Focus Agnès Limbos

Bruxelles | Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 17 au 22 février 2017
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre des Martyrs
place des Martyrs, 22 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
02 223 32 08

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Focus Agnès Limbos

CONVERSATION AVEC UN JEUNE HOMME / Du 17 au 19 février !

Une dame assise à une table. Un jeune homme dansant dans la forêt. Deux corps en pleine métamorphose qui se rencontrent ... Sous le regard du loup qui rôde, ils conversent - sans paroles - sur la vie, la mort, l’étrangeté du monde ... Leur langage se compose de ce qu’ils ont à portée de main : de singuliers objets récupérés ici et là, aux évocations tantôt macabres, tantôt kitsch et toujours pleins d’humour et de tendresse. Un service à thé s’abritera sous des fleurs de tissu, quelques animaux empaillés rencontreront des ceps de vigne sur un lit de gazon plastique... Dans ce décor de sous-bois brodé et peuplé de corbeaux empaillés, le loup rôde. Comme une métaphore de nos fantasmes, de nos peurs, comme une menace ancestrale, l’animal teinte cette amusante vanité vivante d’un soupçon d’inquiétude.

JEU Agnès Limbos, Taylor Lecocq
CHORÉGRAPHIE Lise Vachon
COLLABORATION À la RÉALISATION Sabine Durand
CRÉATION Sonore Guillaume Istace
LUMIÈRES Marco Lhommel, Karl Descarreaux
COSTUMES Françoise Colpé
TRAVAIL Sur le Mouvement Nicole Mossoux
TRAVAIL Sur la Manipulation Neville Tranter
CONSTRUCTION Des Marionnettes Toztli Godinez de Dios
CONCEPTION & Mise en Scene Agnès Limbos

PRODUCTION Cie Gare Centrale

GRANDE Salle
en Collaboration Avec le Théâtre de la Montagne Magique


CARMEN / Les 21 et 22 février !
Karine Birgé manipule les poupées de la belle séductrice, de José et Escamillo mais aussi d’amusants taureaux dodelinant de la tête. Elle tire les cartes comme une vraie gitane, transforme l’arène de sable en un champ verdoyant d’un coup d’éponge ou fait surgir un night-club avec une boule à facettes. Extraits d’opéras et de chansons populaires jalonnent cette plongée aux enfers d’une redoutable efficacité.

JEU Karine Birgé, Guillaume Istace
ADAPTATION Félicie Artaud, Karine Birgé
CRÉATION Sonore Guillaume Istace
CRÉATION Lumieres Dimitri Joukovsky
DECOR Mathieu Boxho
COSTUMES Françoise Colpé
MARIONNETTE Toztli Godinez de Dios
OMBRE Marie Delhaye
ACCOMPAGNEMENT Artistique Agnès Limbos
MISE en Scene Félicie Artaud

PRODUCTION Cie Karyatides Avec le soutien du Théâtre Océan Nord, la Cie Gare Centrale, la Cie Agnello Crotche & le Théâtre de Galafronie

GRANDE Salle
en Collaboration Avec le Théâtre de la Montagne Magique

Distribution

Un événement en collaboration avec le Théâtre de la Montagne Magique

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mercredi 22 février 2017, par Yuri Didion

L’amour dans l’arène

José, brave brigadier, est séduit bien malgré lui par Carmen, une gitane dont la beauté n’a d’égale que la fierté. Elle, tour à tour lointaine ou amoureuse, froide ou ardente, l’emportera dans son sillage où règnent les caprices. On assiste à la chute de l’homme vers les confins de la folie, jusqu’au crime passionnel et à la mort. Histoire tragique d’un grand amour, d’une passion et d’un meurtre fabuleux, raconté en une heure dans une arène de marionnettes.

La scène se montre ici dans toute sa nudité : un immense espace vide, uniquement habité en son centre par la table de divination d’une diseuse de bonne aventure. De bonne aventure ? Pas si sûr, puisque dès le départ, la couleur est donnée par le petit supplicié pendu à son cadre : l’histoire ne finira pas bien. A côté d’elle, dans la pénombre, un complice musicien patiente.
Deux artistes pour interpréter et réinventer l’histoire sauvage de Mérimée, mise en opéra par Bizet. La compagnie Karyatide propose ici une version "dédiabolisée" de la plus célèbre des gitanes, où celle-ci n’est plus meurtrière mais gréviste, où elle n’est plus tant l’étrangère que l’amoureuse. Sa sincérité y gagne, sa fierté en prend un coup. Mais baste ! c’est la folie de José qui prend sa place : la chute, depuis la moralité qui le pousse à libérer une "innocente" jusqu’à l’assassinat d’Escamillo puis de Carmen est ici le lieu central de l’histoire.

La table de divination est, en elle-même, un objet des plus inventif. Support à tous les lieux, elle se transforme par la magie d’une grille de radio ou celle du sable manipulé en usine ou en prairie espagnole, en prison ou en arène de corrida. Contenant incroyable, on en voit jaillir les personnages et tous leurs accessoires, les vachettes dodelinant adorablement de la tête ou le couteau fatal.

Au niveau de l’interprétation, il y a un fabuleux travail de la voix, qui donne à entendre de manière juste toute l’émotion des personnages dans des corps inertes, qu’ils soient ceux des comédiens la plupart du temps assis ou ceux des marionnettes, poupée type Barbie assez peu mobiles. Le jeu de la narratrice est très stylisé, et n’est pas sans rappeler le mysticisme prononcé des tireuses de cartes et autres medium. Petit défaut, cela rompt parfois un peu le rythme du spectacle, notamment par rapport aux musiques utilisées. Ce n’est pas non plus très éloigné des codes de l’opéra, grands gestes emblématiques, postures figées à la limite de la pantomime.
Le pari annoncé d’un "opéra de poche" est donc plutôt réussi. Il est d’ailleurs également présent en filigrane par la musique qui reprend les grands airs de Bizet : "L’amour est un oiseau rebelle", "Vivat, vivat Escamillo", "Toréador, prends garde", "La fleur que tu m’avais donnée" etc. Arie parfois doublé en parlando où les comédiens disent le texte qui passe en bande-son, comme un audio-sous-titre dont l’effet est pour le moins saisissant.

Du point de vue de la mise en scène, on pourrait questionner la pertinence de jouer du théâtre de marionnettes (plutôt de l’ordre du "petit") dans une grande salle, où les spectateurs sont à distance. Si la manipulation est attirante, l’écart entre les spectateurs et la scène ne permet pas d’en profiter pleinement, et force visiblement la comédienne à un lyrisme qui ne lui permet pas de disparaître au profit des marionnettes.

Un spectacle prometteur donc, malheureusement dans un lieu inadapté, qui propose une version plus humaine de la figure presque mythique de Carmen dans une approche ludique qui stimule l’imagination.

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles