WaW [We are Woman]

Saint-Josse-Ten-Noode | Spectacle | Théâtre Varia

Dates
Du 12 au 23 mars 2019
Horaires
Tableau des horaires
Studio THOR
Rue Saint-Josse, 49 1210 Saint-Josse-Ten-Noode
Contact
http://www.varia.be
reservation@varia.be
02-640.35.50

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 3

WaW [We are Woman]

Du vestiaire de foot au sabbat de sorcières, du morne uniforme à la diversité débridée, onze hommes, d’abord cernés par les clichés de la masculinité, trouve la sortie de secours dans la recherche du féminin. Avec d’autres hanches et d’autres déhanchés, dépourvus d’appareil génital externe, menstrués, enceints, allaitant, etc., ils explorent un « devenir-femme » - et s’il faut assumer ce que les clichés ont d’intéressant, passer du sexe dit fort à celui qu’on qualifie de beau, quitter un idéal de puissance pour aller vers une valeur esthétique, refuser la guerre pour lui préférer l’art.

Distribution

AVEC
Jari Boldrini
Valentin Braun
Peter De Vuyst
Michal Goral
Gustavo Monteiro
Bruno Morais
Emeric Rabot
Nelson Reguera Perez
Theo Samsworth
Oliver Tida Tida
Davide Guarino

SON
Nicolas Klau

COSTUME
Silvia Hasenclever

DRAMATURGIE
Antoine Pickels

SCÉNOGRAPHIE
Simon Siegmann

ASSISTANAT
David Zagary

CHORÉGRAPHIE | DIRECTION ARTISTIQUE
Thierry Smits

Laissez nous un avis !

3 Messages

  • WaW ! { We are Woman }

    Le 7 juin 2018 à 21:22 par mike_bel

    Bon spectacle de danse, un peu décevant par rapport a l’ancien "anima ardens"

    J’ai adoré le rythme du début, la folie du tableau final mais le milieu du spectacle est parfois trop moderne et manque de danse

    Répondre à ce message
  • WaW ! { We are Woman }

    Le 12 juin 2018 à 20:38 par Beth

    Cette représentation m’a laissé l’impression d’un chorégraphe qui, sous couvert d’usage de la caricature, de clichés et de stéréotypes - préfigure la féminité comme un abysse où la cagole ayant pour seuls outils la casserole, un balai et une poubelle se débat vulgairement dans son propre orgasme avant de s’en réveiller tiraillée par l’hystérie propre à son genre. Affligeant.

    Répondre à ce message
  • WaW [We are Woman]

    Le 28 mars à 23:18 par VVVV

    Une transformation progressive de onze hommes qui se transforment en leurs homologues féminin, tantôt de manière caricaturale, tantôt avec beaucoup de justesse... Une bonne source de réflexion sur les sources de nos similitudes et de nos différences...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mercredi 13 mars 2019, par Didier Béclard

Une femme, en chaque homme

Le chorégraphe Thierry Smits reprend « WaW [We are Woman] », un spectacle qui s’inscrit dans la lignée de « Anima Ardens » mais qui prend le contrepoint de cette ode à la virilité en investissant les interprètes (hommes) de la mission d’exacerber leur côté féminin. Ce spectacle, nominé aux Prix de la Critique en 2017-2018, n’est pas loin de constituer un véritable manifeste féministe.

Dans un vestiaire de football, onze hommes débarquent en maillot noir jaune rouge (la création a eu lieu avant la Coupe du monde en Russie). Sculptés comme des Éphèbes, ils blaguent, se congratulent, de manière très virile sur fond de musique électro et dans des lumières stroboscopiques. Des mâles dans toute leur splendeur et toute leur testostérone : on ne voit que les muscles et la sueur.

Puis tombent les maillots, passage à la douche et là, disparaissent les attributs virils, on cache les sexes, les corps se font plus langoureux. Les danseurs se créent des robes avec le lino posé au sol, récupèrent le scotch qui le fixait pour s’épiler les jambes, enfilent des (sous) vêtements plus gracieux et le doute s’installe, les genres s’estompent, les frontières s’évaporent.

Les hommes ont disparu, on ne voit plus que des femmes, on ne voit plus que des corps de femmes incarnés par des hommes. Toute la magie du spectacle réside dans cette métamorphose du machiste qui part à la recherche de son côté féminin, même si on n’évite pas quelques clichés (hystérie, menstruations, grossesse, harcèlement de rue, ...).

Dans « We Are Women », le chorégraphe Thierry Smits reprend le principe des onze danseurs qui avait fait le succès de « Anima Ardens » auquel il semble donner une suite et se tourne vers les « études de genre », ces études des rapports sociaux entre les sexes, ou comment la société induit des comportements différenciés selon le genre. Le fossé entre hommes et femmes se réduit, mettant au jour de multiples nuances. Cette communauté de femmes se lance dans une forme de sabbat de sorcières, image de la femme forte dans de nombreux mouvements féministes.

La chorégraphie de Thierry Smits qui considère le corps comme le dernier espace possible de liberté est comme toujours précise et admirablement servie par les onze danseurs impressionnants d’énergie et de ... féminité.

Didier Béclard

« WAW » de Thierry Smits (Compagnie Thor), créé au Théâtre Varia, au Studio Thor (49 rue Saint-Josse à Saint-Josse) du 12 au 23 mars 2019, 02/640.35.50, varia.be. et à Charleroi-Danses le 6 avril 2019, 071/20.56.40, www.charleroi-danse.be.

Théâtre Varia


Rue du Sceptre, 78
1050 Ixelles