Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 29 octobre au 16 novembre 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.poche.be
reservation@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

Tout le monde ça n’existe pas, de et avec Marie Limet - REPRISE

Du 29/10 au 16/11/2013 à 20h30 (sauf les 5 et 6 novembre 2013)
Une création originale de La Compagnie La peau de l’autre
Mise en scène : Laure Saupique - Lumières : Xavier Lauwers - Costumes : Lucie Burton
Sur la musique de Tom Waits - spectacle signé par Evelyne Devuyst
Durée : 1h
Dès : 14 ans

Parce que nous sommes tous parfaitement imparfaits et que c’est très bien comme cela !
Vera a beau être drôle, sensible, sexy, il y a quand même un truc qui lui manque… A jamais.
Perchée sur ses hauts talons, armée d’une prothèse à deux balles et d’une sensualité teintée d’humour, elle va faire voler en éclats vos idées toutes faites… Accrochez-vous : Vera va vous parler de façon monstrueusement honnête. Un spectacle percutant, poétique, intelligent et audacieux dont on ressort grandi et qui nous rappelle de façon très rock’n roll que l’on doit être aimé pour ce que l’on est avec ce que l’on a.

Laissez nous un avis !

17 Messages

  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 9 janvier 2013 à 09:13 par chrisdut

    Quelle superbe bulle d’oxygène que cette pièce ! Ovation plus que méritée pour cette actrice aux multiples talents qui nous a ému dans ce seul en scène magnifiquement interprété. Elle nous choque, elle nous fait rire, elle nous émeut, elle nous perturbe, elle nous remet en question plus d’une fois. Toutes les facettes que le handicapé ou les autres peuvent avoir face au handicap sont présentés de manière très subtiles et avec humour. Cette pièce fait partie de mon top 3 de cette saison. Je ne peux que vous inciter à y aller et à vous prendre une bonne leçon de vie en pleine figure. Mais qu’est-ce que ça fait du bien !

    Répondre à ce message
  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 21 janvier 2013 à 10:21 par kirkavu

    Très chouette moment au théatre de poche ce soir la, une petite heure à peine mais pleine d’une urgence, d’une volonté, d’un besoin de dire, pas de dénoncer, mais de montrer en toute humilité, sans voyeurisme ni gene, un être comme un autre, une différence comme une autre, avec humour, intelligence ... Grande intelligence qui touche par sa simplicité, c’est direct et juste. Merci

    Répondre à ce message
  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 16 octobre 2013 à 12:40 par Domi

    J’ai vu ce spectacle l’an passé au théâtre de Poche : j’ai adoré ! Bravo à la comédienne ! Un spectacle fort, une comédienne en mouvement et particulièrement concernée... La différence y est présentée avec beaucoup d’humour et de justesse. Je vous conseille vraiment d’aller le voir. Ne le ratez pas !

    Répondre à ce message
  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 30 octobre 2013 à 12:21 par Alexei

    Déjà le théâtre de poche était full et j’ai jamais vu ça. Et je me suis aussi demandé le pourquoi de cette salle pleine ? Oui, j’ai vu la pièce, j’ai regardé, il y a un passage que j’ai aimé et cela surprends mais je trouve que la pièce mets trop en avant le handicape même si c’est un sujet qui n’est pas beaucoup mis en avant. Cela étonne en effet, surprends et on ressent la souffrance de l’actrice mais j’ai trouvé que c’était long.

    Donc en clair ne vous fiez pas au titre "tout le monde ça n’existe pas" vu qu’on ne parle pas de la différence en générale mais du handicape.

    Répondre à ce message
  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 1er novembre 2013 à 12:38 par deashelle

    Ce que Marie Limet veut changer c’est le comportement de chacun, le regard de chacun vis-à-vis de la difformité ou de la conformité. Le regard qui juge, qui humilie, qui formate, qui condamne. Alors si ce regard cesse d’être ou moqueur ou compatissant elle osera être elle-même. On l’admire elle, et pas uniquement son image. Par la danse, elle expose avec grande simplicité son être, sans aucun tabou et sans impudeur. Et Nobody becomes somebody ! Un avènement.

     Au début du spectacle elle se présente comme une poupée de foire maladroite. Perruque, lunettes de soleil cerclées de rose, col de fourrure, jambes galbées, chaussures sexy. La prothèse est indiscernable. Dans le dévoilement progressif du personnage, la comédienne se métamorphose, la musique de Tom Waits aidant, en danseuse artiste d’une souplesse infinie. Longue chevelure sauvage et blonde, regard de ciel, et elle donne à voir sa vraie nature. Une jeune femme sensuelle, gourmande de la vie, transfigurée par la musique et le mouvement. Triomphante, elle a balancé toutes les prothèses par-dessus les toits. Elle a gagné au jeu de malchance qui était le sien. Quel coup au cœur pour le spectateur ! Si la formule dont elle rêve dans la pièce : « aaabracadaBras ! Déformation, malformation, transformation, apparition ! » est dramatiquement inefficace sur le moignon dénommé Tom, elle peut l’appliquer au spectateur, et oui, là, cela marche, mesdames, messieurs ! La transformation est réellement magique : celle du personnage qui se transforme en parallèle avec celle du spectateur qui se met à penser « autrement » et à vaincre ses peurs. Celui-ci, tellement aspiré par l’humanité de Vera, peine à distinguer encore le handicap, la monstruosité, le manque, « la normalité ». C’était le pari de Marie Limet. Pari gagnant ! Une salle comble à la reprise de ce spectacle pétri beauté artistique, créé en janvier 2013. Dépêchez-vous, profitez du creuset des vacances d’automne pour aller vous aussi, vous frotter à la formule magique de la danse de Vera !

    Répondre à ce message
  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 10 novembre 2013 à 12:13 par Antoinette

    Très beau spectacle très bien joué ;cela sensibilise le publique au handicap, c’est un point positif.
    Néanmoins j’avoue tout de meme avoir été un peu choquée par les scène de nudité, je ne m’attendais pas du tout a cela ; mais il faut bien faire venir le public et dans l’ensemble c’est assez bon ; disons que c’est très moderne dans l’ensemble.

    Répondre à ce message
  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 13 novembre 2013 à 10:23 par miche271

    La comedienne ayant eu un accident il y a qq jours se promene avec un genou en compote et est obligee de jouer majoritairement assise et non debout. Elle s’en explique juste avant le debut de la piece. Mais d’apres ce que je lis dans les autres avis emis jusqu’a ce jour, il semble que la piece ait ete tronquee/amenagee/adaptee/modifiee pour cette raison. Trois spectacles ont ete annules et les spectateurs recases les autres jours. Donc salle pleine. Aussi remplie par les ecoles, ca va debattre ferme en classe. Dans le genre pas de chance, un spectateur qui fait un malaise et est embarque en ambulance (j’espere qu’il va bien ?). Voila de quoi perturber le bon deroulement d’un spectacle. Mais la comedienne tres “pro” a bien manage tout cela.

    Je n’ai rien a dire sur l’interpretation de Marie Limet, mais je n’ai pas aime le texte, son cynisme etant ce qui m’a le plus agressee.

    Au risque de vous deplaire, je ne vais pas garder un souvenir imperissable de cette piece, ou alors, dans un sens negatif.

    Cependant une note tres positive, j’ai adore la dame qui fait la traduction gestuelle, elle se fond magnifiquement dans le spectacle. J’espere que vous l’aviez remarquee ?

    Répondre à ce message
  • Tout le monde ça n’existe pas de et avec Marie Limet

    Le 18 novembre 2013 à 10:01 par Pattrick

    On ne peut pas passer à côté de ce
    spectacle, il y a des publicité partout. Et personnellement j’ai bien aimé l’affiche,
    reconnaissable et différente.

    La pièce (seul en scène d’une comédienne de
    talent) est bouleversante. On ne parle pas spécialement des différences de tout
    le monde, mais surtout du handicap. Il est là, cru et présenté sans tabou.

    Ce qui est très bien fait, c’est la
    transformation de la comédienne pour montrer le handicap.

    Le seul bémol sera la longueur de la pièce,
    parfois j’ai l’impression de redite, pour être certain de faire passer le
    message.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 11 janvier 2013, par Catherine Sokolowski

Touchante provocation

Franche, décidée, souriante, militante, déroutante, charmante, audacieuse, l’héroïne du nouveau spectacle du Théâtre de Poche est captivante ! Il n’est pas courant d’exposer son handicap, ni de jouer malicieusement avec lui, et c’est pourtant ce que propose Marie Limet, artiste pluridisciplinaire seule en scène, en mélangeant subtilement danse et théâtre.

Robe rose et cheveux roux, Marie débarque sur ses talons hauts, chaussée de sandales brillantes extravagantes qui lui vont à merveille. Lentement mais sûrement, elle amène les spectateurs sur le terrain de la différence, celle qui fait basculer de la norme à la monstruosité.

Marie Limet a un handicap de naissance, il lui « manque 37 cm » au bras droit. Et c’est avec un humour bien particulier qu’elle remarque qu’ « avec ça, même les mendiants lui foutent la paix » ou que « la carte VIPO est à renouveler chaque année car la sécu croit au miracle ».

La comédienne donne tout ce qu’elle a, se déshabille au sens prendre et figuré. Sa prothèse disparaît, sa perruque rousse fait place à une longue chevelure blonde. De femme sexy, elle devient homme, afin de (se) prouver qu’elle n’a « besoin de rien, ni de personne ». Subtile, Marie décrit la version masculine d’elle-même, drôle et stéréotypée. Dans la deuxième partie du spectacle, ce sont ses bras qu’elle met en scène, transformés en marionnettes, alternant les voix et les humeurs avec brio.

Parfaitement à l’aise, elle a choisi Tom Waits pour accompagner ses déplacements vifs, énergiques, explosifs. Alternant des mouvements de danse avec des monologues dont chaque mot a été pesé et soupesé, ce spectacle a longuement mûri et évolue certainement encore. On ne peut qu’être ému par cette communication franche et poignante autour d’un thème qui fait souvent peur, par cette quête d’amour finalement très commune. Gageons que cette présentation impactera positivement les publics. Un moment de partage, une heure poétique, une incitation à la tolérance. A voir et à aimer !

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles