Bleu, bleu

Ixelles | Théâtre | Théâtre Varia

Dates
Du 17 au 25 mars 2016
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Varia
rue du Sceptre, 78 1050 Ixelles
Contact
http://www.varia.be
reservation@varia.be
+32 2 640 35 50

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 7

Bleu, bleu

Né dans le Sud-Ouest de la France (Lot et Garonne), Stéphane Arcas suit une formation aux Beaux-Arts à Toulouse, puis à Marseille. Son travail qui s’inscrit dans la mouvance « iconoclaste multimédia » et « minimal anonyme », mêle l’art classique et la culture punk. Au début des années 2000, il entre dans le théâtre d’abord en tant que vidéaste, scénographe ou comédien, puis pleinement en passant lui-même à la mise en scène et à l’écriture de ses propres projets. En 2005, il s’installe à Bruxelles.
Bleu Bleu est à l’origine une nouvelle qu’il écrit à Marseille sur un carnet et qu’il retrouve inopinément une vingtaine d’années plus tard. De façon très crue, très romancée, et tournée avec humour à son avantage, il y raconte des pans de sa vie lorsqu’il était étudiant aux Beaux-Arts à Toulouse. En la relisant, il s’aperçoit avec le recul qu’il y décrit cette génération née dans les années 1960-1980 dont il fait partie et qu’on a appelée génération X.

On y suit les tribulations d’un groupe qui vit plus ou moins en communauté dans un appartement et dont le souci premier n’est pas de s’occuper de l’intendance et de la vie quotidienne. On y fait la connaissance de trois artistes allumés qui veulent monter une exposition, de couples qui se remettent en question, et d’une série d’autres énergumènes. Tous ont cette propension à aimer le sexe et la fête, à brûler la chandelle par les deux bouts. Tous ont des projets et des rêves plein la tête, mais avec une tendance à rester affalés dans le canapé.

Tour à tour exaltés, indolents ou provocateurs, les trois artistes se lancent courageusement dans la revente de drogue pour financer leur production artistique. Pris au jeu de cette activité commerciale, elle devient le sujet dominant de leur travail. Ils finissent par filmer une série de portraits de leurs clients et de leurs fournisseurs, ce qui donne au final un panorama de l’état d’esprit de cette génération X et de la philosophie grunge qu’elle a engendrée.
avec Bleu Bleu, Stéphane Arcas épingle une jeunesse prise dans son propre étau. Entre le rejet des règles et le refus de la morale, entre la difficulté à trouver une place et à être adulte, elle vit en pleine épidémie de sida, à une période où le communisme est mort et où le libéralisme n’est pas une panacée. Entre son désenchantement et ses frustrations, son désir forcené d’individualisme et sa volonté de révolte contre la société, au milieu de la vie, des virées et des rires, s’installe alors, con, sous le soleil de ce Sud-Ouest toulousain, con, où se déroule l’histoire, l’apathie. L’aboulie. L’à quoi bon ?

Bleu Bleu est à la fois un thriller désinvolte et un tableau politico-poétique composé d’une étrange substance comique. Lorsque la situation paraît désespérée, si on ferme les yeux, qu’on envisage les choses autrement, on s’aperçoit qu’elle prête à rire.

Distribution

avec Marie Bos, Renaud Cagna, Cécile Chèvre, Ugo Dehaes, Chloé De Grom, Julien Jaillot, Nicolas Luçon, Guylène Olivares,

Laissez nous un avis !

8 Messages

  • Bleu, bleu

    Le 18 mars 2016 à 17:25 par MarcD

    Ne cherchez pas l’histoire, il s’agit de rentrer dans un univers ! Celui du début des années ’90, même si quelques erreurs de temporalité se sont glissées. Et aussi quelques longueurs. Pour le reste, on s’y croirait. Posture arty et défoncée plus vraie qu’à l’époque, ce living qu’on connait tous, cette couleur froide qui est sans doute du bleu. Et tout le monde qui joue un rôle... A ce sujet, les comédiens font bien le boulot.

    (le bémol, jamais vu au Varia : ça fume au foyer. dommage, les gens ont droit au respect sur toute la longueur de leur visite)

    Répondre à ce message
  • Bleu, bleu

    Le 19 mars 2016 à 07:34 par manana

    J’ai cherché l’histoire évidemment je ne l’ai jamais trouvée. ma fille, elle, s’est immédiatement glissée dans l’univers des personnages.
    Ceci mis à part, on s’y croirait. Beau jeu d’acteurs tout au long du spectacle.

    Répondre à ce message
  • Bleu, bleu

    Le 19 mars 2016 à 07:49 par isalizee

    Je n’ai pas cherché l’histoire et ne suis pas non plus arrivé à me glisser dans leur univers . C’est long, c’est ennuyeux, ...enfin, je n’ai vraiment pas aimé ! Nous sommes restés par pur respect pour les comédiens mais nous avons attendu la fin avec impatience !
    Ne disons pas que c’est une mauvaise pièce , juste une pièce qui correspond à un certain public mais certainement pas à une majorité !

    Répondre à ce message
  • Bleu, bleu

    Le 19 mars 2016 à 10:02 par OPirson

    Moi cela m’a plus, du début à la fin.
    La succession de "témoignages", d’une belle troupe de 12 acteurs hétéroclites, forme bel et bien une progression, une histoire.
    Le jeu parfois étrange, passe bien.

    Répondre à ce message
  • Bleu, bleu

    Le 19 mars 2016 à 15:42 par Jrabbe

    Très belle pièce, rien que l’envolée finale vaut le détour. Le texte imprégné était très intense. Un décor réussi et synesthésique, une pièce complète et lyrique. À part deux actrices qui n’étaient pas très convaincantes les 10 autres acteurs ont très bien joué leur rôle. Le temps est passé vite et le sujet nous interpelle malgré la distance qui nous sépare du contexte. Bravo à la troupe et j’ai hâte de voir une nouvelle pièce de Stéphane Arcas.

    Répondre à ce message
  • Bleu, bleu

    Le 20 mars 2016 à 17:02 par TOVABENE

    Tout un univers plutôt qu’une histoire. Cela se passe dans les années 90 mais c’est intemporel je pense. J’ai aimé cette pièce. Bravo aux comédiens.

    Répondre à ce message
  • Bleu, bleu

    Le 25 mars 2016 à 16:41 par Kyves

    Un très bon rendu des années 90 ... et de tous leurs possibles fleurtant avec les lois.
    Des "jeunes des années 90" interprétés avec brio par des acteurs qui n’étaient la plupart pas adultes ou même pas nés alors...
    La banalisation de la drogue et de ces méfaits...
    La recherche du "Paradis" par chacun...
    Cette tranche de vie d’un groupe de jeunes ... un VRAI témoignage de l’époque !
    Une très belle pièce dans un décor très bien réalisé et qui décrit exactement certains jeunes de l’époque.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Théâtre Varia


Rue du Sceptre, 78
1050 Ixelles