Une heure de tranquillité

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Royal des Galeries

Dates
Du 16 mars au 10 avril 2016
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Royal des Galeries
Galerie du Roi, 32 1000 Bruxelles
Contact
http://www.trg.be
infos@trg.be
+32 2 512 04 07

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Une heure de tranquillité

Michel est un passionné de jazz. Un matin, il déniche au marché aux puces un disque introuvable dont il rêve depuis trente ans. Alors qu’il s’installe dans son salon pour l’écouter, sa femme veut lui parler de ses tourments, sa maîtresse menace de dévoiler leur liaison, son entrepreneur inonde l’immeuble, son voisin se plaint, son fils musicien arrive à l’improviste…
Prêt à tout pour avoir la paix, Michel n’hésite pas à s’enferrer dans les pires mensonges pour se préserver ne serait-ce qu’une heure de tranquillité.
La partition de Florian Zeller, librement inspirée d’une trame vaudevillesque, est déroutante. Connaissant l’auteur, on est surpris et charmé de le trouver à cet endroit si particulier du répertoire dramatique, entièrement tourné vers l’humour. L’écrivain joue à fond le jeu du genre, s’en amuse et signe une pièce d’une remarquable efficacité.

Distribution

Avec Pascal Racan, Rosalia Cuevas, Manuela Servais, Daniel Nicodème, Frédéric Clou, David Delaloy et Gaël Soudron.

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mercredi 6 avril 2016, par Catherine Sokolowski

Le silence est dehors

Après Fabrice Luchini au théâtre et Christian Clavier au cinéma, c’est au tour de Pascal Racan de reprendre le rôle de Michel dans “Une heure de tranquillité”, vaudeville pétillant écrit par Florian Zeller. Une heure durant laquelle Michel voudrait écouter paisiblement “Me, Myself and I”, vinyle qu’il vient de dénicher après des années de recherches intensives. Pourtant, cela paraît impossible : le monde se ligue contre lui. Sa femme Nathalie (alias Rosalia Cuevas) voudrait lui parler et elle a demandé à leur fils de les rejoindre, le plombier portugais ne maîtrise pas son travail, le voisin polonais commence à s’énerver quand, cerise amer sur un gâteau déjà avarié, Elsa (Manuela Servais) débarque…

Le décor est simple et élégant, les échanges se déroulent dans un salon bourgeois orné de Mondrian réservant une surprise en fin de séance. Exploitant au maximum les codes du vaudeville, Zeller propose un parallèle implicite entre le héros du jour, Michel, et la chanson qu’il souhaite écouter “Me, Myself and I” de Neil Youart (artiste factice). Hermétique à la déprime de son épouse, méprisant le travail de son fils, indifférent aux fuites d’eau qui vont crescendo, Michel reste imperturbable malgré les confidences surprenantes de sa femme.

Bien que de facture assez classique, cette comédie populaire séduit par son rythme et le jeu des acteurs, surtout dans la deuxième partie du spectacle. Huis clos autour d’un misanthrope, le scénario met en évidence l’égoïsme d’un homme qui semble indifférent aux malheurs de ses proches. Au-delà du vaudeville, une étude de mœurs : Michel n’est peut-être pas un cas isolé dans ce milieu cossu BCBG ? Plus dépouillée que le film, cette adaptation se concentre sur l’essentiel : exit Maria, la femme de ménage, le rôle du plombier est réduit et Pascal Racan est plus inspiré que Christian Clavier. Succession de situations rocambolesques et clichés d’usage assurés : avis aux amateurs !

Catherine Sokolowski

Théâtre Royal des Galeries


Galerie du Roi, 32
1000 Bruxelles