Discours à la nation

Théâtre | Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Dates
Samedi 12 octobre 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatrenational.be
info@theatrenational.be
+32 2 203 41 55

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 2

Discours à la nation

Dans des harangues enflammées ou des discours d’un cynisme suffoquant, au milieu d’un tas de caissette de bois, David Murgia donne vie avec férocité et un plaisir visible à ces politiciens ou chefs d’entreprise dont le discours, débarassé de son vernis de respectabilité, se pare d’un grotesque aussi comique qu’effrayant. La docilité du peuple, la démission des syndicats, le marché globalisé, tout cela est salué par des personnages hilares et dénués du moindre remords. Ascanio Celestini produit là un spectacle magistral où l’on rit aux éclats, et met le doigt sur les aberrations de nos sociétés modernes. Un régal.
Texte et mise en scène Ascanio Celestini
Interprétation : David Murgia et Carmelo Prestigiacomo

Production : Festival de Liège ,Théâtre National/Bruxelles, L’Ancre - Charleroi.
Le 12 octobre à 20h30 au KVS dans le cadre du Festival Toernee General.

Laissez nous un avis !

15 Messages

  • Discours à la nation

    Le 26 avril 2013 à 11:57 par NoVdH

    Courrez-y ! N’hésitez pas !

    Le
    texte est époustouflant et tout en finesse, et le comédien David Murgia
    bluffant dans sa prestation !

    Par
    le biais de métaphores, c’est tout notre système socio-économique qui se voit
    passer à la loupe... un constat qui sans prendre des aspects trop moralisateurs
    ne laisse pas indifférent !

    On
    rit (jaune souvent), on réfléchit, on se laisse emporter dans cette pièce au
    rythme soutenu et prenant !

    Un
    coup de cœur de cette saison théâtrale !

    Répondre à ce message
  • Discours à la nation

    Le 6 novembre 2013 à 09:50 par Pattrick

    C’était
    une très bonne soirée, même si elle est piquante. L’air de rien, ou parfois
    avec ses gros sabots, on nous fait réfléchir sur notre vie et notre situation.
    Parfois, on est vraiment impliqué, se rendant compte qu’on fait partie de ce
    système.
    Voilà un spectacle tout simple, mais brillamment interprété et ciselé.

    Répondre à ce message
  • Discours à la nation

    Le 14 décembre 2013 à 11:04 par eruwet

    David Murgia est époustouflant ! Il incarne d’une façon très naturelle et très piquante le magnifique texte d’Ascanio Celestini. Ce qui donne un moment fort en réflexion et en rires. A voir !

    Répondre à ce message
  • Discours à la nation

    Le 16 décembre 2013 à 05:06 par BJacobs

    Entre le texte et l’énergie de l’acteur, une belle alchimie. J’avais découvert le spectacle au Off d’Avignon cet été, je l’ai revu avec plaisir au Théâtre National. Il n’y a pas un temps mort : ça virevolte, ça percute.

    Répondre à ce message
  • Discours à la nation

    Le 31 décembre 2013 à 02:08 par pit111

    Voici un spectacle vraiment exceptionnel. Tout d’abord un texte excessivement bien écrit d’une force incroyable. A la fois simple, très cynique et bourré d’humour noir. Ensuite une mise en scène sobre mais très innovante avec des caisses style cageots qui avec des jeux de lampes et en s’empilant peuvent servir à la fois d’appartement, d’estrade, de pupitre,... Et bien sûr un très grand comédien qui peut défendre ce texte avec beaucoup de sobriété mais surtout beaucoup de justesse. Avec quelques variations il nous passe d’un personnage à l’autre avec une aisance impressionante. et puis ne pas sous-estimé l’autre ’comédien’ guitariste qui tantôt place une ambiance sonore, tantôt joue le rôle d’observateur, tantôt se transforme en acteur complet donnant la réplique par sa présence et servant de confident. Voilà un spectacle qui bouleverse et qui ne nous laisse pas indifférent portant la réflexion encore des heures après la fin de la représentation. Un grand moment !

    Répondre à ce message
  • Discours à la nation

    Le 27 mai 2014 à 06:28 par Joenath

    J’ai adoré ce spectacle, je suis fan de théâtre et c’est le meilleur que j’ai vu cette année.
    Le texte est percutant, chapeau à l’acteur qui le débite sans aucune relâche. On ne s’ennuie pas une seconde, à voir , ne manquez pa ce spectacle.

    Répondre à ce message
  • Discours à la nation

    Le 6 mars 2015 à 11:22 par juliette

    sur scène un jeune homme plutôt petit et mince. et tout à coup un déballage verbal incroyable, pendant 1 h 20, on s’interroge : comment fait-il ? un texte étrange et percutant , le pouvoir et ses dérives, la vie et la mort, le monde d’aujourd’hui et peut-être de demain, on est bousculé par ce torrent de paroles logiques et absurdes. du grand art.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Dimanche 7 mai 2017, par Yuri Didion

Fatalement mordant.

On ne présente plus le "Discours à la Nation". Le texte d’Ascanio Celestini, dramaturge du mouvement du théâtre-récit est un constat cinglant sur la société. Et après plus de 200 représentations, il est toujours porté avec autant d’énergie par David Murgia. Une oeuvre poétique, d’une construction riche, mais surtout, qui fait sensiblement froid dans le dos.

David Murgia, co-créateur du spectacle, accueille le public avec une jovialité un peu surprenante : "Bienvenue dans mon pays. Dans mon pays il pleut. Et il y a la guerre". Il enchaîne avec une série de monologues, discours, et autres confidences qui éclairent cette situation de lutte d’autant de facettes différentes.
Le verdict est terrible : le monde est moche, immoral, et cela semble très bien comme ça pour le personnage et les différents alter ego qu’il incarne. Tout le monde le sait visiblement, et pourtant, pourquoi changer ?

Si la lutte des classes est un des sujets favoris d’Ascanio Celestini, il donne cette fois-ci la parole aux puissants, à ceux qui tiennent les rênes, les armes ou ... le parapluie. La langue est belle, les métaphores s’enfilent comme des perles, et construisent un discours à la fois décalé, incongru, et pourtant ô combien précis. La preuve : il fait mouche à tout coup, il suffit de lire les nombreuses et excellentes critiques que le spectacle reçoit régulièrement.

Du point de vue du public, l’effet est immédiat. Le cynisme, la froideur, la raillerie avec laquelle tout est raconté est d’une violence terrible. Et le développement, sur un fond joyeusement fataliste, passe doucement l’espoir à tabac. L’objectif ? Sans doute d’éveiller les volontés et les consciences sociales. Cependant, il faut pour cela passer outre la répugnance qu’induit le personnage, aussi charismatique qu’immoral, et qui laisse une impression plutôt amère.
Mais théâtralement parlant, c’est un spectacle d’une finesse rare. La scéno est aussi belle que pratique, la présence du musicien offre des appuis de jeu au comédien, et le texte est tout simplement incroyable.

Avis aux adeptes de la critique social, de l’humour noir, et de grand théâtre.

Théâtre National Wallonie-Bruxelles


Boulevard Emile Jacqmain, 111
1000 Bruxelles