Savoir-vivre

Théâtre | Théâtre Varia

Dates
Du 23 février au 3 mars 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.varia.be
reservation@varia.be
+32 2 640 35 50

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Savoir-vivre

Textes de Pierre Desproges. Mise en scène de Michel Didym. Michel Didym avait déjà abordé Pierre Desproges avec Les animaux ne savent pas qu’ils vont mourir. Avec Savoir-vivre, il replonge avec délice et délectation – et pour nos propres délice et délectation –, dans la langue fracassante et jubilatoire du grand dramaturge qui ne craignait ni l’inconfort des idées, ni les sauts périlleux dans le vide.

Laissez nous un avis !

9 Messages

  • Savoir-vivre

    Le 25 février 2013 à 01:00 par pit111

    Un bon spectacle fort drôle. Mais déjà la matière des textes était déjà excellente. Pas mal de bonnes idées avec ces jeux de lumière. Je reprocherai peut-être un spectacle un peu trop statique avec un acteur qui fait plus une imitation de Desproges qu’une vraie apropriation d’un personnage. Au début je trouvais l’actrice vraiment trop effacée avec plus un rôle de faire-valoir. Et ce n’est que dans la deuxième partie qu’un vrai jeu de comédien se met en place avec des échanges et du répondant. Cela n’empêche rien à la qualité du spectacle.

    Répondre à ce message
  • Savoir-vivre

    Le 25 février 2013 à 09:24 par mzoe

    J’aime l’humour caustique de Desproges . Et j’ai été déçue par ce spectacle somme toute assez "timide". Je trouve aussi que la comédienne avait plus de "répondant" .

    Répondre à ce message
  • Savoir-vivre

    Le 25 février 2013 à 10:57 par togra

    Belle soirée de rires caustiques.

    Michel Didym "sonne" parfois très Desproges.

    Certains effets de mise en scène me semblaient superflus, mais pas de quoi gâter mon plaisir.

    Répondre à ce message
  • Savoir-vivre

    Le 25 février 2013 à 11:22 par mousicos

    Je suis d’accord avec mzoe, moi aussi j’ai été un peu déçue par le manque d’audace des comédiens (ils auraient pu s’approprier plus les textes, les idées, le style de Desproges, choisir des extraits moins connus et tenter des clins d’oeil à l’actualité par exemple). J’aurais aimé plus d’éclat, de folie, de joie. Le ’décor’ composé essentiellement des lumières changeantes et d’un autel/table d’opération/etc. n’était pas toujours bien intégré à la pièce.
    J’ai apprécié le spectacle surtout pour la prose de Desproges, je n’en garderai pas un grand souvenir.

    Répondre à ce message
  • Savoir-vivre

    Le 25 février 2013 à 12:56 par loulou

    Après avoir vu Vivons heureux (textes de Desprogesà avec l’excellent Dominique Rongvaux,j’étais curieuse de pouvoir comparer ce spectacle à celui-ci.
    "Vivons heureux" était plus intimiste (Riches-Claires),sans décor ;les textes plus courts.
    "Savoir vivre" utilise plus de "decorum",les textes sont plus longs et plus connus(notamment l’interview de Fr.Sagan).
    Deux façons très différentes d’aborder le même sujet mais toutes les deux permettent de découvrir plusieurs facettes de cet humour très particulier de Desproges et nous offrent une soirée
    plus qu’agréable.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 26 février 2013, par Jean Campion

Un Humour de plus en plus... nécessaire

Vingt-cinq ans après sa mort, Pierre Desproges est bien vivant et remplit les salles de théâtre. Témoins, les succès remportés par "Vivons heureux en attendant la mort" (monté par Dominique Rongvaux et Fabrice Gardin en 2012) et la trilogie concoctée par Michel Didym. Après "Les animaux ne savent pas qu’ils vont mourir" (2003) et "Chroniques d’une haine ordinaire" (2012), il nous propose le troisième volet : "Savoir-vivre". Un spectacle incisif et jubilatoire, qu’il joue avec Catherine Matisse.

Le duo éclaire différemment les monologues de Desproges. On voit Adam et Eve au paradis terrestre et on entend la discussion crispante entre un papa et sa petite fille, à propos de la "polésie" à inventer, pour la fête des mères. Mais le costume masculin et le chapeau espiègle de Catherine Matisse montrent que les deux comédiens incarnent la lucidité tragique et cocasse d’un auteur taxé de misogynie. Certes, il se demande si cet "être humain de sexe non masculin" a une âme et nous décrit cyniquement ce qu’on trouve dans une femme, coupée dans le sens de la longueur. Mais il affirme : "Je suis très féminin. Je n’ai pas l’esprit de zinc, ni l’esprit football. J’aime bien cueillir des fleurs et m’occuper de mon basilic."

Michel Didym a subtilement agencé des extraits du "Manuel du savoir-vivre à l’usage des rustres et des malpolis", quelques "Minutes nécessaires de monsieur Cyclopède" et des textes connus ou inédits. Une seule réserve : le remake de l’interview de Françoise Sagan, qui fait ronronner le public devant une séquence archi-diffusée par la télé. La plupart des autres scènes soulignent l’irrévérence et la violence comique d’une langue, où se mêlent brio et grossièreté, élégance et provocation. Soutenus par un mur de phares, qui nous incitent à garder les yeux ouverts, Catherine Matisse et Michel Didym s’épaulent, se contredisent, raisonnent, pontifient et virevoltent avec aisance. Deux clowns tristes qui prennent plaisir à nous ETONNER, en nous donnant les recettes pour rentabiliser la colère de Dieu ou la minute de silence.

Parfois, le goût de l’absurde se marie avec une ironie grinçante. "Les enfants sont des cons" ou "Les gens n’ont pas d’humour" seraient des affirmations choquantes, si elles n’étaient pas suivies de commentaires désopilants. Comment résister à la défense des "non-handicapés" ou à la démystification des cadeaux bricolés par les chers bambins à l’école ? Ecoeuré par l’imposture et le mensonge, Desproges déclare sa haine à l’humanité. C’est en réalité de la colère. Le misanthrope cache son amour des hommes, sous un flot de sarcasmes. Son sens de la dérision nous aide à lutter contre les préjugés, l’esprit grégaire, la dictature de l’audimat et le prêt-à-penser. On aimerait que les humoristes, qui se bousculent sur nos écrans de télé, titillent nos consciences assoupies, avec la même insolence rageuse.

Dans un de ses "Textes de scène", Pierre Desproges avoue : "Le jour de la mort de Brassens, j’ai pleuré comme un môme. J’ai vraiment pas honte de le dire. Alors que - c’est curieux - mais, le jour de la mort de Tino Rossi, j’ai repris deux fois des moules." Le poète et l’humoriste ont suivi des chemins parallèles. L’auteur de "L’Auvergnat" aimait composer des chansons, mais rechignait à les défendre sur scène. Et Desproges déclarait : "Mon seul métier est l’écriture, le reste n’est que le service après vente." La poésie de Brassens défie le temps et on comprend pourquoi Michel Didym affirme : "Desproges avait quarante ans d’avance."

Théâtre Varia


Rue du Sceptre, 78
1050 Ixelles