Un pied dans le paradis

Bruxelles | Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 28 novembre au 15 décembre 2018
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre des Martyrs
Place des Martyrs, 22 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
02 223 32 08

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Un pied dans le paradis

Elles sont trois sœurs qui, quand la bise vient, se demandent à quelle porte aller frapper. Toutes les trois tentent de ruser avec la pauvreté. Maladroitement. Jusqu’à ce que l’une d’entre elles ait l’idée de séduire un homme à la belle automobile et qui, signe extérieur de richesse oblige, doit avoir dans son portefeuille de quoi les nourrir. Elles découvriront que l’habit ne fait pas le moine, que le beau parleur est fauché - comme elles, inconnu dans l’immeuble où il prétend résider. Aux abois, les trois sœurs vont se transformer en voleuses et de voleuses en cannibales. Mais tout cela n’est qu’un conte. Tout finira bien, du moins sur une assiette !
Comment vivre quand on craint de se retrouver sans rien ? Comment continuer à avancer chaque jour alors qu’on sent qu’on va chuter ? Comment cette angoisse du lendemain affecte-t-elle les relations humaines ? Que reste-t-il de l’amour, de l’amitié, de la solidarité quand la précarité vous ronge ?

Virginie Thirion a choisi le biais de la comédie pour parler de la précarité. Elle nous écrit une histoire, parce qu’elle aime en raconter, parce qu’elle aime qu’on lui en raconte. Raconter une histoire. Conter une histoire. Un pied dans le paradis est un conte contemporain à trois voix.

Distribution

France Bastoen ; Delphine Bibet ; Laurence Warin

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mercredi 12 décembre 2018, par Palmina Di Meo

Une pour toutes, toutes pour une !

C’est du vrai théâtre que nous offre Virginie Thirion, celui qui a un goût de nostalgie et de bonheur, où les situations les plus sombres se colorent, où le délire se rit de la morale.

Pas de tristesse mais un appétit féroce de vivre dans le quotidien tragique de ces trois sœurs qui se retrouvent après une longue séparation dans la maison familiale que Madeleine l’aînée, n’a jamais quittée. Immeuble vétuste, cet ancien cinéma de quartier n’a pas survécu au passage du temps.

La joie des retrouvailles et les souvenirs d’une enfance heureuse ne suffisent pas à calmer les estomacs qui grondent après plusieurs jours de jeune. D’autant que l’expropriation est désormais imminente.
Soudées, les trois combinardes vont imaginer mille petites escroqueries qui leur permettent à peine de s’offrir un ou deux repas par semaine. Sans intention de faire du mal à quiconque, elles inventent les stratagèmes de survie les plus incohérents qui vont les conduire au plus macabre, bouffer du cadavre ! Arnaqueuses arnaquées, la fin justifie les moyens. C’est justement la créativité et l’imagination des petits escrocs qui a inspiré le thème de cette comédie douce-amère à Virginie Thirion.

Une pièce sombre sauvée par la tendresse, immense, contagieuse, héritée d’un Charlie Chaplin ou d’un Totò lorsqu’il vend la fontaine de Trévise aux touristes américains. C’est surtout un moment magique que nous passons avec ce trio hors pair que forment France
Bastoen, Delphine Bibet et Laurence Warin. Une plongée microcosmique dans un monde à la dérive, où la joie de l’instant présent se moque de la misère. Une interprétation touchante avec un vague à l’âme un peu rétro et des références cinématographiques qui évadent vers le rêve.

Palmina Di Meo

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles