8h03, ce matin-là...

Bruxelles | Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 15 septembre au 1er octobre 2016
Horaires
Tableau des horaires
Centre Culturel des Riches-Claires
rue des Riches Claires, 24 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
+32 2 548 25 80

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 7

8h03, ce matin-là...

Simon, 36 ans. Une obsession… ne rien oublier et laisser une trace. Ce n’est qu’à travers le regard des autres qu’il parvient à se sentir vivant. Pour être certain qu’on se souvienne de lui, Simon enregistre tout. Par écrit ou par l’image. Il capte, retranscrit, classe, relit et revisionne quotidiennement tout ce qui lui arrive. De l’essentiel jusqu’à l’insignifiant…

Librement inspiré d’une nouvelle de science-fiction de l’écrivain américain Richard Matheson, "8h03, ce matin-là..." vous fera vivre l’angoisse que nous connaissons tous, celle de passer à côté de sa vie.

Matheson, "8h03, ce matin-là..." vous fera vivre l’angoisse que nous connaissons tous, celle de passer à côté de sa vie.

Teaser du spectacle : https://vimeo.com/181181397

Une coproduction des Riches-Claires et d’ADK-KASTING.

Distribution

Ecrit et mis en scène par Michaël Bier. Avec Eno Krojanker, Stéphanie Goemaere et (à l’écran) Hervé Piron, Martine Willequet, Claire Beugnies, Sophie Maréchal, Delphine Bibet, Adriana Da Fonseca, Sandro Mastronardi, Noël Godts, Amandine jamsin et Stéphanie Van Vyve. Assistanat à la mise en scène : Lucille Vignolles. Scénographie : Catherine Cosme. Scénographie vidéo et création sonore : Antonin De Bemels. D’Après la nouvelle ’disappearing Act’ de Richard Matheson. Une coproduction des Riches-Claires et d’ADK-KASTING.

Laissez nous un avis !

10 Messages

  • 8h03, ce matin-là...

    Le 17 septembre 2016 à 17:47 par CORL

    J’y allais par curiosité, car porter de la science-fiction sur scène n’est pas si aisé.
    Le naturel, au ton naïf parfaitement maîtrisé, d’Eno Krojanker nous emmène là où il veut, et si parfois c’est nulle part, on s’y retrouve.
    Un moment un peu hors du temps alors que le propos ’obsessionnel’ est d’enfermer chaque jour, chaque heure, chaque min., chaque sec.
    Mise en scène plus que réussie.

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 19 septembre 2016 à 14:04 par hello

    Pièce bizarre mais intéressante qui nécessite de réfléchir pour essayer de comprendre.
    Simon a l’angoisse de l’oubli. Pour tenter de ne rien oublier, il interroge sans cesse ces souvenirs et panique à la moindre défaillance. Il filme tout jusqu’aux choses les plus futiles... Ce faisant, il sort progressivement de sa vie. Les autres disparaissent. Il s’isole et finit dans une forme de délire. A force de vouloir à tout prix ne pas passer à côté de sa vie, il passe à côté. Pas facile d’être à la fois acteur et spectateur.
    Réflexion cet été en voyant tant de gens photographier et filmer tout ce qui bouge (ou ne bouge pas) que beaucoup n’arrivaient plus à faire la part des choses et se dire qu’il y a un moment pour vivre un événement et un moment pour éventuellement le filmer : avec le numérique, on filme tout et n’importe quoi avant même de regarder comme si on était mu par une soif inextinguible de possession plutôt que d’émotions...
    Beau jeu d’acteur avec ci et là une petite touche interactive.

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 19 septembre 2016 à 16:28 par Marc

    Malgré le talent des deux interprêtes (Eno Krojanker semblant toutefois plus à l’aise dans la fantaisie que dans la colère soudaine) et une mise en scène à la fois précise et instillant un certain mystère, la pièce parait absolument interminable...

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 19 septembre 2016 à 17:18 par afrg

    Le sujet peut être intéressant. Comme l’a fait remarquer Hello, certaines personnes ne vivent plus les choses qu’au travers d’un écran et d’un disque dur. Cela frise la névrose. Mais on s’est aussi ennuyés. On n’en voyait pas la fin...

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 20 septembre 2016 à 12:14 par VincentD

    Je suis au regret de dire que je suis sorti de cette pièce assez dubitatif. Je n’en ai pas compris le sujet et ce malgré la mise en scène intéressante et la qualité des 2 acteurs. j’ai aussi trouvé cette pièce courte beaucoup trop longue. Dommage.

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 21 septembre 2016 à 22:49 par schoumaker

    Assez déçue tant par le rythme de la pièce que par la diction des acteurs.Quand ils regardent l’écran ,à deux on ne comprend rien.Si le début a des moments comiques,très vite on s’ennuie ,le temps semble être arrêté dans cette névrose .Le décor est bien el la scénographie adéquate .

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 22 septembre 2016 à 10:31 par yolande pianet

    Un début accrochant, la pièce se passe plus ou moins bien, le jeu est captivant, la mise en scène bien construite mais j’ai attendu jusqu’à la chute de la pièce que le tout prenne en sens, malheureusement non ... pas de clés. Donc je comprends que le but c’est le questionnement,mais je ne vois pas sur quoi si ce n’est sur la pièce elle-même

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 22 septembre 2016 à 14:39 par Yves Ressenti

    Spectacle de la spécifique bonne veine du Centre Culturel des Riches-Claires !
    Surprenant mais également interpellant…
    Chapeau au metteur en scène de parvenir à condenser en 1H10’ le message qu’il souhaite faire passer…
    A VOIR…

    Répondre à ce message
  • 8h03, ce matin-là...

    Le 12 octobre 2016 à 18:12 par Kyves

    Spectacle de la spécifique bonne veine du Centre Culturel des Riches-Claires !
    Surprenant mais également interpellant…
    Chapeau au metteur en scène de parvenir à condenser en 1H10’ le message qu’il souhaite faire passer…
    A VOIR…

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles