LA CERISAIE

Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 27 janvier au 5 mars 2011
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
+32 2 223 32 08

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

LA CERISAIE

LA CERISAIE – Anton Tchekhov
Théâtre en Liberté

Au Théâtre de la Place des Martyrs - Grande salle

Du 27/01 au 05/03/2011 - Dimanches : 06 et 20/02

Quatre tranches de temps réel, faussement simples. Une par saison. La symphonie nocturne et blanche, en quatre mouvements, d’un long adieu à la Cerisaie telle que chacun l’a aimée. Pour Lioubov, elle a la grâce gratuite de l’enfance, mais c’est là que son fils s’est noyé. Pour Lopakhine, elle vaut de l’or, mais il faut la détruire à la hache. Beauté stérile ou trésor à défigurer, chacun porte en soi sa Cerisaie. Et pour tous, l’avenir s’ouvre sur les décombres de son charme. Théâtre en Liberté est heureux de vous présenter cette « comédie » crépusculaire et lumineuse, le dernier chef-d’œuvre de Tchekhov.

avec Delphine Bertrand, Jean-Henri Compère, Jaoued Deggouj, Christophe Destexhe, Bernard Gahide, Stéphane Ledune, Julie Lenain,
Sylvie Perederejew, Laurent Tisseyre, Hélène Theunissen…
Mise en scène : Daniel Scahaise

Laissez nous un avis !

29 Messages

  • LA CERISAIE

    Le 3 février 2011 à 04:50 par deashelle

    La dacha endormie... Un quidam se repose, les pieds en l’air posés sur un pupitre d’écolier dans une chambre d’enfants. Beau plan incliné vers l’avenir, drapé de blanc. Lioubov a passé 5 ans de Paris à Menton en compagnie d’un cuistre ; on l’attend, il est2h du matin. Elle arrive enfin avec toute sa suite. Tantôt elle évoque avec délectation ses souvenirs d’enfance.Tantôt elle éclate en sanglots pour la perte de son enfant de 7 ans noyé dans la rivière. Léonid son frère, épris de billard et de beaux billets prononce l’éloge de l’armoire centenaire ! Lioubov,insouciante et hors du temps, est envoûtée par l’antique propriété mais refuse catégoriquement de prendre les mesures financières proposées par son intendant Lopakhine : aucun sens des réalités.Notre Europe de l’an 2010 ? Ou … notre petite Belgique. Cela a un goût de décadence, d’inexorable effritement, d’illusions perdues, d’argent impossible à garder, de désirs avortés. Tout file entre les doigts frivoles de Lioubov, jusqu’au dernier rouble. Bien que ruinée, elle commande une dernière fois des violons qu’elle ne pourra pas payer et donne une dernière fête où tout le monde danse, chante et se soûle de gloire passée. Elégance du désespoir. Chapeaux et habits sont somptueusement blancs et sophistiqués, la blancheur précoce des cerisiers annonce la fin imminente. Voilà La Cerisaie perdue, vendue au plus offrant : ce petit-fils de paysan qui étouffe du bonheur et de fierté d’avoir saisi les biens de ses anciens maîtres. C’est le déchirement et départ de la famille au grand complet après un dernier hommage à la beauté vouée à la disparition. Il y a ce duo très émouvant de mère et fille, l’une crispée par la douleur, l’autre illuminée par le désir et l’espoir de renouveau... Un jardin de désirs et de nostalgie !

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 3 février 2011 à 08:02 par soniaLUX

    Tous les personnages clefs d’une comédie classique . Tchekhov a non seulement bien dépeint les mœurs de l’aristocratie russe ne sachant pas s’adapter à l’évolution de société , mais cette analyse reste d’actualité et n’est pas réservée à une époque et un peuple . C’est le temps qui s’écoule et qui ne laisse pas ou peu de trace dans les mémoires . On ne peut revivre son passé . Le rôle du majordome est comme un métronome qui déroule le temps qui passe . Il est le seul rôle qui a les pieds sur terre .

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 3 février 2011 à 11:13 par annemari

    très agréable soirée dans ce beau théâtre qu’est celui de la place des Martyrs. Pièce avec des longueurs, mais un très beau texte, une très belle distribution, un grand soin dans le choix des costumes ; mais pourquoi infliger aux spectateurs un fumeur de cigares ... ?

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 4 février 2011 à 09:39 par adriana

    Une magnifique soirée au Théâtre de Martyrs avec une pièce de théâtre qui rapproche les époques et les cultures.
    Un décor sublime par son ingénuosité et par sa simplicité.
    L’atmosphère russe qui a son quelque chose d’irréel et d’ implacablement nostalgique même quand le bonheur est présent.
    Merci pour cette soirée !

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 6 février 2011 à 07:57 par jacqm

    la lenteur de Tchekhov, son analyse de la société et de l’homme, j’adore ; superbe jeu des comédiens, le spectacle aurait mérité un entracte

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 7 février 2011 à 02:40 par paolo

    Ce que j’aime bien des classiques c’est que ce sont des classiques ! On sait ce qu’on veut voir, et on ne s’attend à rien de plus. Il n’y a pas d’expérience, c’est du classique. Si après, la mise en scène a un touche délicate et poétique et les comédiens sont vraiment bien dans leur rôle (dans le sens classique, bien sûr) ben, alors on passe une très belle soirée, comme celle que j’ai passé au théâtre des Martyrs en regardant la Cerisaie !

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 7 février 2011 à 08:18 par LUspirou

    Un grand classique magnifiquement interprété et mis en scène . Tchekhov analyse avec finesse la société et l’être humain . Une très agréable soirée .

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 7 février 2011 à 12:05 par papychat

    Oui, un entracte, pour aller respirer !
    Belle pièce classique russe et nostalgique, magnifiquement interprétée par le Théâtre en Liberté, d’une beauté presque cinématographique. Le jeu du voile blanc qui découvre les saisons est très poétique, le va-et-vient du serviteur immuable, un délice. On a aussi beaucoup aimé les différents plans d’action et le quadrille du désespoir ravalé derrière les masques. Cette mise en scène est raffinée et très soignée, mais nul n’était besoin pour Pichnik de nous enfumer à longueurs de cigares, tout au long de la saga où il ne se passe rien que la perte. Partir en fumée, suffit à la Cerisaie sans que l’on n’insiste si lourdement. Bravo pour les interprétations féminines auxquelles je suis … le plus sensible.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 14 février 2011 à 03:56 par lapin

    Une magnifique soirée au théâtre des martyrs que nous ne connaissions pas. Bravo au metteur en scène et aux comédiens qui ont rendu ce Tchékhov plus actuel que jamais !! Beaucoup de délicatesse, de sobriété et des trouvailles qui accentuent le côté poétique de l’oeuvre. Le voile blanc ponctue d’un nuage mousseux, les allées et venues du vieux serviteur réglé comme un métronome et la touche originale des masques voilés par le désespoir s’ajoutent à mon admiration. Bravo pour le choix des costumes sans oublier la personnalité des comédiens bien adaptée à celle des personnages... en ce qui me concerne, un entracte aurait coupé et abimé quelque peu le monde dans lequel l’auteur et le metteur en scène nous ont transportés. Bravo…au risque de me répéter… vu le 9 février 2011

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 14 février 2011 à 11:30 par Jiel

    Un grand classique dont je ne me lasse jamais. Des costumes magnifiques, des comédiens formaidables, un texte tout en finesse, j’ai passé une très bonne soirée

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 15 février 2011 à 09:36 par verlinde

    Un grand classique effectivement qui vaut la peine d’être vu. et surtout soulagée de constater que beaucoup d’avis sont positifs car les personnes qui m’ont accompagnées n’ont pas apprécié... Fianlement, en allant voir une pièce de Tchékhov, je ne vois pas vraiment à quoi ils s’attendaient...
    Même si la Cerisaie dure plus de deux heures, cela ne m’a pas paru long, au contraire ! Si on ne connait pas du tout l’histoire, il n’est peut-être pas toujours facile de s’y retrouver, de savoir qui est qui,... mais une fois qu’on ’rentre’ dans la pièce, on s’y retrouve et c’est plutôt agréable.
    bref, très chouette soirée dans un théâtre très agréable.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 16 février 2011 à 04:09 par aure

    Je ne reviens pas sur la pièce elle-même et le Théâtre Russe auquel on adhère ou pas, mais sur la mise en scène, magnifique.
    Tout est symbole, rien n’est omis. Et une poésie sobre et pure comme masquant ces tragédies de vie, des personnages vifs emplissant bien la scène, des costumes en harmonie parfaite, un moment de pause, de répit, absolument délicieux.
    Un entracte ? Non je n’aurai pas apprécié, et la pièce ne s’y prête pas je pense, la continuité des évènements dans la fluidité, sans heurts..
    J’aime ce théâtre, je n’ai jamais été déçue et y reviendrai avec bonheur !

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 16 février 2011 à 12:12 par reeli

    Je dois dire que j’étais bien curieuse de voir La Cerisaie ici à Bruxelles ! Venant de l’Estonie où l’on a connu la mentalité russe pendant des décennies, je crois connaître au moins un peu cette nation (comme je suis encore étudiante, je n’ai pas vraiment de souvenirs de l’époque soviétique) et donc, au lieu de me concentrer sur l’histoire même, je me suis plutôt intéressée aux comédiens et à leurs interprétations. À mon avis, ils jouaient un peu avec des stéréotypes mais bon, étant francophone, on ne peut pas devenir Russe comme ca, d’un coup :) Pourtant, j’ai beaucoup apprécié les costumes et les décors !
    L’amie avec qui je suis venue (une Belge) aimait beaucoup, peut-être que je dois m’habituer encore au théâtre belge :)

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 19 février 2011 à 07:51 par faucer

    La Cerisaie est sans aucun doute la plus belle pièce de Tchékhov, et le théâtre des Martyrs a encore une fois eu raison de monter cet auteur. Les comédiens sont excellents, ainsi que la mise en scène. L’idée d’assombrir les costumes au fur et à mesure de l’histoire est bien pensée. Pour moi il s’agit d’une tragédie moderne : on sait que l’on va à l’inéluctable, mais on y croit quand même..Encore une fois, bravo.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 20 février 2011 à 10:39 par nemi

    C’est vrai que la pièce est longue mais à aucun moment, on ne s’ennuie. Le décor est bien pensé et les costumes sont d’époque. Le majordome ajoute une pincée d’humour à chacun de ses passages. Un seul bémol : pourquoi empester la scène (et les premiers rangs) avec un cigare alors qu’on ne fume pas dans un théâtre. Est-ce réservé aux acteurs ? Cela n’apporte rien à l’histoire.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 20 février 2011 à 12:23 par loulou

    Très belle mise en scène (hormis l’enfumage !), simple, ingénieuse. Très beaux costumes. 
    J’ai particulièrement apprécié le jeu des comédiennes que j’ai trouvé plus subtil, plus nuancé que celui des comédiens parfois outrancier.
    Les deux heures de spectacle passent sans qu’on s’en aperçoive.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 21 février 2011 à 01:20 par lapin

    Je réagis à propos du cigare qui semble avoir dérangé certains spectateurs. N’étant pas placée dans les premiers rangs, l’odeur ne m’a pas atteinte mais je peux comprendre qu’elle ait pu le faire... n’oublions pas cependant, qu’à l’époque, fumer n’était pas frappé d’interdiction... Cela n’apporte peut-être rien de spécial à l’histoire si ce n’est qu’un peu plus de réalisme...(peut-être). Le metteur en scène est le seul à pouvoir nous expliquer si l’explication est nécessaire.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 3 mars 2011 à 12:28 par PeterPan

    Belle pièce, un peu longue... mais c’était annoncé. Excellente interprétation des comédiens, avec une mention spéciale pour le majordome qui ajoute un zeste de légèreté (c’est quand même du Tchékhov !) à chacune de ses apparitions. Et comme beaucoup d’entre vous, malgré que je sois moi-même fumeur, même si j’étais au 7è rang, j’ai été incommodé par la fumée et l’odeur de ce cigare, qui, certes, sert à rendre son fumeur un peu plus méprisable, mais n’apporte rien de plus... A méditer

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 4 mars 2011 à 01:57 par molhant

    Très beau spectacle, admirablement joué,très belle mise en scène et très beaux costumes.Nous avons passé un moment exquis que nous continuons à savourer.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 5 mars 2011 à 03:23 par Naira

    Il me faut l’avouer, parmi les nombreuses lacunes de ma culture, la littérature russe pourrait aisément être comparé à un profond abîme, un trou béant, voire abyssal, dans lequel se débattraient vainement de grands auteurs tels que Dostoïevski, Tolstoï ou encore… Tchekhov.
    Hier soir, pourtant, un heureux « hasard » me permit de repêcher ce pauvre Anton et de le sauver de la l’oublieuse et inculte noyade qui le guettait. Autrement dit, nous l’avons tous les deux échappé belle (probablement plus moi que lui, c’est vrai vu son statut actuel de poussière d’étoile). Comment ? Certains martyrs amoureux des planches nous offraient la possibilité d’être les spectateurs ébahis de cette incroyable comédie en 4 actes au doux nom de La Cerisaie. Et aujourd’hui, après cette seule expérience, il me semble que je puis aisément affirmer que je comprends enfin pourquoi le génie russe est tellement encensé.
    Quatre actes, deux heures et demie et pourtant, on ne s’ennuie jamais. Des personnages vivants et complexes (sans exception !) se meuvent à travers un texte mêlant traits d’humour, questionnements internes et considérations philosophiques et historiques. Non content de nous livrer une analyse psychologique à la consistance étonnante, Tchekhov nous offre de magnifiques chassés-croisés, une alternance rythmique irréprochable, une utilisation fine des différents types de comiques… Tout ça, dans un cadre immaculé et presque féérique !

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 5 mars 2011 à 03:24 par Naira

    (...)
    Cerise sur le gâteau : le professionnalisme des acteurs, du metteur en scène et de la costumière. Ces derniers illuminèrent la scène, chacun à leur manière, d’une manière tellement sidérante, que, à l’instar de certains personnages de dessins animés, de majestueuses étoiles dansèrent devant nos yeux…

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 7 mars 2011 à 09:55 par zoepeanu

    Belle pièce classique comme on en voit que trop peu malheureusement.
    Beauoup d’interprètes aux personnalités très différentes, les costumes, la musique, tout pour nous captiver.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 7 mars 2011 à 10:11 par belgian

    Un peu fouillis au début, beaucoup de monde sur scène, on se demande qui est qui mais petit à petit tout prend forme.
    Très joli jeu avec des voiles et des scènes en arrière plan.

    J’ai retrouvé avec plaisir Christophe Destexhe vu dans "Celle-là" 4 mois plus tôt.

    J’ai bien aimé, juste trouvé un petit peu long la fin.

    Répondre à ce message
  • LA CERISAIE

    Le 6 novembre 2011 à 11:12 par Nastia

    Très belle pièce, un très beau travail avec un texte pourtant difficile à faire assimiler au public... Mise en scène superbe. Bref, que du bonheur !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles