toujours "imprégné" de cette soirée.
    La meilleure pièce que j’ai vue depuis des mois, voire des années !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 10 septembre 2018, par Jean Campion

Tambour battant

Cédric Chapuis a l’art de partager ses passions avec les spectateurs de ses "seul en scène". Dans "Au-dessus de la mêlée" (2014), ce Toulousain fait sentir la place que peut prendre le rugby dans le parcours d’un jeune garçon. C’est son coup de foudre pour la batterie qui a déclenché l’envie d’écrire "Une Vie sur mesure" (2011). Il l’a joué durant plusieurs années puis a confié son bébé à d’autres interprètes. Déjà plus de 800 représentations ! Etudiant au Conservatoire de Bruxelles, Pierre Martin, acteur batteur, prend le relais. Avec une maîtrise technique et une énergie communicative, qui enthousiasment le public.

Tout de blanc vêtu, Adrien Lepage souligne le rôle déterminant joué dans sa vie par les "tacatas" et les "toudoudoums". Il s’est mis à faire des bruits avec sa bouche et à tapoter sur tout ce qui lui tombait sous la main : les tables, les chaises, son petit frère. Une sarabande de noires, de blanches, de croches, de doubles croches... Sa passion pour les rythmes est stimulée par la découverte d’un trésor. Deux malles, héritées miraculeusement de sa grand-mère, contiennent un gramophone et une pile de disques enregistrés par les plus grands jazzmen. Dans sa chambre, il accompagne Miles Davis et Louis Armstrong, en tapant sur des barils de lessive. A l’école, c’est la cata. Adrien est enfermé dans son monde. Mauvaises notes et redoublements lui passent au-dessus de la tête. Pourquoi ne lui permet-on pas de rapper sur le théorème de Pythagore ou sur "Le Corbeau et le renard" ? En lui promettant une batterie, ses parents provoquent un électrochoc. Adrien obtient des résultats mirobolants. Mais l’instrument rêvé se fait désespérément attendre. Ses condisciples se moquent de sa crédulité... Finalement il reçoit une batterie d’occasion. Malgré les taches de rouille et les éléments défectueux, il l’adore et la baptise :"Tikétoum".

Incompris par un père, qui le considère comme "une tafiole", Adrien se refuse à l’appeler papa. Ce Bernard est un homme fruste, qui bat sa femme et gifle régulièrement son fils : "Tu l’auras pas volée celle-là !". Une brutalité qui aura des conséquences dramatiques. Cet ado fragile et différent s’interroge naïvement sur le comportement des autres élèves. Pourquoi ne parlent-ils que de football et de langue dans la bouche des filles ? Eblouie par son talent et sa ferveur, son amie Cécile l’encourage à former un groupe. Comme il doute de ses capacités, elle insiste : "Je crois surtout que tu ne pourrais rien faire d’autre." Première expérience décevante. Ses copains musiciens profitent de sa complaisance et pensent plus à se shooter qu’à répéter efficacement.

Les déboires de cet ado vulnérable, malmené auraient pu faire plonger "Une Vie sur mesure" dans le mélo. Cédric Chapuis évite ce piège, en truffant son récit drôle, nerveux de séquences musicales jubilatoires. Par un humour subtil, il rend son héros fort attachant. Lorsqu’Adrien constate que "d’année en année, les élèves de sa classe rajeunissent" ou qu’il corrige un condisciple malveillant : "Pas autiste, ARTISTE !", il nous fait rire de sa candeur désarmante. Mais quand il nous guide dans son univers, il réussit à nous communiquer ses émotions. Faisant corps avec sa batterie, il nous pousse à écouter ce "coeur qui bat" dans des marches militaires, des danses de carnaval, des bossas-novas, des morceaux de jazz, de rock, de métal. Il prend plaisir à valoriser le rôle des notes fantômes. C’est un prof captivant, à l’instar de Jean-François Zygel dans l’émission télévisée "La Boîte à musique". Certes, il cajole Toukétim et il rêve d’une batterie électronique. Mais ce sont les rythmes et les sons qui le font planer... On n’a pas besoin de l’instrument pour s’exercer à la batterie.

Les applaudissements nourris qui saluent la performance de Pierre Martin sont pleinement justifiés. Aussi à l’aise dans la peau d’un jeune homme coupé des autres que dans celle d’un batteur émérite, il se donne à fond et insuffle au spectacle un rythme endiablé. Discrète au début, la mise en scène fluide de Stéphane Batlle donne de plus en plus d’envergure à la musique triomphante, avec comme point d’orgue l’explosion d’images et de sons dans "Metallica". Une illustration de la force irrésistible de la passion.

Jean Campion

Théâtre Le Public


Rue Braemt, 64 70
1210 Saint-Josse-Ten-Noode