Giovanni’s club

Namur | Danse | Théâtre de Namur

Dates
Du 15 au 16 janvier 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Namur
Place du Théâtre 2
Contact
https://www.theatredenamur.be/
billetterie@theatredenamur.be
081 22 60 26

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 15

Giovanni’s club

Que reste-t-il aujourd’hui du mythe du tout-puissant phallus ? Ben, aujourd’hui les hommes fondent en larmes, en direct, devant des milliards de personnes … pour avoir perdu un match de football ! Ce nouveau mythe de la masculinité, le danseur et chorégraphe Claudio Bernardo le met en danse dans une chorégraphie qui prend chair du folklore grandissant qui autorise l’homme à exprimer ses émotions autrement que par un stoïcisme utopique. Giovanni’s Club interroge cette utopie masculine, sur fond de Casanova et de Don Giovanni, deux mythes populaires qui incarnent la virilité dans son sens le plus corrompu.

Sur la scène, les hommes se désintoxiquent des attributs séculaires accolés au Géniteur, les codes se brouillent et se lancent dans un colin-maillard digne du sexe des anges. Les danseurs se confrontent, s’étirent, se dévêtissent, et laissent dévoiler une vulnérabilité profonde longtemps réservée aux femmes. La légèreté des costumes, mêlée aux tenues orientales, rappelle l’ambiguïté du kabuki japonais où les personnages féminins sont joués sur les planches par des hommes. Mozart s’invite au sevrage, avec des extraits de l’opéra Don Giovanni, aux côtés d’une composition originale de Jean-Philippe Collard et Yves de Mey suggérant une ambiance de musique de film. Bienvenue au club !

Distribution

Chorégraphie et scénographie Claudio Bernardo. Avec Mikael Bres, Vincent Clavaguera-Pratx, Ezra Fieremans, Rafael Gomes, Mimbi Lubansu (enfant), Calixto Neto, Jérôme Varnier (chanteur lyrique), Mavi Veloso, Christos Xyrafakis. Assistanat chorégraphique Anne-Cécile Massoni. Composition originale Jean-Philippe Collard-Neven, Yves de Mey. Musique extraits de “Don Giovanni” de W. – A. Mozart. Création lumière Marco Forcella. Création costumes Jean-Paul Lespagnard. Production Agnès Pondeville. Coproduction Théâtre de Liège.

Laissez nous un avis !

16 Messages

  • Giovanni’s Club

    Le 16 novembre 2016 à 17:29 par C. ThéO

    A voir, et à revoir...
    Trop à dire, une performance collective qu’aurait pu sublimer à tout moment le Bowie des années 1970.
    Un ensemble de tableaux empreints de la palette de ce que le XY (>XXY) ressent, exprime.
    Le duo Ezra F. et Vincent C-P. est d’une tension parfaitement maîtrisée, tout y est : l’opposé, le semblable, ...
    ce moment-là et celui où Ezra comme pour sortir de sa chrysalide ’en panty, offre à son corps une distorsion artistique !
    Costumes en harmonie avec la scénographie, sauf quand Mavi V. se pare d’une veste smoking ’mate’ sur un pantalon satinée (comme une fausse note).
    La régie assure incroyablement, et le jeu de lumières s’il est le 10ème corps en mouvement, il ne fait qu’un seul faut pas, un tout petit faux pas quand l’éclairage ’rosé’ progresse sur les corps en marche de Vincent C-P. et Ezra F., le mur de briques n’aurait pas dû être éclairé, ces corps ’rosés, presque que comme à la lumière du feu’ sur un fond noir > mieux pour moi (subjectif)
    J’ai été un peu moins séduite par le choix des musiques, assez inégal.
    J’espère que cette performance, sera représentée dans d’autres déclinaisons.
    Les pauses ’humour’ excellentes comme un accord entre tous ces corps virevoltants.
    Encore une fois, à voir et à revoir...

    Répondre à ce message
  • Giovanni’s Club

    Le 17 novembre 2016 à 16:46 par schoumaker

    Magnifique spectacle d’ombres et de lumières.Dans ce cabaret imaginaire l’âme humaine se cherche,joue au foot,se transforme.:Depuis toujours ,je suis envoûtée par les chorégraphies de Claudio AbadoMais ici de plus par la somptuosité des kimonos.N’ayez pas de craintes,la nudité des danseurs est esthétique ,et absolument non provocante.La musique est sublime,et la voix du chanteur est magistrale.A voir et revoir

    Répondre à ce message
  • Giovanni’s Club

    Le 17 novembre 2016 à 17:19 par loulou

    J’avais quelques craintes à cause de la mention ’interdit aux moins de 16 ans."
    Mais ici rien de vulgaire que du contraire.De magnifiques danseurs évoluant dans une très belle scénographie.Emouvant a capella de Jérôme Varnier dans La Quête.
    Seul petit bémol:je n’ai pu apprécier complètement les pauses humoristiques (pas en français).
    A voir.

    Répondre à ce message
  • Giovanni’s Club

    Le 18 novembre 2016 à 11:36 par paul

    Je me très bien amuser ,la chorégraphie est très correcte ,scène de danse ne tombant jamais dans la vulgarité.
    à voir. les messages sur la masculinité m ont parfois fait sourir, rire .

    Répondre à ce message
    • Giovanni’s Club

      Le 9 décembre 2016 à 14:28 par CORL

      Cher.e ’costas’
      passer par ici pour vous contacter juste pour voir si jamais vous vous n’utilisez pas une (ou les deux) de deux places remportées pour
      La Vedette du quartier (de et avec R. Liebman)
      @Poche-Lu-12-Dec-20h30
      Vous pouvez me revenir par ici ou en direct sur mon mail clporlent@hotmail.com
      Cordialement,
      Caroline

      Répondre à ce message
  • Giovanni’s Club

    Le 18 novembre 2016 à 21:54 par olimarbr

    un manque de synchronisation dans les danse,une impression d’un travail encore en création,l’utilisation du nu parfois sans intérêt .le nu demande la perfection. bonne chance pour la suite
    cela reste malgré tout à voir

    Répondre à ce message
  • Giovanni’s Club

    Le 25 novembre 2016 à 00:05 par mike_bel

    Un superbe spectacle tant dans les corps exposés avec nudité sans jamais toucher la vulgarité que dans les chorégraphies, les rythmes, les sujets dépends.

    Une vraie belle performance et une belle claque artistique, ça m’a réconcilié avec le Varia qui jouait trop le flou artistique sans fond.

    Répondre à ce message
  • Giovanni’s Club

    Le 29 novembre 2016 à 10:18 par youteke

    Superbe spectacle, complètement décalé. Rempli d’humour , d’humanité et de tendresse.
    La troupe est ultra complète : Chant / danse / musique, tout y passe pour le plaisir des oreilles et des yeux.
    Une belle brochette d’artistes !
    A aller voir sans hésiter.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 14 janvier 2019, par Didier Béclard

Le mythe de la virilité se fane

Après « So 20 », pièce intimiste et personnelle, le chorégraphe Claudio Bernardo sort le grand jeu pour déconstruire le mythe de l’homme viril. Au Giovanni’s Club, ce sont les hommes qui s’effeuillent, abandonnent leur carapace et montrent leurs fragilités.

Un pianiste nu égrène les notes d’une sérénade pendant que le rideau s’ouvre. Cinq hommes, nus également, déambulent éclairés par la lumière de leur smartphone sur fond de râles de mâles en plein orgasme. Le piano laisse la place à des rythmes de batterie pendant qu’un des hommes s’empare d une barre de pôle dance pour un numéro parfaitement maîtrisé exprimant une sensualité très féminine. Le décor démesuré évoque autant un temple de la luxure qu’un lieu de prière. Dans ce cabaret, ce sont les hommes qui se dévoilent exposant leur corps et leur nudité aux regards. Hors la lumière aveuglante des projecteurs, dans les coulisses du Giovanni’s Club pendant les moments d’attente, il n’est plus nécessaire de paraître. Les hommes sortent de leur personnage viril et montrent leur vrai visage, ouvrent leurs âmes. Le cabaret devient groupe de parole, clinique de désintoxication. Quand le spectacle reprend, ils remettent masques et armures pour remonter sur scène.

Le poids de la virilité

Dans « Giovanni’s Club », spectacle nominé aux Prix de la Critique en 2017, Claudio Bernardo évoque le mythe de Don Giovanni, et de son pendant réel Casanova, pour questionner la virilité aujourd’hui. Selon le chorégraphe ces deux libertins impies incarnent tous les travers attribués à l’homme. Séducteurs avides et insatiables, ils n’ont de cesse de multiplier les conquêtes pour affirmer leur pouvoir, leur emprise sur les femmes. Aujourd’hui, le féminisme et la libération de la femme sont passés par là. L’image de l’homme dans toute sa virilité est cassée, il a encore du mal à trouver sa juste position et continue à résister par la force et le pouvoir. Pourtant les fragilités sont en train de basculer et font que les hommes peuvent montrer leurs faiblesses. L’homme a de plus en plus de difficultés à respecter les codes de la virilité et souhaite se libérer de ce joug. Alors qu’il cherche sa place, les autres genres arrivent peu à peu, parfois de manière sournoise, déterminés à accéder à un monde dont l’homme détient toujours la clé.

On passe de numéros en numéros sans logique de grand final, bouclant simplement la boucle avec un retour sur le pianiste solitaire. Le chorégraphe emprunte deux extraits de l’opéra de Mozart : la sérénade d’ouverture et la scène où le Commandeur, sorte de robocop harnaché comme la police antiterroriste, tend la main à Don Giovanni et lui demande de se repentir ce qu’il refuse avant d’être englouti par les flammes de l’enfer. Un transgenre, Mavi Veloso, la chrysalide d’un homme en mutation vers le corps d’une femme, tourne autour du Commandeur en récitant comme une prière, le couche au sol dans une image de Piéta lumineuse avant de le débarrasser de toutes ses protections La bête de guerre devient humain.

À côté de la musique de Mozart et la reprise de quelques chansons, toutes magistralement interprétées chacune dans son genre, la musique originale a été confiée à Yves de Mey et Jean Philippe Collard Neven. La musique électronique du premier donne un ton très actuel et s’allie à la subtilité de la musique acoustique contemporaine du second. Les costumes tout en simplicité sont signés Jean Paul Lespagnard et certains motifs reprennent des compositions qu’un artiste plasticien réalise à partir de photos pornos des années 70/80.

La mise en scène est grandiose et les interprètes impressionnants par leur précision et leur aptitude à franchir les frontières qui séparent les différentes disciplines, danse, chant, musique, cirque. Ils n’incarnent pas des personnages isolés mais les différents visages d un même Don Giovanni. Très écrite mais toujours subtile, la chorégraphie est omniprésente comme dans la scène de lutte ou le match de football. Claudio Bernardo déconstruit le mythe de l’homme viril pour faire de la place aux autres genres.

Didier Béclard

Théâtre de Namur


Place du Théâtre, 2
5000 Namur