Lutte des classes

Bruxelles | Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 26 septembre au 20 octobre 2018
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre des Martyrs
Place des Martyrs, 22 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
02 223 32 08

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

Lutte des classes

Il y a Marinella et Nicola, tous deux rivés à des conversations de deux minutes et quarante secondes, pas une de plus, dans un call center. Tous les deux enfilent les « allo-en-quoi-puis-je-vous-être- utile » pour 85 cents l’appel.
Marinella travaille le jour et dort la nuit. Son travail précaire, elle le compare à vivre avec une bombe à retardement en poche dont on finit par oublier le tic-tac, mais l’inquiétude des lendemains incertains ronge le sommeil.
Gamine, Marina rêvait de devenir pape mais faute d’un bout de viande entre les jambes, elle prend conscience de l’inégalité des sexes. Nicola, qui a un frère qui dit les mots à l’envers, prend les coups de fil comme on cueille les tomates. Un travail à la pièce, en somme, mais ce mot est interdit en Italie. La boîte préfère le terme d’ « appel à contact utile ».
Alors Nicola dit qu’il passe à travers les murs, le jour où il le fera pour de vrai, ce sera le jour de la révolution. L’écriture d’Ascanio Celestini saisit la vie des précaires, des dites minorités et laisse une part à l’imaginaire, de quoi se prendre à rêver d’échapper à quelque assignement.

Lutte des classes, ce sont des histoires qui s’entremêlent, qui parlent des petites révoltes quotidiennes, faute de grand soir, les contrats de travail avec date de péremption, le centre commercial pour des barbies en chair et en os, les hommes qui laissent ou pas leurs zizis au placard, la place des femmes et leurs petites culottes... Un art du récit si savoureux qu’on ne peut qu’être emporté.

Distribution

Iacopo Bruno ; Salomé Crickx

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Lutte des classes

    Le 17 octobre à 15:31 par eruwet

    Wouaw ! Quel moment de théâtre intense ! Une fois de plus, j’ai été enchantée, séduite et retournée par le magnifique texte de Celestini. Le tout sublimé par une puissante interprétation des deux comédiens. Merci !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mercredi 3 octobre 2018, par Didier Béclard

Debout ! les damnés de la terre !

Salomé Crickx et Iacopo Bruno adaptent à la scène le roman « Lutte des classes » d’Ascanio Celestini. Un récit savoureux qui parle des petites révoltes quotidiennes, de la précarité des jeunes travailleurs qui ne bénéficient que de contrats avec date de péremption.

Ce sont les metteurs en scène et comédiens, Salomé Crickx et Iacopo Bruno, qui accueillent le public en proposant café ou jus d’orange. Les siège sont disposés en U autour du plateau. Le comédien actionne une petite boîte à musique qui joue l’internationale. « Moi je suis communiste et comme les martiens les communistes sont d’une intelligence supérieure. » Il se targue également de pouvoir traverser les murs et de pouvoir dire les mots à l’envers. « Avec des mots à l’envers, on change tout, on fait la révolution. Les mots, tu les retournes, pas le monde, et tu perds espoir. »
Nicola travaille la nuit dans un call center, il répond au téléphone « allo en quoi puis-je vous être utile », pour 85 cents bruts l’appel de deux minutes et quarante secondes. Au-delà, ce n’est pas la peine, puisque les secondes supplémentaires ne sont pas payées. Mais « le besoin d’argent est plus fort que la nausée d’être ici. » Marinella travaille le jour et dort la nuit. Pour elle, le travaille précaire c’est comme une bombe à retardement dans sa poche dont on finit par oublier le tic-tac.Après trois mois, une nouvelle bombe prend la place de l’ancienne et c’est reparti pour trois mois, c’est ce que l’on appelle un contrat avec objectif défini. On dit que la femme peut devenir ce qu’elle veut, « c’est de l’arnaque » soutient Marinella qui voulait devenir pape. Au catéchisme, on lui a dit que ce n’était pas possible faut de ce bout de viande entre les jambes. « Le peuple est un enfant, la révolution plaît au peuple comme une chose belle et impossible. »
Inspiré du roman éponyme d’Ascanio Celestini (déjà auteur notamment de « Discours à la nation » et « Laïka » interprétés par David Murgia) , « Lutte des classes » décrit le quotidien d’employés de call center mais aussi plus généralement une société de plus en plus dominée par l’individualisme où la précarité des travailleurs est devenue monnaie courante. Marque de fabrique de l’auteur italien, le mélange tragique et comique dresse également le portrait d’une Italie marquée par les dérives gouvernementales et une grande désillusion par rapport aux valeurs de la gauche tout en laissant une part à l’imaginaire, comme une lueur d’espoir.
Salomé Crickx et Iacopo Bruno ont eu l’envie d’adapter le roman à la sortie du Conservatoire, moment où ils enfilaient les jobs précaires comme intérimaires. Ils servent ce texte avec énergie et justesse dans une envolée décoiffante, drôle, engagée qui permet encore de rêver que la révolution est possible.

« Lutte des classes » d’après Ascanio Celestini, de et avec Salomé Crickx et Iacopo Bruno jusqu’au 20 octobre au Théâtre des Martyrs à Bruxelles, 02/223 32 08, theatre-martyrs.be.

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles