Sonate d’automne

Ixelles | Théâtre | Le boson

Dates
Du 6 au 16 novembre 2018
Horaires
Tableau des horaires
Le boson
Chaussée de Boondael, 361 1050 Ixelles
Contact
http://www.leboson.be
reservations@leboson.be
+32 471 32 86 87

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 2

Sonate d’automne

A l’invitation de sa fille Eva, Charlotte débarque avec armes et bagages dans la bourgade de Bindal, au fin fond de la Suède. Elles ne se sont plus vues depuis 7 ans. Il va falloir remettre les pendules à l’heure. Il y a eu la mort récente du vieux Leonardo, le compagnon de Charlotte mais aussi le drame de la noyade du jeune fils d’Eva et Viktor dans le puits du jardin.

Au fil de la soirée, les histoires se racontent et derrière elles la trajectoire de deux femmes liées par leur lien de sang : l’une, la mère, brillante pianiste à la carrière internationale, talentueuse, volontaire, directe et dominatrice. L’autre, la fille, effacée, incapable d’aimer, bien décidée à en découdre, à se faire reconnaître après l’abandon qu’elle estime avoir subi. Un troisième personnage veille dans la chambre du dessus, Helena, la petite sœur d’Eva, handicapée, incapable de s’exprimer, mais qui sent tout, perçoit tout, comprend tout. Et puis, il y a le seul homme de cette histoire, le mari d’Eva, narrateur et observateur impuissant, tant les mots lui manquent...

Le combat s’engage : Eva plante sa sœur devant sa mère forcée de jouer la comédie maternelle. De son côté Charlotte donne une leçon de piano magistrale et humiliante à sa fille. La nuit tombe, les deux femmes revisitent leur passé, les concerts moins brillants, le retour de la mère au bercail, les angoisses de la fille de ne jamais être à la hauteur d’une telle mère : trop belle, trop douée, trop éloquente. Mais la sentence tombe, inexorable : tu es coupable ! De quoi ? Je ne sais pas, coupable ! Charlotte remonte la chaîne : elle ne se souvient pas du moindre contact physique avec ses parents. Bref, elle a fait comme elle a pu. Mais Eva sort sa dernière carte : Lena, sa maladie, c’est de sa faute... le chaos est total, on ne distingue plus le vrai du faux. Tout est perverti, incohérent, malade… Aux abords de ce champ de bataille, Héléna écoute et ressent…

Distribution

Texte Ingmar Bergman
Traduction française de Carl Bjurström et Lucie Guillevic © Editions Gallimard
Mise en scène Bruno Emsens
Avec Jo Deseure, Julie Duroisin, Francesco Mormino et la participation d’Inès Dubuisson
Scénographie Vincent Bresmal / Assistanat à la scénographie Matthieu Delcourt / Coiffure Thierry Pommerell / Création costumes Chandra Vellut / Création sonore Sébastien Fernandez / Création lumière Renaud Ceulemans / Création images (vidéo) Sylvain Dufayard / Création sonore (vidéo) Quentin Jacques / Régie Show Up !

Laissez nous un avis !

1 Message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 15 octobre 2018, par Palmina Di Meo

3 FEMMES 3 SENSIBILITÉS 3 FRAGILITÉS

Magistrales, elles sont ! La mère, diva gâtée par la vie, égoïste, aveugle, Eva, sa fille qui a vécu dans son ombre à la fois brimée et admirative et puis il y a celle que l’on cache comme une excroissance embarrassante, privée de caresses et de sourires, la muette Helena.

En visite chez sa fille au plus profond de la campagne suédoise, Charlotte vient chercher du réconfort après la perte de son compagnon mais Eva est bien décidée à régler ses comptes et à ne rien épargner à sa mère...

Huis clos d’une force dévastatrice, « Sonate d’automne », nous plonge au fond de nous-mêmes, de nos manques et nos limites. Et en sous-texte, ce manque cruel d’amour, le désarroi face au vide, à la surdité de l’autre. Jusqu’à la crise, au cri, torrent libérateur, le hurlement de Lena, immobilisée depuis toujours, reléguée quelque part dans un étage fictif, présence invisible et immuable, éponge de toutes les angoisses et de tous les malaises.

Dans une mise en scène épurée au maximum qui privilégie les effets d’ombres et de lumières, les atmosphères troublantes, Bruno Emsens a tenu à suivre Bergman dans sa quête de lumière. Et cette soif ne peut se concrétiser que dans la communication sans artifices, celle où l’on va droit à l’essentiel, quitte à blesser l’autre, à le ravager, pour se rendre compte... de la vulnérabilité et du dénuement que peut cacher la suffisance.

Jo Deseure incarne une Charlotte blessée, imbue d’elle-même et légère tout à la fois qui en font un personnage redoutable de désir et de caprices. Julie Duroisin est cette Eva à bout, revendicatrice qui se révèlera être un roc face à une mère beaucoup plus friable. Julie Duroisin s’affirme ici comme une actrice d’une étoffe dramatique impressionnante.

Un magnifique hommage à l’éternel Bergman pour fêter le centième anniversaire de sa naissance.

Palmina DI MEO

Le boson


Chaussée de Boondael, 361
1050 Ixelles