Tchaïka

Bruxelles | Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 3 au 20 octobre 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre des Martyrs
Place des Martyrs, 22 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
+32 2 223 32 08

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 6

Tchaïka

« Je t’ai dit que j’ai aussi interprété Nina ? Quel personnage touchant. »

Dans les coulisses d’un théâtre, une vieille actrice au crépuscule de sa vie ne sait plus ce qu’elle fait là. S’approchant d’elle, une femme lui rappelle la raison de sa présence : interpréter le rôle d’Arkadina dans "La mouette" de Tchekhov.
Ce sera son dernier rôle. Sa mémoire fout le camp et si elle ne sait plus tout à fait qui elle est pas plus que son rôle, elle entend assurer la représentation. Dans sa déroute, fiction et réalité s’entrecroisent. Elle tente de suivre la trame de la pièce. Suivent des dialogues avec son fils, les abandons répétés de Trigorine son amant, qui la replongent dans son passé.
Elle renoue avec la jeune actrice qu’elle fut, avec le rôle de Nina, celui qu’elle préfère, celui de la jeune actrice qui vaille que vaille continue. Voilà Tchaïka luttant, reprenant pied, se créant un nouveau théâtre, un autre espace de jeu et de vie.

Comme dans "La mouette", Tchaïka est entre passé et futur, entre désillusion et espoir, et elle poursuit la route, malgré la déglingue.
Conté sur la trame du rêve, ce spectacle pour une actrice et une marionnette est le premier de la compagnie belgo-chilienne Belova-Iacobelli.

Prix 2018 du meilleur spectacle et de la meilleure actrice décernés par El Círculo de Críticos de Arte de Chile.
Prix 2018 de Premios Clap de la meilleure mise en scène, Chili.

Distribution

d’après Tchekhov • jeu Tita Iacobelli • mise en scène Natacha Belova assistée d’Edurne Rankin • scénographie Natacha Belova assistée de Gabriela González • regard ext. Nicole Mossoux • assist. à la dramaturgie Rodrigo Gijón • lumières Gabriela González, Christian Halkin • décor Guy Carbonelle, Aurélie Borremans • son Gonzalo Aylwin • musique Simón González • régie lumière Franco Peñaloza

Laissez nous un avis !

3 Messages

  • Tchaïka

    Le 1er octobre à 17:32 par barnabe1

    Vu la semaine dernière au Festival des Marionnettes de Charleville Mézières et c’était très beau. Il y a même eu une grosse demi ovation de la salle alors que ce n’est pas l’habitude de ce festival !

    Répondre à ce message
  • Tchaïka

    Le 12 octobre à 15:51 par loulou

    Très beau spectacle.Je suis fascinée par le travail de la marionnettiste ;on a vraiment l’impression qu’il y a 2 personnes sur scène.
    Un texte plein de sensibilité et d’humour.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 4 octobre 2019, par Yuri Didion

Comment meurt une étoile

Pour ses adieux à la scène, Tchaïka, une vieille actrice se retrouve dans une production minimaliste de "La Mouette" de Tchekhov. Elle tient le rôle d’Arkadina, actrice célèbre sur le déclin que tous abandonnent. Alors qu’elle tente de suivre la trame de la pièce, Tchaïka se mélange avec son rôle et renoue avec la jeune comédienne en elle, en rencontrant le rôle de Nina et ses rêves d’artiste. C’est le début d’une lutte contre l’angoisse du vide, contre l’oubli, contre ce qu’elle sait un peu trop sûrement, parfois. Le début d’un questionnement sur le modèle théâtral, aussi, que Natacha Belova et Tita Iacobelli nous aident à traverser comme un rêve.

La petite salle du Théâtre des Martyrs accueille un décor particulier, qui n’est pas sans rappeler ces maisons abandonnées dont les meubles sont couverts de draps, pour ne pas dire de linceuls. Une table, un fauteuil, et un grand drapé qui descend des cintres et donne à la scène des allures de limbes. Dès que le public est installé, le noir se fait. La première image du spectacle nous dévoile une vieille marionnette qui se désole en regardant la neige tomber. Une vieille marionnette qui a déjà passé l’automne de sa vie. Alors qu’elle erre entre les voiles, une voix lui rappelle ce qu’elle fait là : elle doit jouer. Jouer un rôle mythique, dont elle ne veut pas. Et l’on comprend bien pourquoi : ce rôle est finalement celui de sa propre vie.

Le public est alors happé par le vide, les trous de mémoires et les angoisses de Tchaïka. Toute la mise en scène le rappelle. Des nappes sonores créant une ambiance planante jusqu’aux effets d’écho sur la voix, en passant par l’éclairage qui joue sur le clair-obscur. Si l’ombre, présence menaçante, est toujours présente, la plateau n’est jamais aphotique : les draps de coton prennent toute la lumière et la scène semble porter sa propre lumière. On suit la révolte de Tchaïka contre ce "nouveau théâtre" minimaliste, sa frustration de devoir se réinventer, on assiste à son désespoir face à sa solitude, à sa lutte contre les fantômes qu’elle se crée et qui prennent progressivement trop de place.

Sur scène, Tita Iacobelli donne vie à Tchaïka grâce à un jeu d’une infinie précision. Une véritable performance d’acteur ! Elle crée un dialogue avec elle-même tout en rupture, saute d’une voix à l’autre et arrive à se faire oublier lors des moments de colère de la marionnette. Elle offre aussi de très beaux moments d’émotion, derrière le masque en carton-pâte ou à visage découvert, et fait résonner La Mouette avec Hamlet. On devine en filigrane la Grande Question du théâtre : "Être ou ne pas être ?" Vaut-il mieux supporter et continuer, ou bien refuser et tout abandonner ? Un jeu sublime, tragique et touchant pour un thème qui l’est tout autant.

Pour aborder le sujet difficile de la vieillesse, Natasha Belova et Tita Iacobelli mettent en scène un ingénieux système de mises en abîme à répétition : une jeune comédienne (Tita Iacobelli) manipule une vieille marionnette (Tchaïka) qui, pour jouer son rôle (Arkadina), se recrée des partenaires à travers trois accessoires. Une peluche, un livre, un morceau de tulle rose, que la Tchaïka manie et met en place pour donner vie aux personnages de "La Mouette" : Konstantin, Trigorine (l’écrivain), et Nina, la débutante. Ce faisant, alors que Arkadina rencontre Nina, Tchaïka redécouvre Tita, son "âme de jeune artiste" et la fait apparaître. Et ce n’est qu’après une longue lutte, alors que Tchaïka, consciente qu’elle est une marionnette dont "la bouche ne s’est pas ouverte de toute la soirée", accepte de laisser une place (sa place ?) à Tita qu’elle trouve l’apaisement, et peut à nouveau faire voler sa mouette empaillée - beau symbole ! - sur un air de chachacha.

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles