Les femmes savantes

Bruxelles | Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 15 au 26 janvier 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre des Martyrs
Place des Martyrs, 22 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
02 223 32 08

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 18

Les femmes savantes

Molière se plaît à arracher les masques. Dans Les femmes savantes, il enlève celui de Trissotin, le conseiller, le faux savant qui enseigne mais s’intéresse davantage à l’argent de la famille qui l’emploie, qu’à son éducation.
Au cœur de l’intrigue, se niche une belle histoire d’amour contrariée avant le dénouement heureux. Clitandre a d’abord aimé Armande, qui se refuse à l’amour charnel, toute dévouée qu’elle est à l’étude de la philosophie ; il s’est dès lors épris de sa sœur Henriette, qui l’aime en retour, réconciliant ainsi l’esprit et la chair. Chrysale, le père, soutient ce projet d’union, mais hésite à affronter sa femme, Philaminte, en dépit des encouragements d’Ariste, son frère. Hommes et femmes vont s’opposer autour de cette.
Ridicules, ces femmes savantes ? « Je prends au contraire au sérieux le débat philosophique qui les agite », écrit Frédéric Dussenne. « L’enjeu, pour Philaminte, Armande et Bélise, est d’importance, car il ne s’agit pas moins que du statut des femmes dans une société patriarcale, et leurs propos ne sont pas dépourvus de sens. »

Au travers d’une direction d’acteurs au scalpel, le spectacle fait mouche pour nous tendre un miroir des plus ambigus de la comédie familiale et sociale.

Distribution

Maxime Anselin, France Bastoen, Lara Ceulemans, Salomé Crickx, Stéphane Ledune, Sylvie Perederejew, Dominique Rongvaux, Hélène Theunissen, Laurent Tisseyre, Benoît Van Dorslaer

Laissez nous un avis !

14 Messages

  • Les femmes savantes

    Le 15 septembre 2016 à 21:50 par Jrabbe

    Beau jeu d’acteurs, des personnages bien dessinés et très persuasifs. Une petite réserve sur les intermèdes mais cela ne gâche en rien la soirée.

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 16 septembre 2016 à 23:54 par mike_bel

    Malgré une diction parfois exagérée et un texte original vieillot, la sauce prend. On passe un beau moment, et on ne voit pas les 2h30 de pièce défilées.

    J’espère juste que prochainement les Martyrs investissent dans l’air co !!!

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 30 octobre 2016 à 23:40 par Colette

    Pas du tout "poussiéreuse" cette pièce de Molière. Non seulement les décors, costumes et mise en scène sont actuels, mais en plus les thèmes n’ont pas d’âge. Les questions concernant l’amour, le désir et le corps, les relations hommes/femmes, la science et le savoir nous parlent toujours. Il y a quelques pointes de féminisme, du romantisme et pas mal d’humour. Il y a des rires communicatifs. Avis positif.

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 1er novembre 2016 à 12:20 par Colette

    Pas du tout "poussiéreux" ce spectacle de Molière. Non seulement les décors, costumes et mise en scène sont actuels, mais en plus les thèmes n’ont pas d’âge. Les questions concernant l’amour, le désir et le corps, les relations hommes/femmes, la science et le savoir nous parlent toujours. Il y a quelques pointes de féminisme, du romantisme et pas mal d’humour. Le rire des acteurs est communicatif. Bien joué. Avis positif.

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 18 janvier à 15:03 par mimi5

    Redécouverte d’un texte étonnant. Jeu un peu inégal des acteurs/actrices qui s’approprient avec plus ou moins de bonheur ce texte encore bien actuel malgré son phrasé... moliéresque. Mise en scène sobre, costumes actuels. J’aurais aimé un peu plus d’audace mais j’ai passé un bon moment de théâtre.

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 20 janvier à 16:19 par C. ThéO

    D’un texte Moliéresque en faire 9>10 parts égales était un défi... presque réussi.
    Certain.es parts s’offre.nt une cerise, et cela amène à un jeu de troupe qui souffre parfois d’un déséquilibre d’intonation, d’intensité, de composition, d’accord. Peut-être un soir sans, peut-être d’excellent.es comédie.nes dans un collectif pas à l’heure mesure.
    Cette réserve mise de côté, le jeu en vaut la chandelle... 2h30 plus loin, les ’Femmes ... ’ de Molière nous faisait claper des mains.

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 23 janvier à 22:38 par michele

    Superbe redecouverte d’un texte qui reste toujours d’actualité. Belle mise en scène. Seul bémol reste la clarté du son soit du à une diction assez inégale soit à l’acoustique de la salle et cela perturbe un peu l’écoute du texte. Hormis ce fait c’est une pièce à aller voir.

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 24 janvier à 02:18 par Ferre

    Magnifique travail dans le chef du metteur en scène et de ces beaux comédiens !
    Un petit bémol toutefois ... J’aurais apprécié que d’aucuns, d’aucunes portent un peu plus la voix ...
    Molière n’est pas simple à suivre et si l’on ne comprend pas toutes les répliques ... on y perd en plaisir ...

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 26 janvier à 12:05 par JMPjmp

    Quelle belle mise en scène et quel jeu de scène dans un décor si sobre. La langue de Molière est si belle à entendre que les confrontations les plus vives dont il est question entre tous les personnages en deviennent drôles ... charmantes à l’oreille. Molière n’a pas son pareil pour rendre intemporelle la psychologie des relations humaines. Avec excellence, la mise en scène et les acteurs font cette fois encore honneur à son oeuvre.

    Répondre à ce message
  • Les femmes savantes

    Le 17 février à 13:15 par Astrida

    Du Molière à la 10 eme puissance, revoir un classique après l’avoir lu au Lycée il y a un petit temps comme adolescente : un vrai plaisir. Belle mise en scène, acteurs magnifiques. Un petit bémol : l’ecran en bois devant lequel parlent les acteurs assourdit les voix au lieu de les faire résonner, j’etais pourtant au 5 eme rang ( et pas dure d’oreille...) .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mardi 22 janvier 2019, par Dominique-Hélène Lemaire

Genre : délire organisé

...qui fait du bien !

De tous les Trissotins que nous ayons pu voir il est de loin le meilleur. Le plus manipulateur. Grand mince et ténébreux, sans la moindre trace de perruque ou de ruban, les tics de richesse tant appréciés du temps de Molière, il se présente avec l’habit de …Baudelaire ? Sans en posséder le moindre tissu poétique. Mais ces dames sont sous le charme et frémissent de tout leur être devant le trompe l’œil et le trompe les coeurs, qui n’en veut qu’à la fortune familiale ! Ah le triste suborneur ! Il faut nommer Stéphane Ledune pour une interprétation vraiment glaçante.

Le dieu des dames femmes sachant « manier les symboles et les signes » s’appelle Vaugelas. L’illustre grammairien. Ces femmes avides de pureté janséniste, frétillent à la moindre rime, conspuent les syllabes ordurières, picorent les insanités, se repaissent de verbosité. Elles s’apprêtent au coup de foudre pour le Grec ancien (Maxime Anselin) , non contentes du galimatias latin. Gavées de formules scientifiques, elles font fi des valeurs pourvu que, dames intensément frivoles, elles soient sujettes aux honneurs des savants esprits.

Peste soit l’animal, le mari qui n’a rien à dire, perd sa seule alliée des bonheurs terrestres, la très avantageuse Sylvie Perederejew jouant Martine que l’on met honteusement à la porte pour simple crime linguistique. A Dieu le parler vrai, la bonne chère, les petits plats dans le four et la grande joie de vivre. Heureusement que le pater familias dont il ne porte guère que le nom, a un compère à ses côtés, le plus exquis des frères, Ariste ( un très aimable et aristocratique Laurent Tisseyre) qui l’écoute et qui, par son habileté et sa belle intelligence, le tirera de son infaillible trépas !

Mais le colloque féminin serait bien fade sans la présence fulgurante d’une véritable sexbomb nommée Bélise (l’explosive France Bastoen) dont les émois à répétition feraient réveiller les morts. Et puis il y a la guerre entre les deux sœurs, jalouses de toute évidence ! La grande, c’est Armande (Lara Ceulemans ), en col Claudine et robe religieuse bleu Marine, fort courte ma foi, autant que les idées, mais baignée dans une chevelure à faire baver les vieillards en quête de Suzanne. Et la sœurette, Henriette (Salomé Crickx), des airs de révolutionnaire qui refuse l’ascendant maternel, une mystérieuse fille de l’air, qui, blême de confusion, préférerait être muette que de braver les confrontations. Notons que le discours acéré lui vient, comme l’esprit vient au filles, au fur et à mesure que l’intrigue avance et que l’amour grandissant qu’elle éprouve pour Clitandre fait le jour … et sans doute la nuit. Ce dernier se voit bien sûr honni par la très féministe académie domestique doublée d’un impitoyable tribunal .

On en vient donc à nos deux préférés : Clitandre (Dominique Rongvaux) , le futur beau-fils qui, très loin de se laisser faire, vient bravement se mêler au public dans la salle. Et son nouveau père, le très épicurien Benoît Van Dorslaer qui tout au long de la pièce, doit opérer la difficile conversion du mari terrorisé par sa femme, vers une condition d’homme libre, heureux de vivre. Mais qu’il est donc difficile de franchir cette porte qui l’anéantit ! L’ état à atteindre, c’est l’idéal d’honnête homme, bien-sûr ! Toutes le pièces de Molière en témoignent. Avouez que cet homme aurait dû être canonisé au lieu d’être jeté à la fosse commune. Comme le public se régale !

Le metteur en scène qui œuvre au mandala de personnages a un sens de l’équilibre parfait. Chaque pierre ajoutée à l’ouvrage a du sens et du poids. Toutes les forces se rencontrent et se tiennent comme pour encourager un écho durable chez le spectateur. L’absence de décor conventionnel d’une vraie maisonnée souligne combien le décor est futile dans nos vies. Le metteur en scène s’inspire du principe de frugalité shakespearien au profit d’un travail magistral sur l’analyse psychologique, fouillée au maximum. Comme pour un hui-clos moderne, voilà un mur. En panneaux de contreplaqué, de couleur brute, le bruit de la craie blanche pour écrire, une porte de vielle salle de bain percée de trois carreaux absents, ouverts sur le néant et deux chaises de bois peintes en blanc. Une perspective plate en deux dimensions, sol et mur. C’est Tout. Il faut nommer le roi de la fête du rire délectable : Frédéric Dussenne.

Au fur et à mesure que les actes se déroulent, le décor se ressert, un plafond de même texture vient même s’emboîter, la troisième dimension ? La part manquante ? Enlevé c’est pesé, a-t-on jamais vu une interprétation de Molière plus éternelle que celle-là ? L’éphémère est devenu visionnaire. Le féminisme pourtant balbutiant chez les femmes de Molière y trouve son compte et le pauvre mari que l’on prend en pitié est bien ridicule quand-même dans sa tirade de la place de la femme à la maison ! C’est tout l’art de dire, de suggérer, de sub-liminer.
Quel dépouillement, ce lit de fer blanc, seul nouveau meuble habillant le plateau après l’entracte. Il évoque tout à la fois la lointaine ruelle dans laquelle les femmes de lettres accueillaient les courtisans dans leurs salons, mais aussi le harcèlement pathétique dont fait preuve un Trissotin digne d’ enfermement. Il n’a finalement rien pour lui, comme le souligne très bien Hélène Theunissen (Philinthe). Il peut à peine à se maîtriser devant une Henriette plus qu’inquiète devant ses assauts répétés. Trissotin, la pierre qui blesse ? On la jette dans la rivière et on garde tout le mandala dont chaque élément a une saveur policée par les vents de l’esprit et du cœur. Et vive Madeleine de Scudéry ! Et la langue de Molière, dis ? La langue ? La fleur, dis ? La fleur, il nous l’a donnée ! ( …France Gall !)​

Dominique-Hélène Lemaire

Mercredi 21 septembre 2016, par Jean Campion

Trouver un équilibre... Pas facile !

En 1995, Frédéric Dussenne avait mis en scène "Les Femmes savantes", dans un diptyque avec "L’Ecole des femmes". Il y revient, refusant toujours que la pièce devienne une charge grotesque de pédantes ridicules. C’est une comédie plus subtile. Même si Molière se moque des excès de ses héroïnes et de leur admiration aveugle pour un faux poète, il leur fait tenir des propos intéressants sur le droit des femmes à être " autre chose qu’un objet de plaisir, une sage ménagère ou un utérus productif." Dans "Les Femmes savantes", l’intrigue est négligée, au profit des caractères et des affrontements d’idées. C’est sur eux que le metteur en scène veut concentrer notre attention. Les costumes sont modernes et le décor d’une grande sobriété. Il évolue légèrement, au fil des actes, mais reste imprécis.

Armande tente de dégoûter sa soeur Henriette du mariage. Qu’elle épouse plutôt la philosophie ! Elle échappera à l’esclavage de l’homme et à la tyrannie des sens. Pour Henriette, un mari, des enfants, c’est le bonheur. En apprenant que l’heureux élu est Clitandre, Armande cache mal son dépit. Henriette ne peut pas se marier avec ce jeune homme, qui lui a fait la cour pendant deux ans. Celui-ci la détrompe. Lassé par un amour désespérément platonique, il est bien décidé à demander la main d’Henriette, prête à l’aimer corps et âme. Reste à convaincre les parents. Ou plutôt la mère, Philaminte, qui gère la maison avec une autorité redoutable. Bien qu’il déteste les femmes qui étalent leur savoir, Clitandre s’efforcera de l’amadouer.

Eprise de "hautes sciences" et de "beau langage", Philaminte se montre intolérante. Le moindre archaïsme la fait tiquer et elle oblige Chrysale, son mari, à chasser la servante Martine, pour "avoir insulté son oreille", par l’impropriété d’un mot condamné par Vaugelas. Avec son aînée Armande et sa belle-soeur Bélise, elle forme une petite académie qui se pâme, en décortiquant le sonnet distillé par Trissotin. Des commentaires creux stimulés par cet arbitre des élégances. Sensible à ses flatteries, Philaminte se laisse piéger par son orgueil. Mais, en justifiant les aspirations intellectuelles des femmes et leur désir d’émancipation, elle se montre lucide et pertinente. Digne fille d’une mère réputée "savante", Armande sacrifie la nature sur l’autel de la culture. Cependant, pour tenter de récupérer Clitandre, elle se dit prête à consentir à un amour charnel. Nourrie de sciences et d’illusions, Bélise s’invente des prétendants. Quand Clitandre lui parle de son mariage avec Henriette, la vieille fille s’imagine qu’il emploie un détour précieux, pour lui avouer son amour. Une obsession ridicule et touchante.

Chrysale est un brave homme, ravi de voir s’embrasser les amoureux. Mais c’est un poltron, incapable de s’opposer seul aux décisions de sa femme. Il a besoin du soutien de son frère Ariste ou de Martine, pour oser combattre son despotisme. Une fois cependant, il se lâche, regrettant amèrement les prétentions intellectuelles des femmes, qui les empêchent de bien tenir leur ménage. Un réquisitoire passéiste et machiste, bien loin de la modération de l’honnête homme. Porte-parole de Molière, Clitandre prône la recherche d’un équilibre entre idéal et réalité. Il condamne les gens bardés de certitudes. C’est parce qu’elles ne doutent pas de leur sens critique et de leurs connaissances que les femmes savantes sont subjuguées par un sonnet. Trissotin, un plagiaire, cupide, sans talent et sans envergure, peut profiter de leur extase.

La pièce démarre lentement. Mais dès la première intervention de Bélise, amoureuse lunaire et désarmante, elle prend son envol, faisant alterner discussions serrées et scènes cocasses. Soutenus par une mise en scène lumineuse, les interprètes sont excellents. Le jeu nuancé de certains comédiens révèle la complexité de leur personnage. On savoure la langue de Molière et on s’amuse à revoir l’image symbolique de Chrysale tétanisé, face à une porte qui s’ouvre sur le vide. Frédéric Dussenne termine chacune des deux parties par une chanson tendre. Les combats d’idées cèdent la parole au coeur.

Jean Campion

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles