Un temps de chien

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Royal des Galeries

Dates
Du 8 février au 5 mars 2017
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Royal des Galeries
Galerie du Roi, 32 1000 Bruxelles
Contact
http://www.trg.be
infos@trg.be
02-512.04.07

Moyenne des spectateurs

starstarstar-halfstar-offstar-off

Nombre de votes: 5

Un temps de chien

Hélène est une femme d’affaires débordée par son travail et sa famille. Loulou est mère célibataire et travaille dans un magasin de lingerie. Gabrielle est très seule et un peu paumée. Un matin de septembre, ces trois femmes que rien ne destinait à se rencontrer se retrouvent dans l’arrière-salle d’un bistrot parisien… pour ne se quitter que le lendemain.
Ces trois femmes, qui se sont de prime abord regardées en chien de faïence, vont finalement se donner un sacré coup de main pour traverser une période délicate de leur vie, sous l’œil narquois d’un garçon de café en pleine crise de misogynie aigüe. Ce qui s’annonçait comme une journée pourrie à tous points de vue, deviendra un des moments les plus joyeux de leur existence.
L’univers de Brigitte Buc est à la fois quotidien, décalé et poétique. Quatre vies se croisent par hasard. Quatre personnes qui n’avaient pas de raison de se rencontrer se retrouvent coincées ensemble ; et la nuit, le froid et l’alcool aidant, elles parlent.

Distribution

Avec Christel Pedrinelli, Cécile Florin, Sophie Delacollette et Frédéric Nyssen.
Mise en scène : Fabrice Gardin
Décor et costumes : Lionel Lesire

Laissez nous un avis !

7 Messages

  • Un temps de chien

    Le 13 février à 16:06 par ktemara

    Les acteurs se donnent à fond, mais il n’y a rien à faire, avec un scenario creux et une mise en scène lente, impossible de captiver les spectateurs. Nous étions 5 couples : tous déçus !

    Répondre à ce message
  • Un temps de chien

    Le 22 février à 12:40 par Arnaud Castagné

    Une mise en scène sans ossature manquant cruellement de rythme... un jeu qui a réellement du mal à défendre un texte faible que seule Valérie Lemercier a eu le talent de sauver... Nous avons été immensement déçus tant nous avions entendu du bien de la pièce... (celle jouée à Paris malheureusement).

    Pas trop compris le principe du bar qui est un appartement...

    Toutefois, quelques rires dans la salle. C’est donc que cette pièce a trouvé son public.

    Répondre à ce message
  • Un temps de chien

    Le 27 février à 10:44 par Chantelem

    Une pièce qui est vendue comme drôle mais ne l’est absolument pas, excepté peut-être par les pitreries d’une des actrices, qui faisaient rire certaines personnes. Pas nous, ni nos voisins.
    Des phrases humoristiques cent fois entendues (blizzard, vous avez dit blizzard), ou forcées (elle n’est pas sortie de la berge), des imitations soit-disant drôles de Jean Gabin ou De Gaulle, une idée pas mal au départ mais qui n’est pas creusée, des incohérences, bref une soirée perdue.

    Répondre à ce message
  • Un temps de chien

    Le 2 mars à 00:02 par hello

    Un peu de vin, un petit joint, avec légèreté et humour "Un temps de chien" évoque nos existences contemporaines déboussolées.
    Mention spéciale à Sophie Delacollette que j’ai trouvée très fraîche (le rôle lui allait comme un gant).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 20 février 2017, par Dominique-Hélène Lemaire

Naissance et enterrement !

Tempête dans un café. Cela se joue dans l’arrière-salle d’un café parisien, dans un décor et des costumes de Lionel Lesire. Imaginez un jukebox et des sofas et table basses faits avec des palettes de récupération. Un grand mur de briques blanches et une fenêtre pour le temps qu’il fait. Elles sont belles, les comédiennes d’ "Un temps de chien", une comédie contemporaine de Brigitte Buc ! Naissance de vies de jeunes femmes ? Joyeux et délirant comme un enterrement de vies de jeunes filles.

La mise en scène de ce texte bien rythmé est signée Fabrice Gardin. Dehors : la pluie, la neige, les giboulées. Dedans : le chaos de vies sous pression qui explose sous le regard narquois du garçon de café misogyne mais compatissant (Frédéric Nyssen) qui a eu de nombreux déboires avec les femmes et n’est pas de bonne humeur, aujourd’hui. Big Bang bénéfique, car au fur et à mesure des partages gourmands de ces commensales fortuites et bavardes, le monde se redessine autrement, grâce à l’humour !

Hélène (Christel Pedrinelli) est la wonderwoman débordée par son boulot haut de gamme et sa famille égocentrique. Un optimisme forcené l’aide à gérer, ou presque. Loulou (Sophie Delacollette) est la jolie bringue, mère célibataire, craquante de charme, travaillant dans un magasin de lingerie. Elle n’aime que son fils, et lui donne tout ce qu’elle-même n’a jamais reçu, étant une enfant de la Ddass, brinqueballée de famille d’accueil en famille d’accueil. Après des tas d’aventures ratées, Gabrielle (Cécile Florin) est seule, méfiante et paumée. Au cours du huis-clos les regards se mesurent, se comprennent ; les cœurs fondent, les rancœurs crépitent et les langues se délient. De chiens de faïence, elles se changent en saint-Bernard et vont se solidariser à vue d’œil, à coups de bonne chère et d’Armagnac. Crises de nerfs, burnout, tout y passe avec des uppercuts bien assénés sur les maux du siècle. Quelle meute ! On fête un non anniversaire délirant, décidément, le meilleur de leur vie. Elles sont hors du temps : elles dansent, elles fument, elles s’éclatent sans la moindre honte ! Elles prennent le bon temps à bras le corps. Le peps et le champagne coulent à flots, le garçon de café est atterré et finit par fuir les lieux, non sans les avoir enfermées par erreur ! Et la fin… justifie les moyens, à vous de juger !
Dominique-Hélène Lemaire

Un temps de chien

Théâtre Royal des Galeries


Galerie du Roi, 32
1000 Bruxelles