Der menschenfresser Berg ou LA MONTAGNE

Namur | Théâtre | Théâtre Jardin-Passion

Dates
Du 29 octobre au 1er novembre 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Jardin-Passion
r. Marie-Henriette, 39 5000 Namur
Contact
http://www.theatrejardinpassion.be
info@theatrejardinpassion.be
0472-96.53.16

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 1

Der menschenfresser Berg ou LA MONTAGNE

Ce spectacle raconte une quête : l’adaptation, par une compagnie de théâtre de rue, d’un film allemand des années 30 sur une expédition en haute montagne.
La compagnie les Vrais Majors est partie du constat que les centaines d’heures, passées à créer collectivement un spectacle, étaient un matériau à haut potentiel humoristique. Il permet un jeu sur la frontière entre réalité et fiction, avec des allers-retours de l’un à l’autre, des mises en abîme, de l’auto-dérision et des situations surréalistes.
Avec toujours ces questions lancinantes : Est-ce bien judicieux ce titre en allemand ? Quel fromage utiliser dans la raclette ? Pourquoi Bjørg joue-t-il avec la mort ?

La Montagne est donc un spectacle riche en émotions et en créativité, qui divertira petits et grands, tout en interrogeant une certaine réalité du monde du spectacle. Les Vrais Majors ont su inviter les arts de la rue à l’intérieur d’un théâtre et mélanger les univers avec brio.
Un spectacle drôle et inattendu !

Distribution

De et avec
Linde Carrijn, Alexis Julémont, Manu lepage, Quentin lemenu.
Mise en scène
Christophe Andral.
Scénographie
Christine Mobers et Alexis Heroult,
Assisté par Emma leblanc.
Diffusion
Christine Willem-Dejean / MTP memap.

Laissez nous un avis !

1 Message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 3 février 2020, par Laure Primerano

Rendez-vous au sommet

La Montagne, la compagnie Les Vrais Majors part à l’assaut de nouveaux sommets. Chaussez vos crampons, sécurisez vos mousquetons et préparez-vous pour l’ascension !

Pour entamer 2020 en beauté, Les Vrais Majors (re) viennent présenter sur les planches : « Der menschenfresser Berg – Oder die Besteigung, die Bjørg Schaffers Leben kostete » aussi connue sous le nom de « La Montagne ». Pour ce nouveau spectacle, Christophe Andral a choisi de mettre à jour les pépites théâtrales que recèle la création d’une pièce, avec ses centaines d’heures de répétition, de réflexion et ses déceptions. Invités à présenter une étape de travail après plusieurs semaines de résidence, acteurs et metteur en scène divisent les 70 minutes du spectacle entre explication du processus créatif et extraits joués. Remplie cliff-hangers, au propre comme au figuré, la Montagne emmène alors son spectateur dans un voyage au plus profond du théâtre.

Avec un humour désopilant qui frôle l’absurde, La Montagne explore les dessous de la création artistique. Sous le regard tantôt enflammé tantôt atterré du metteur en scène s’étalent sans fausse pudeur les ambitions revues à la baisse, les tensions entre comédiens, le manque de moyens et de subventions. À travers la difficulté du metteur en scène à communiquer sa vision artistique plus grande que nature à ses comédiens comme à son public, le spectacle fait sourire et souligne la fragilité inhérente à toute création théâtrale.

Intelligemment construit, La Montagne joue sur le pacte de crédulité que signe officieusement tout spectateur lorsqu’il franchit les portes d’une salle de théâtre. Mené par le bout du nez par un spectacle passé maître de la mise en abime, le spectateur se laisse volontairement tromper par cette fausse présentation d’étape de travail. C’est avec un plaisir non feint que nous assistons alors aux prises de bec entre comédiens et autres accidents que nous savons pertinemment être mis en scène. Dans les passages de fiction également, La Montagne a vite fait de nous faire oublier les décors de fortune et le jeu sur-expressif inspiré du cinéma allemand des années 30 et on se surprend à vouloir connaître la suite.

Au-delà de l’impressionnant exercice d’introspection qu’il réalise avec brio, La Montagne est un spectacle qui joue avec les codes du théâtre durant 70 minutes qui font autant rire que travailler l’imagination.

Théâtre Jardin-Passion


r. Marie-Henriette, 39
5000 Namur