Biographie de la Faim

Théâtre | Théâtre des Martyrs

Dates
Du 23 avril au 30 mai 2009
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatre-martyrs.be
billetterie@theatre-martyrs.be
+32 2 223 32 08

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Biographie de la Faim

Elle nous raconte ses jeunes années à travers le prisme de la faim. Mais il ne s’agit pas seulement de la faim de nourriture, mais aussi de la faim d’amour, de livres, d’écriture, et d’une folle curiosité pour la vie. Fille de diplomate, Amélie est ballottée de pays en pays. Une enfance et une adolescence faites de voyages, de l’Asie à l’Amérique, en passant par l’Europe.
Entre sa soif de vie et sa faim de découvertes, elle raconte aussi les épreuves qu’elle a dû traverser. Née au Japon, qui reste à jamais pour elle une sorte de paradis perdu, elle connaîtra successivement les chocs culturels de la Chine communiste, de l’Amérique capitaliste, du Bengladesh tiers-mondiste.

Avec Nathalie Cornet, Michel Hinderyckx, Jessica Gazon, Stéphanie Blanchoud
Adaptation et mise en scène : Christine Delmotte - Eclairages : Nathalie Borlée
Horaires des spectacles :
les mardis à 19h
du me. au sa. à 20h15
Di. : 10 et 17/05 à 16h
 
Infos et réservation :
02/2233208

Laissez nous un avis !

10 Messages

  • Biographie de la Faim

    Le 25 avril 2009 à 01:54 par paolo

    Je viens de voir la première et j’ai passé deux heures décidément agréable. L’histoire autobiographique d’Amélie Nothomb est racontée avec une hilarité sobre mais en offrant réflexions humaines et socio-historiques importantes. Un voyage que départ de l’enfance, passe pour l’adolescence et plusieurs continents pour éprouver l’appétit pour la vie de l’écrivant. Félicitation aux 5 comédiens, vraiment bons. La mise en scène est assouvissant et coule fluide pendent l’entière pièce.

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 25 avril 2009 à 02:06 par faucer

    C’est certainement la plus belle adaptation théâtrale de l’œuvre d’Amélie Nothomb. Christine Delmotte a magistralement transposé son roman sur les planches, le tout accompagné par cinq excellents comédiens. L’originalité consiste pour ma part à avoir donné le "rôle" de la petite Amélie à tous les comédiens. Tout le monde joue tous les rôles. Et ce petit jeu est drôlement bien fait. Il y a sur scène quatre comédiennes et un comédien. Tous les cinq se mêlent à toutes les facettes. C’est très bien pensé et ludique à la fois. La scénographie est aussi bien réalisée, un simple objet nous plonge tantôt dans la Chine profonde, tantôt au Japon ou encore en Amérique.
    Une pièce à voir, même pour ceux qui ne sont pas forcément fans de notre Amélie.

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 2 mai 2009 à 01:15 par pompidou

    La faim déclinée selon Amélie Nothomb. Cinq très bons comédiens (4 filles et un garçon) qui incarnent tour à tour la jeune Amélie et une excellente mise en scène m’ont fait passer une bonne soirée. A découvrir !

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 3 mai 2009 à 05:05 par fosset

    C’est un spectacle très agréable qui nous balade dans divers pays. La mise en scène est très bien pensée, le décor sobre mais pas trop, les comédiens excellents.
    J’ai passé une très bonne soirée.

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 5 mai 2009 à 12:31 par deashelle

    De la toute puissance de l’enfance à la toute puissance du verbe, Amélie Nothomb nous fait vivre un voyage initiatique, passer par toutes les séparations souffrir toutes les transformations, crier après l’amour. Et la réponse est dans la parole de sa douce nounou japonaise : qu’aurais-je besoin d’un compte en banque puisque j’ai la vie… Parole de sagesse pour sa protégée qui a frénétiquement joué à la mort par manque d’amour. Surprise du voyage, une mosaïque de cinq acteurs époustouflants de vivacité personnifie Amélie qui sans cesse s’esquive. Jeu de chat perché et d’inventivité jusqu’à la dernière réplique, alors que l’humour d’Amélie en a énervé plus d’un, le spectacle s’écoule sans agacement dans la verve et les jeux de scène beaux comme des jeux d’eau insaisissables. En surprise, une voix masculine, une des facettes d’Amélie… la pièce, beaucoup plus attachante que le roman !

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 10 mai 2009 à 09:02 par gene

    Je ne suis pas fana d’Amélie , loin de là... mais je reconnais que son texte est très bien adapté à la scène, j’ai passé une excellente soirée avec un cocktail humour- émotion très réussi. BRAVO pour cette mise en scène originale et le jeu des comédiens !!!

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 10 mai 2009 à 09:18 par loulou

    Je me méfie toujours des adaptations theatrales ou cinématographiques d’une oeuvre littéraire car je suis souvent déçue.
    Mais ici quelle bonne surprise !
    Je me suis retrouvée baignant dans l’univers très particulier d’Amélie.Quelle écriture !
    Magnifique mise en scène de Christine Delmotte recréant magiquement les différe tes atmosphères.
    Et que dire des 5 comédiens aussi excellents les uns que les autres.
    Une vraie réussite !

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 24 mai 2009 à 04:22 par Furet294

    Ce fût
    vraiment une bonne surprise ! La mise en scène porte très bien le texte,
    car elle lui laisse toute sa place pour exister. Et pour ce qui est du texte c’est
    un vrai délice. J’avais bien apprécié ce livre et, là, je ne fut pas déçu
    car on y retrouve tout son univers. Bravo pour cette création.
    A
    conseiller pour tous, fan d’Amélie ou non.

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 29 mai 2009 à 10:40 par fred

    Très bonne surprise. La mise en scène est particulièrement inventive et les cinq acteurs parviennent à donner un très bon dynamisme à ce monologue de 250 pages.
    Un conseil, n’y allez pas le ventre vide...vous ne pourriez résister à la magnifique description d’un spéculoos.

    Répondre à ce message
  • Biographie de la Faim

    Le 2 novembre 2009 à 08:37 par Marc

    Christine Delmotte a utilisé les obsessions et excentricités dont Amélie Nothomb a fait son fond de commerce comme matériau théatral.
    J’y allais avec des pieds de plomb et j’ai pourtant été assez agréablement surpris : en premier lieu, par une mise en scène tant esthétique qu’ingénieuse qui exploite adroitement beaucoup d’effets sonores (chuchotements) ou d’éclairages indirects.
    Les comédiennes (et le comédien) sont tous parfaitement utilisés : j’ai beaucoup aimé Ingrid Heiderscheidt et même Jessica Gazon m’a semblé moins pénible que d’habitude. Bref, un exemple évident de mise en scène intelligente.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mercredi 13 mai 2009, par Jean Campion

Insatiable Amélie

Fervente lectrice d’Amélie Nothomb, Christine Delmotte est séduite par les qualités théâtrales de son oeuvre. Elle l’a montré, dès 1988, en proposant une soirée où des extraits de ses romans dramatisés se mêlaient à des discussions improvisées avec l’auteur, puis en adaptant à l’écran "Le Sabotage amoureux" et... à la scène "Biographie de la faim". Spectacle intelligent et serein qui met en lumière la dimension universelle de ce récit intime et la puissance de son écriture.

Le rideau se lève sur une image révélatrice. A l’ombre d’une troublante photo d’Amélie enfant, une comédienne, micro en main, lit une des premères pages de cette autobiographie. Ce livre ne quittera plus la scène, mais passera le relais à quatre actrices et un acteur, qui dévoileront les nombreuses facettes de l’héroïne et interpréteront les autres personnages de ce voyage initiatique. Au gré des affectations de son père diplomate, Amélie découvre des sociétés violemment contrastées. Arrachée au Japon, son paradis, elle se remémore surtout les humiliations subies à Pékin, considère le départ pour New York comme un merveilleux cadeau d’anniversaire, enfin est saisie d’effroi devant le mouroir géant qu’est devenu le Bangladesh.

Accro au sucre, elle contemple le goût des spéculoos sur son visage, pour "se voir en état de plaisir". Mais son appétit ne se limite pas au corps et aux sens. Elle a besoin d’être regardée par son père et serrée dans leurs bras par sa mère, sa soeur ou sa nounou japonaise. Elle a faim d’oisiveté, de liberté, de pays, de lectures, de mots, d’amour : "L’affamé est quelqu’un qui cherche." Conquérante, elle nous surprend par la lucidité de ses observations. mais cette enfant surdouée a du mal à se construire. A huit ans, elle prend goût à l’alcool et à quinze sombre dans l’anorexie.

Ce récit d’apprentissage, truffé de petits événements, évite tout nombrilisme et tout attendrissement. Amélie Nothomb se montre parfois cruelle avec elle-même et confirme son sens de l’humour : ainsi son père est un martyr alimentaire puisqu’ "on lui imposa l’obsession de bouffer et quand il en fut bien atteint, on le mit au régime jusqu’à la fin de ses jours."

La metteur en scène manifeste le même souci de distanciation, en interrompant parfois l’action par une lecture ou en multipliant les "Amélie". Interprétés par quatre femmes et un homme, les personnages échappent à leur incarnation physique. En s’échangeant les rôles, les comédiens vivent différents chapitres du livre et leur jeu sobre et précis insuffle à la représentation un rythme alerte. L’encadrement technique est solide. La projection d’images des pays traversés et une bande sonore très travaillée intègrent les souvenirs de l’héroïne à la grande histoire. Le recours à des éclairages subtils et à des éléments naturels comme l’eau d’une fontaine ou une fine pluie de sable nous aide à communier avec l’auteur. Christine Delmotte souhaitait transmettre "les émotions énormes qui l’avaient traversée lors de sa lecture." L’objectif est atteint.

Théâtre des Martyrs


Place des Martyrs, 22
1000 Bruxelles