TransmÊtre

Bruxelles | Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 24 septembre au 10 octobre 2015
Horaires
Tableau des horaires
Centre Culturel des Riches-Claires
r. des Riches Claires, 24 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
+32 2 548 25 80

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 4

TransmÊtre

"TransmÊtre" met en scène trois comédiennes dont une maquilleuse corporelle afin de suivre les joies, les rires, les questionnements, les coups de gueule et les doutes de Nathalie (et Kamel) durant neuf mois de grossesse. Notre future maman se confrontera aux institutions, incarnées par Mme Peeters. Cette dernière doit déterminer si l’enfant deviendra ou non un citoyen “rentable”…

Mais c’est quoi ce monde !?
Et comment vouloir y faire des enfants ?

- > TransmÊtre
Salle Jacques Viala
Du 24/09 au 10/10
Du mardi au samedi à 20h30
Excepté le mercredi à 19h
Lundi-Théâtre : 05/10 à 20h30
Matinée : 29/09 à 14h (+ représentation à 20h30)
1er Mardi à 6€ : 29/09 à 20h30
Grande Table : 30/09

- > Infos et réservations :
02/548 25 80 - http://lesrichesclaires.be/

Distribution

Auteur et metteur en scène : Marwane El Boubsi, avec Melinda Heeger, Jacqueline Bollen et Caroline Escarmelle (peintre corporelle) / Lumières, son et vidéo : Benjamin Dellicour. / Une création belgo-suisse de la compagnie Yapluka. Avec le soutien du Centre Culturel d’Anderlecht (l’Escale du Nord). Grand Prix Artistique Régionyon 2012 (Vaud / Suisse).

Laissez nous un avis !

10 Messages

  • TransmÊtre

    Le 26 septembre 2015 à 09:32 par Joenath

    L’aventure que représente la venue d’un enfant avec ses joies, ses doutes mais aussi la question de vouloir faire un enfant dans le monde actuel, de ce que les parents peuvent lui ’transmettre’. Est-on capable d’être de bon parents ?
    Toutes ces questions existentielles bien mises en scène et traitées avec un brin d’humour. Bonne pièce dans l’ensemble mais je suis restée un peu sur ma faim.

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 26 septembre 2015 à 17:39 par marille

    Cette pièce, qui parle de la maternité et de son lot d’angoisse, vaut la peine d’être vue.
    Parfois amusante, parfois émouvante, parfois un brin mielleuse, parfois absurde, elle trouve au final son équilibre dans toutes ces dimensions. Toutefois, un regret, pour ma part, quant au manque d’optimisme et à la lourdeur du propos. Parce que même si au final, c’est bien de montrer que la maternité a aussi son pendant stressant, prenant, dévorant,... Même si c’est bien de mettre des mots sur des thèmes qui sont parfois un peu tabou, il n’y a pas que ça. Il y a de la douceur, dans la parentalité, qui ne m’est pas arrivée lorsque j’ai vu la pièce.
    Pas tout blanc ou tout noir la maternité, donc, comme pour cette pièce, qui, même si elle me laisse un petit goût trop amer, m’aura quand même touchée.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle fait réfléchir, donc au final, pari réussi.

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 26 septembre 2015 à 19:49 par CORL

    Entrée ’juste’, propos tellement authentiques...
    Quelques perles ci et là entre des zones ’calmes, colorées et puis turbulentes’.
    Les 3 comédiennes sont d’à propos, même si mon coup de cœur va à l’interprète de Mme Peeters.
    Petit ’bémol’, le choix de la voix pour ’Kamel’, je ne sais pas ... elle cassait un peu le ’rythme’ au lieu de le soutenir, l’amplifier.
    Bravo pour la mise en scène et les différents angles choisis.
    Fin un peu trop sur une note ’angoissante’ à mon goût...

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 26 septembre 2015 à 21:16 par Jahz

    Chouette moment passé devant cette pièce ! Tantôt drôle, tantôt triste... évoquant des questions existentielles autour du fait de donner la vie... la mise en scène est plutôt réussie... petit bémol pour la partie finale assez délirante et psychédélique... grande admiration pour la comédienne jouant les "institutions" dont le jeu était magistral !
    Je recommande !

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 27 septembre 2015 à 10:03 par rvdm0112

    J’ai beaucoup apprécié la prestation de Jacqueline Bollen dans le role tout compte fait très délicat et tout en nuances de Madame Peeters, une psychologue particulièrement bien croquée .

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 29 septembre 2015 à 12:22 par paul

    Pièce pas uniquement pour couple attendant un enfant, sujet traité avec humour, parfois avec gravité, angoisse du futur a été et est toujours actualité ;

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 29 septembre 2015 à 15:37 par Alexline

    Pièce qui fait réfléchir mais avec des dialogues, des vues trop pessimistes.
    Peu de rires mais beaucoup de sourires.
    La fin assez turbulente est stressante.
    Belle soirée

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 1er octobre 2015 à 16:52 par Zabou

    Beaucoup d’humour lors des consultations chez la psychologue, mais aussi beaucoup de tristesse.
    Fin trop bruyante et trop dure, j’espérait plus de douceur dans cette fin de grossesse angoissante pour cette mère.

    Répondre à ce message
  • TransmÊtre

    Le 6 octobre 2015 à 12:27 par Aline2

    J’ai adoré. C’est une super pièce qui arrive à transmettre plein d’émotions.
    Le jeu des 3 actrices est impressionnant et très touchant.
    La partie sous forme d’expression corporelle était très prenante.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 29 septembre 2015, par Jean Campion

Peut-on croire à la relève ?

Sûre de l’amour, qui l’unit à Kamel depuis dix ans, Nathalie désirait un bébé. Et elle est enceinte ! A travers différents épisodes de cette grossesse programmée, elle doit affronter les défis de l’existence et renoncer à ses certitudes. "TransmÊtre", qui se fait l’écho de ses doutes, de ses peurs et de sa solitude, lui impose une question lancinante : comment et pourquoi faire naître un enfant dans notre monde désenchanté ?

En apprenant la nouvelle, Kamel, d’abord troublé, a bien sûr serré Nathalie dans ses bras : "C’est le plus beau cadeau qu’on m’ait jamais fait." Il lit des tonnes de bouquins. Il aimerait tellement comprendre ce qui se passe dans le corps de sa femme. Emu aux larmes, son père lui a recommandé de choisir deux principes à respecter scrupuleusement dans l’éducation de cet enfant. Nathalie est agacée par les questions inquisitrices de ses copines : ce bébé, on va le circoncire, le baptiser ? Gavée de lectures prénatales, elle s’inquiète : trois mois de grossesse et pas une seule nausée ! Pour se rassurer, elle se rend chez une psychologue "Spécial parents".

Malgré ses objections, madame Peeters la soumet à un questionnaire absurde, qui vise à dépister les délinquants potentiels AVANT leur naissance. Dans la rue, un flic s’acharne gratuitement sur un homme neutralisé. Indignée, Nathalie proteste. Des témoins, jusque-là indifférents, la soutiennent et photographient la bavure. Constamment aux petits soins, Kamel lui met les nerfs en pelote. Il ose lui reprocher son imprudence : elle a maintenant deux vies à protéger. Une invitation à la lâcheté qui déclenche une série de remises en question.

Centré sur une crise existentielle, "TransmÊtre" aborde aussi des problèmes sociaux et politiques. Nathalie écoute l’histoire d’un père, obligé de jeter l’enfant qu’il aime dans un puits, parce que c’est une fille. Lu en voix off par Kamel, ce récit est poignant mais s’intègre mal dans l’action. Comme l’interrogatoire imposé par la psychologue. Sa batterie de questions, bien trop longue, ridiculise un avant-projet de loi de Sarkozy, datant de 2005. Celui-ci préconisait "le repérage des perturbations du comportement, dès la crèche et l’école maternelle". Une séquence caricaturale, couronnée par la remise d’un énorme bouquin, censé aider la future mère à maintenir son rejeton dans "le droit chemin".

On a peine à croire à l’aveuglement de madame Peeters, une spécialiste bardée de diplômes. En l’incarnant, Jacqueline Bollen laisse entendre qu’elle s’enferme dans ce rôle de fonctionnaire bornée. Et l’on partage son soulagement, quand elle dévoile sa vraie personnalité. Payée pour écouter les autres, cette femme sans enfant se sent très seule et doute de son utilité. Sa lucidité et sa bienveillance seront pourtant un soutien important pour Nathalie. Coauteure du spectacle avec Marwane El Boubsi, Melinda Heeger mène le jeu avec détermination. Nathalie nous fait partager avec insouciance son rêve d’une grossesse idéale. Même si physiquement tout va bien, les nuages s’accumulent. Déboussolée, elle s’enlise dans un marécage de questions. Sa confrontation avec sa mère et sa fille est fort stressante. Quand elle confie son ventre à la peintre corporelle, Caroline Escarmelle, elle rencontre une complice apaisante. Ses dessins projetés sur écran reflètent l’évolution du bébé. Pas besoin de coussin...

A l’instar des autres créations de la Compagnie Yakapa, "TransmÊtre" s’attaque à une problématique d’aujourd’hui. Certaines répliques, qui surlignent des situations claires, confirment le désir d’en faire un tremplin de discussions, dans l’esprit du Théâtre Agora. Cependant, on se laisse séduire par ce spectacle éclairant, original et interprété par des comédiennes efficaces.

Jean Campion

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles