Ventre

Ixelles | Théâtre | Rideau de Bruxelles

Dates
Du 10 au 21 mars 2020
Horaires
Tableau des horaires
Rideau de Bruxelles@Théâtre Marni
Rue de Vergnies, 25 1050 Ixelles
Contact
http://www.rideaudebruxelles.be
contact@rideaudebruxelles.be
+32 2 737 16 00

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 4

Ventre

Ventre met à nu deux jeunes adultes entiers, idéalistes, avides d’une vie pleine, d’un amour qui en vaut la peine… Ils voudraient se dresser contre tout ce qui plie l’échine, ce qui est mou, convenu et satisfait. N’est-ce pas le propre de la jeunesse que d’être animée par une telle soif d’absolu et de remettre en cause l’ordre établi ? Il serait facile de dire que oui, sauf qu’il faut beaucoup de courage pour s’opposer au rouleau compresseur de la norme et des idées reçues. Ces deux âmes jeunes et ébranlées cherchent moins du sens qu’un sens du sacré. Vincent Goethals

DÉBAT DU BOUT DU BAR
JE 12.03 – après le spectacle
Avec l’équipe du spectacle et un invité témoin.

PASSez [souvent] à la Maison
Des formules souples… à utiliser seul ou à plusieurs.
PASS 9 À 99 : 9 places pour 99€
Carnet 3 : 3 places pour 45 € [30 ans et +] 24 € [-30 ans]

Ou la formule plus classique
ABONNEMENT
Avant le 1er juillet : 8 > 13€/place [5 spectacles ou +]
À partir du 1er juillet : 9 > 15€ [3 spectacles ou +]

Distribution

Texte Steve Gagnon
Mise en scène et scénographie Vincent Goethals
Avec Julie Sommervogel et Clément Goethals

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 14 septembre 2020, par Catherine Sokolowski

L’Amour, le vrai

Vincent Goethals a choisi de mettre en scène un très beau texte de Steve Gagnon, jeune auteur prolifique québécois. Il s’agit du dialogue d’un jeune couple, après la trahison de la jeune femme qui a entraîné leur rupture. L’homme est cloîtré dans son nouvel appartement, qui ressemble à un chantier en construction, comme s’il refusait de s’y installer. Elle n’arrive pas à l’oublier et tente de le convaincre que l’histoire pourrait reprendre. L’écriture est moderne et poétique, les acteurs sont jeunes, beaux et fougueux. Sauvage et audacieux, « Ventre » est résolument efficace.

Au départ, tout l’appartement est couvert de toiles en plastique, il attend probablement d’être peint. Une belle baignoire blanche s’impose à l’avant-plan de la scène, elle aussi dissimulée. Une jeune fille monologue, d’un ton vif et nerveux. Progressivement, elle soulève le plastique. On découvre son compagnon, assis dans la baignoire.

L’histoire est banalement tragique. Elle l’a trompé avec un bel homme musclé. Son discours est dense, agité. L’homme, par contre, est calme et semble résigné, il ne veut plus jamais revivre une telle trahison. L’amour qui les unissait était fort, ils étaient complices, un amour dont rêvent sans doute la plupart des jeunes gens. Ils ne semblent pas prêts à accepter les demi-mesures.

L’amour est au centre de ce texte et les gestes sont importants. Le couple se partage la baignoire avec beaucoup de grâce, évoluant dans une chorégraphie que l’on doit à Louise Hakim. Un partage d’intimité qui se fait avec pudeur, un huis clos devant lequel on ne se sent pas voyeur.

Finalement, qu’en penser ? Le spectacle est une ode à l’amour ambitieux, celui qui ne se contentera pas de superficialité. Les acteurs (Julie Sommervogel et Clément Goethals), tous deux excellents, rendent parfaitement l’intimité de ce couple alors même qu’il est brisé. Le texte est magnifiquement moderne, cru mais sensuel, tendre et poétique. Notons l’admirable dévouement des comédiens qui finissent dans des vêtements trempés alors qu’il ne fait pas chaud dans la salle. En trois mots : on a aimé !

VENTRE

Rideau de Bruxelles


Rue Goffart, 7 A
1050 Ixelles