LAIKA

Bruxelles | Théâtre | Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Dates
Du 4 au 11 février 2017
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre National
boulevard Emile Jacqmain, 111 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatrenational.be
info@theatrenational.be
+32 2 203 41 55

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

LAIKA

Création au Festival de Liège : le 27 janvier 2017
Et si la trinité c’était rien qu’une grosse blague et qu’au bout du compte le seul Dieu c’était moi ?
Après le magnifique Discours à la Nation qui a par-couru le monde, Ascanio Celestini et David Murgia nous reviennent avec Laïka. Ecrit par le premier et interprété par le deuxième accompagné cette fois d’un accordéoniste, Laïka nous raconte l’histoire d’un pauvre Christ revenu sur terre non plus pour la libérer de ses péchés mais pour l’ausculter et qui se retrouve bien seul au milieu des fatras du monde.
Cette histoire se déroule dans une banlieue quel-conque. Depuis la fenêtre de son appartement où il vit avec Pierre, ce Jésus-Christ improbable observe le va-et-vient d’un clochard, migrant qui a fui son pays en guerre et qui a installé ses quartiers sur le parking du supermarché voisin, de la voisine qui a la tête embrouillée, de la prostituée du quartier qui tapine la nuit et brûle des pneus pour se réchauffer, entre autres pauvres hères.
Et ce brave Jésus, qui n’est finalement pas un dieu mais un homme fait « de chair, de sang et de mots » comme le précise l’auteur, scrute à distance depuis son petit paradis-studio, impuissant, ce bas monde réduit à 1000 m2 de bitume. Et veut tout savoir sur ce clochard, non pas pour le sauver de sa pauvreté, mais pour lui permettre de la vivre joyeusement.
Comme dans Discours à la Nation, Celestini et Murgia nous emmènent dans un monde engagé et imagé, où évoluent des personnages attachants et naissent des émotions fortes.
Ils passent de l’ironie à la farce, de la satire politique à la réalité crue. On y croise Che Guevara, les trois religions monothéistes et même une vieille gloire du football. Et, on se laisse emporter par une fable incroyable qui nous donne au final une grande leçon de vie.

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 10 février 2017, par Jean Campion

Vivre en défiant la misère

Dans "Discours à la nation" (2013), Ascanio Celestini donne la parole aux puissants. Sans le moindre remords ni souci de respectabilité, ils prétendent imposer au peuple "la loi du gros poisson qui mange les petits." Croquant avec cynisme des apprentis dictateurs, David Murgia rendait fort percutante cette critique du capitalisme triomphant et du fatalisme quotidien. Cette fois, le tandem fait entendre la voix des laissés-pour-compte. Avec humour et poésie, "Laïka" nous rapproche des personnes condamnées à une extrême précarité. Paradoxalement, cette fable tendre et lucide est plus optimiste que "Discours à la nation".

Devant Pierre, son colocataire, Jésus revit la journée qu’il a passée au bistrot. Stimulé par les pékets, il a ouvert les yeux de ces "messieurs du bar", indifférents à la vie du quartier. Avec exaltation, il les a fait pénétrer dans la vie des manutentionnaires, du clochard, de la dame à l’esprit embrouillé et de la prostituée. Surveillés étroitement par la police, des migrants font grève. Ils ne supportent plus de porter des caisses à une cadence infernale. Plus question de s’abrutir pour un salaire de misère ! Le clochard, qui dort sur le parking du supermarché, n’a pas toujours été clochard. Il a suffi d’une caisse éventrée pour l’accuser de piquer de la vodka. Prétexte suffisant pour le jeter à la rue.

A la suite d’un accident qui a tué son fils, une vieille dame flotte dans ses souvenirs . Niant cette mort, elle se raccroche à la religion et fait pression sur une habitante de l’immeuble, pour qu’elle l’imite. Celle-ci n’ a pas de temps à consacrer à la bigoterie. En revanche, très patiemment, elle va aider cette femme à la dérive : remplir des petits cahiers lui permettra de lutter contre les défaillances de sa mémoire. La prostituée est une femme qui s’assume sans complexe. Privée de mère, elle n’a pas été victime d’une enfance malheureuse, mais d’une love story qui a mal tourné. C’est elle qui a poussé son amoureux infidèle à rejoindre la femme enceinte de lui. Quelques brèves aventures et puis... le tapin. L’odeur âcre des pneus que l’on brûle, pour se réchauffer. Elle ne se plaint pas, car elle maîtrise sa vie. Même pour beaucoup de fric, elle ne fera pas d’heures supplémentaires.

En proposant un théâtre de "narration", Celestini prolonge l’oeuvre de Dario Fo. A l’instar du "jongleur du peuple", il aime tourner en dérision certaines pratiques de l’Eglise, comme les canonisations. C’est avec un humour grinçant qu’il raconte le conflit entre Stephen Hawking défendant sa théorie du big bang et Dieu, qui n’a pas le beau rôle. Jésus, par contre, n’est pas un dieu, mais "un homme fait de chair, de sang et de mots", qui ausculte ce bas monde, à l’échelle du quartier. Un témoignage écouté avec bienveillance par l’ami Pierre et ponctué par les commentaires de madame "tout le monde". (Yolande Moreau, en voix-off)

La réussite du spectacle tient beaucoup à l’osmose entre l’auteur et l’interprète. Celestini a laissé place à l’improvisation, pour permettre à David Murgia de s’approprier le texte. Celui-ci a pu ainsi préserver la musicalité du monologue, soulignée par les interventions de l’accordéoniste Maurice Blanchy. Habité par ce texte puissant, le comédien électrise la scène. Par son débit torrentiel, il rend fascinant le drame du manutentionnaire prisonnier d’un cercle infernal : fatigue... alcool... isolement... fatigue... alcool. Adoptant un ton plus léger, il nous fait rêver en imaginant différentes morts possibles.

"Discours à la nation" est un brillant pamphlet, où l’humanité se cache sous la richesse et les rites sociaux des puissants. Dans "Laika", on la reconnaît dans la fragilité de ces êtres capables de résister. Comme Laïka, chienne bâtarde trouvée dans les rues de Moscou, mieux armée qu’une chienne de race, pour devenir le premier être vivant envoyé dans l’espace.

Jean Campion

Théâtre National Wallonie-Bruxelles


Boulevard Emile Jacqmain, 111
1000 Bruxelles