Je suis un poids plume

Bruxelles | Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 3 mars au 1er avril 2017
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre des Martyrs
place des Martyrs, 22 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
02 223 32 08

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 2

Je suis un poids plume

Elle. Sans lui. La boxe. La vie. Un corps qui s’arrête. Un corps qui s’épuise. Un corps qui renaît… C’est à l’arrière d’un petit immeuble au fond d’une cour qu’elle a un jour franchi la porte d’une salle de boxe. Poussée par une nécessité alors indicible. Elle a chaussé ses gants et laissé faire le geste. Elle a frappé pour sentir la vibration de la vie jusqu’au bout de ses doigts. Elle a parlé une langue nouvelle, « direct », « jab », « uppercut », a appris à ne pas baisser les yeux, à appris à parer et à recevoir les coups, a appris à les rendre. Elle a écouté et reconnu son instinct. Elle a rencontré et repoussé ses limites. Elle appris à vivre sans lui. Nettoyer. La trace de son corps, la trace de ses mots, l’empreinte de ses mains.

Il y a mille chemins pour naître à soi. Nous voulions parler de celui d’une jeune femme qui au lendemain d’une séparation va trouver au cœur d’une petite salle de boxe une force nouvelle de vie. Quand le corps est en mouvement, les pensées deviennent précises comme des frappes, moins chaotiques, elles font mouche, s’inscrivent autrement mieux. Les mots prennent un sens nouveau. Dans cette danse du boxeur, tout se concentre, devient plus tranquille. Et au bout du souffle et des forces, on écoute les dictées du cœur. Alors, le temps d’un entraînement, sur le plateau-ring du théâtre-boxe, baisser la garde et retrouver la vie.

(Stéphanie BLANCHOUD et Daphné D’HEUR)

JEU & ÉCRITURE
Stéphanie Blanchoud
SCÉNOGRAPHIE Maud Grommen
CRÉATION SONORE Pierre Slinckx
COSTUMES Chloé Dilasser
COACHS Ben Messaoud Hassen & Philippe Maigret Avec la participation de Mickaelis Karagianis
ASSISTANAT À LA MISE EN SCÈNE Antoine Motte dit Falisse
ASSISTANT-STAGIAIRE Yuri Didion
MISE EN SCÈNE Daphné D’Heur

Distribution

De Stéphanie Blanchoud, mise en scène Daphné D’Heur, avec Stéphanie Blanchoud

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Je suis un poids plume

    Le 10 mars à 11:04 par alibaba

    Un seul en scène très bien mené - sensible mais sans sensiblerie ! Un moment doux et dur à la fois, parce qu’on respire avec elle, on est avec elle. Chacun peut se reconnaitre dans cette tranche de vie de quelques mois, ce tournant significatif - on rit, on pleure, on respire (oui, oui, c’est important). Et on fait le plein d’énergie, parce que franchement : elle a la pêche !

    Répondre à ce message
  • Je suis un poids plume

    Le 27 mars à 15:51 par rebdelire

    Emouvant au possible.
    Seul-en-scène tellement bien joué. Elle m’a mis les larmes aux yeux.
    Le texte est fort et puissant et la mise en scène ne fait qu’accentuer ce côté poignant...

    Bravo ! à voir et à revoir

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 6 mars 2017, par Catherine Sokolowski

Phénix de l’uppercut

Stéphanie Blanchoud, connue pour son rôle d’inspectrice dans la série “Ennemi public”, propose un récit partiellement autobiographique, en tout cas intime. L’histoire d’une séparation, avec la boxe comme exutoire. Au début timidement, “Même si t’arrives pas, t’essayes”, conseille son entraîneur, mais pendant une heure et demi, quand même. Maintenant, cela fait presque cinq ans qu’elle boxe, et sur scène, elle offre une belle démonstration de son art, avec Ben l’entraîneur, “Ben, le seul en qui j’ai cru au bout de 2 minutes”. Cette juxtaposition entre l’énergie dégagée par le sport et la tristesse d’une histoire terminée dégage quelque chose qui s’apparente à de la poésie. La prestation de Stéphanie est touchante.

Stéphanie sonne et s’écrie : “Y a une nana ! t’as déjà quelqu’un d’autre ?”. Pour certains, les lendemains d’une séparation sont plus agréables que pour d’autres. Il faut pourtant régler la répartition des objets, préférence pour une machine à laver et autres détails matériels. Il faut aussi penser à autre chose, tout le monde a un souhait enfui, une idée originale, un souhait inaccessible. Du désarroi naît le courage, celui d’entrer dans la petite salle de boxe située à l’arrière d’un immeuble. Deux chocs qui s’affrontent pour s’annuler ?

Plus tard, il y a un voyage en Afrique, “sur cette terre, brûlée comme est mon cœur”.
Après la déception, l’espoir : “La route est là, belle et inconnue”. Et côté boxe, le premier sparring, qui ne se passe pas si bien que ça, elle aurait pu rendre les coups, tous les coups qu’elle a reçus, mais elle n’y est pas arrivée. Elle comprend qu’elle n’est pas là pour cela, qu’elle n’a jamais aimé la violence. La boxe, c’est de la danse.

Aujourd’hui, au Théâtre des Martyrs, demain au Théâtre Océan Nord dans “La Musica Deuxième” (interprété par Catherine Salée et Yoann Blan), les stars du petit écran occupent la scène des théâtres, pour le plus grand bonheur de tous. Stéphanie Blanchoud raconte une histoire somme toute assez banale dans un contexte original, celui de la boxe et de la chorégraphie des mouvements physiques. Car il s’agit bien de cela, de danse et de légèreté. Avec Daphné D’heur à la mise en scène, l’actrice témoigne de ses combats : boxe, temps et mots se confondent dans une simplicité qui va droit au cœur.

Poids Plume

Théâtre des Martyrs


place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles