Les mains sales

Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 4 au 28 novembre 2014
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
+32 2 223 32 08

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Les mains sales

Les mains sales de Jean-Paul Sartre S’il faut, pour qu’il y ait théâtre, « une passion contrariée, un conflit, une trahison, un reniement, un malentendu, la violation d’un interdit, un crime », pas de doute, Les mains sales, c’est bien du théâtre. Thriller politique, tragédie, comédie, drame historique, vaudeville : tous les théâtres coexistent dans la pièce de Sartre, monument du théâtre français à revisiter sans timidité. Avec France Bastoen, Itsik Elbaz, Thierry Hellin, Joan Mompart, Philippe Morand, Berdine Nusselder, Roland Vouilloz, Simon Wauters. Décor : Didier Payen / Costumes : Anna Van Bree / Lumières et mise en scène : Philippe Sireuil Un spectacle de La Servante

Laissez nous un avis !

5 Messages

  • Les mains sales

    Le 5 novembre 2014 à 08:51 par yurididion@gmail.com

    Comment décrire le pavé que nous envoie la Cie de la Servante ? C’est énorme, puissant et d’une beauté incroyable. Ca remue les tripes et raccourcit le temps. 

    Dans des lumières aussi précises qu’un scalpel, les comédiens font preuve d’une énergie incroyable, et font sonner un texte puissant (et très intéressant). Ca rebondit sur le décor, sur les murs de la salle, et ça vous envahit en profondeur. 

    On se sent baigné de l’ambiance inquiète, on reste en haleine jusqu’au dernier moment, bref on est littéralement dans la pièce, juste à côté de Hugo et de ses dilemmes. C’est là tout l’art développé par Ph. Sireuil et ses comédiens !

    Bravo !

    Répondre à ce message
  • Les mains sales

    Le 7 novembre 2014 à 06:48 par miche271

    2h30 sans entracte...c’est tres long...et ca parle vite.

    J’aurais preferer 3h avec un un temps d’arret car c’est du lourd a suivre et a digerer.

    Mais tres bien joue et bonne mise en scene

    Répondre à ce message
  • Les mains sales

    Le 9 novembre 2014 à 10:53 par chrisdut

    Absolument pas gêné par les 2h30. C’est passé très vite, on est happé par cette histoire et on suit avec intérêt les tourments d’Hugo. J’ai parfois même fait quelques rapprochements avec l’actualité toute récente. Je ne connaissais pas l’oeuvre de Jean-Paul Sartre, cette pièce m’a amené à aller au-delà et à fouiller sur le sujet. Le théâtre des Martyrs est pour celà un théâtre qui fait réfléchir tout en nous proposant des spectacles de haute qualité comme ce dernier opus. Les comédiens sont fabuleux, les décors très bien pensés et la mise en scène parfaite. Une chouette découverte que je vous invite à voir au plus vite. Du bon théâtre.

    Répondre à ce message
  • Les mains sales

    Le 21 novembre 2014 à 02:07 par qson

    Les mains sales est une pièce sur l’engagement politique. S’y opposent, le militant pur et idéaliste fidèle jusqu’au bout à ses idées et le militant réaliste prête à faire des compromis, à négocier quitte à pervertir son idéalisme. La pièce a duré 2h30 sans entracte et je n’ai pas vu le temps passer.Pourtant au départ j’avais peur que cela ne soit trop cérébral et que je décroche. J’avais lu le livre et je me rapelle qu’au fur et à mensure de ma lecture le livre devenait de plus en plus politique au point d’être indigeste mais ici, non absolument pas. Plusieurs classes d’élèves étaient dans la salle et ils ont applaudi à tout rompre manifestement echantés de leur découverte. J’avais eu tort d’hésiter et je ne regrette absolument pas mon déplacement.

    Répondre à ce message
  • Les mains sales

    Le 3 décembre 2014 à 01:27 par VincentD

    Je ne connaissais rien de Sartre avant d’aller aux Martyrs et je dirais même que j’avais un à priori défavorable à son sujet. Mais certaines critiques avaient titillé ma curiosité. Et je n’ai pas du tout regretté d’avoir pris le rsique.

    Même si la pièce dure 2h30, on ne voit pas le temps passer. La mise en scène n’est pas d’une originalité particulière. Les acteurs sont tous justes et bons. Mais là où j’ai été le plus conquis c’est l’actualité du propos alors que cette pièce date de 50 ans. 

    J’ai passé un excellent moment, même si l’entrée en matière fut moins évidente à cause d’un repas un peu trop chargé avant la représentation.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 25 novembre 2014, par Laura Bejarano Medina

(Ir)récupérable

Sans cesse en quête de nouveaux défis, Philippe Sireuil choisit de revenir à l’une des pièces emblématiques du théâtre français. Avec Les Mains Sales de Jean-Paul Sartre, la Compagnie La Servante nous propose un aller-retour au cœur des années cinquante, et soulève des questions universelles à travers un thriller politique poignant.

C’est par un sursaut que Philippe Sireuil nous accueille au théâtre des Martyrs. Perdus dans l’obscurité, des coups de feu marquent le début de retrouvailles dans une pièce vide, où le poids du passé semble résonner contre les cartes géographiques du papier peint. Grâce à des fenêtres retro éclairées, ce décor sobre s’habille d’une lumière dont les variations et les nuances parviennent à restituer de façon étonnante les différentes modulations du soleil pour retracer les périodes de la journée.

Flash-back. Nous sommes en 1943, en temps de guerre. Le Parti est divisé et en crise. L’aile droite, menée par Hoederer, veut négocier avec la dictature fasciste et la droite nationaliste pour prendre le pouvoir à la fin du conflit. Son aile gauche minoritaire, bien décidée à se débarrasser du "social-traître", confie la mission périlleuse à Hugo, un jeune militant d’origine bourgeoise désireux de déposer sa plume de journaliste pour passer à l’action. Accompagné de sa femme Jessica, Hugo est dépêché comme secrétaire auprès de l’homme fort du Parti. Au fur et à mesure que les jours passent, des liens se tissent malgré les divergences politiques, et font vaciller le courage de Hugo.

Soucieux de respecter la dramaturgie de Sartre, Philippe Sireuil porte à la scène des figures théâtrales fortes et complexes, déchirées entres leurs sentiments et leurs principes. Au-delà de l’intrigue politique et des revendications révolutionnaires, Les Mains Sales puise sa profondeur dans les dualités et les contradictions : richesse ou pauvreté, révolutionnaire ou intellectuel, justice ou injustice, jeu ou sérieux, vrai ou faux, bien ou mal. Persuadé que la politique est une science aux raisonnements objectifs, Hugo se confronte à Hoederer dans un combat d’idées où il veut à tout prix triompher pour justifier le meurtre et vaincre l’hésitation. Témoin du bouillonnement entre l’idéalisme et la réalité, le public devient un observateur indécis et sous tension, ne sachant pas à quel moment le jeune militant décidera d’appuyer sur la gâchette.

Malgré les 2h30 de spectacle qui finissent presque inéluctablement par se faire quelque peu sentir, le metteur en scène évite d’une main de maître les pièges de la longueur et de la lourdeur. Entrecoupé de projections d’extraits de documentaires historiques ou de films d’une autre époque, Les Mains Sales jongle avec les changements de rythmes, alternant l’évocation, le drame, les élans idéologiques et les respirations comiques. En écho au personnage de Jessica, dont la candeur et le goût du jeu font sourire, Philippe Sireuil va chercher le comique dans les détails pour surprendre subtilement le spectateur. Une coiffure, un costume, un accessoire de jeu ou de décoration deviennent alors autant de prétextes à la fraîcheur humoristique dans une situation pesante.

Spectacle aux milles facettes, Les Mains Sales de la Compagnie La Servante éveille des questions universelles et contemporaines en amorçant une réflexion sur le pouvoir de l’engament idéologique dans un monde où la fin justifie les moyens. Incisif comme un poignard, ce thriller politique se fonde sur une justesse d’interprétation sans faille, et donne naissance à des moments percutants où éclatent avec impétuosité les contradictions de l’humain et le combat des idées.

Laura Bejarano Medina

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles