Plainte contre X

Bruxelles | Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 16 au 27 février 2016
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Poche
Chemin du Gymnase, 1A 1000 Bruxelles
Contact
http://www.poche.be
info@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 3

Plainte contre X

Quand une ex-actrice de films X raconte l’envers du décor

Estelle a grandi dans la pornographie. A 10 ans, elle commence à devenir accro aux images. A 17 ans elle tourne dans son premier film X. S’ensuivront environ 300 tournages, certains d’une brutalité extrême.

Enfant blessée, jeune fille passionnée de littérature, aujourd’hui irrémédiablement abîmée, Estelle raconte, avec franchise et sans psychodrame, son histoire, celle d’une détresse devant laquelle des millions d’êtres se sont masturbés.

"Plainte contre X" s’attaque au tabou de la pornographie.

Pas étonnant que la pornographie, comme la prostitution, soit un sujet sensible tant il est compliqué d’aborder ce thème sans tomber, soit dans un travers moralisateur et pudibond, soit dans une apologie du sexe, aveugle et inconsciente de ses possibles dommages.

Alexandre Drouet, metteur en scène, a fait le choix, avec ce texte percutant, de provoquer non pas le spectateur mais le débat. Il désire ouvrir les consciences de celles et ceux - consommateurs d’images X - qui n’imaginent pas la violence pouvant se cacher derrière les images d’une certaine industrie du sexe prête à tout pour faire du profit.

Après 1968, la "libération sexuelle" a fait trois petits tours, puis s’en est allée... Aujourd’hui, à l’heure de la génération Youporn, simultanée aux débats sur l’abolition de la prostitution, il est important d’accepter des récits comme celui de Karin Bernfeld et d’ouvrir la parole.

Aux cimaises du Poche :"Salope et autres noms d’oiselles", exposition venant compléter la pièce "Plainte contre X".
"Après avoir été exposée sur le site de l’ULB, à la Salle Allende du 13/11 au 19/12/2015, l’expo revient au Théâtre de Poche du 16 eu 27 février 2016 à partir de 19h30 dans une version intimiste !
Six grandes insultées célèbres nous interrogent sur la place des femmes, la place de leurs paroles, la manière dont elles deviennent des cibles en étant reine, écrivaine, femmes politiques, médiatiques…une violence sociale et en miroir des œuvres d’artistes qui interrogent le genre, la féminité, le combat…. Une réflexion sur les libertés, les normes et les règles du vivre ensemble ainsi que sur les discriminations, non seulement sexistes, mais aussi racistes et sociales."
Laurence Rosier
Commissaire de l’exposition
Linguiste à l’université libre de Bruxelles (ULB).

Distribution

Alexandre Drouet

Laissez nous un avis !

5 Messages

  • Plainte contre X

    Le 16 février 2016 à 14:46 par Joenath

    Le sujet est dur, difficile mais bien abordé. Il pose les vraies questions : la femme esclave des temps modernes au sein de la pornographie, la brutalité des scènes et des images, l’industrie derrière tout cela, la facilité d’obtenir les films sur la toile, ces images pour les ados,...
    L’actrice joue bien son rôle, le texte la mise en scène est parfaite pour traiter ce sujet.
    Une belle réflexion, à voir.

    Répondre à ce message
  • Plainte contre X

    Le 17 février 2016 à 09:12 par VincentD

    Je rejoins totalement l’avis de Joenath.
    Au début, la longueur des séances d’images me semblaient trop longues. Mais au final, elles ont tout leur sens.
    J’ai été épaté par la qualité de l’interprétation de la jeune actrice. Elle est en permanence vrai et juste.
    Je ne comprends pas le fait que cette pièce soit interdire aux moins de 18 ans. Au contraire, je trouve qu’elle devrait être montrée à un maximum de jeunes de 16-18 ans vu que la pièce explique qu’ils sont grands consommateurs d’images pornographiques !
    bravo et merci pour cette pièce coup de point !

    Répondre à ce message
  • Plainte contre X

    Le 19 février 2016 à 04:16 par C. ThéO

    Belle mise en scène, angle original de l’autre côté de l’écran.
    La comédienne joue bien, mais à certains moments j’attendais plus de ’colère, révolte’, qu’elle se lâche davantage surtout dans son ’boys boys ...’
    Tous les chiffres donnés ouvrent de débat, et je serai aussi d’avis que cette pièce puisse être montrée devant des jeunes dès 16 ans (même 14 ans avec une réécriture de certains passages)

    Répondre à ce message
  • Plainte contre X

    Le 19 février 2016 à 18:28 par CORL

    ... c’est sûr ce ’spectacle’ ouvre le débat tant le sujet est grave et traité avec un mise en scène ’juste’.
    La comédienne joue vraiment bien mais je ne crois pas que ce rôle était à sa mesure, je ne sais pas...
    il manquait quelque chose...
    Si j’avais des ados (dès 14 ans), je les emmènerai voir et prendrai le temps d’expliquer ce que le texte rend trop ’crument’.

    Répondre à ce message
  • Plainte contre X

    Le 22 février 2016 à 14:30 par oli1

    Une pièce intéressante....Un sujet d’actualité présenté sans tabou.
    Une comédienne de qualité avec une bonne prestance....mais comme le commentaire précédent, il manquait l’étincelle pour obtenir un excellent résultat
    Mise en scène simple où je trouve que les projections étaient trop longues...
    Un texte quelque peu répétitif dans un choix de mots quelque peu agressifs et non accrocheurs.
    Sans doute que ces deux éléments (longueur des projections et répétition d’expressions) ont quelque peu alourdi la pièce.

    Mais elle reste une pièce vivante, contemporaine et intéressante.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles