ROMEO ET JULIETTE de William Shakespeare

Théâtre | Théâtre Le Public

Dates
Du 7 janvier au 15 février 2014
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatrelepublic.be
contact@theatrelepublic.be
+32 2 724 24 44

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

ROMEO ET JULIETTE de William Shakespeare

GRANDE SALLE. Mise en scène : Yves Beaunesne. Assistanat à la mise en scène : Marie Clavaguera Pratx, Sébastian De Witte et Amélie Chalmey. Avec : Laurens Aneca, François Beukelaers, Gilian Petrovski, Olivier Constant, Thomas Mustin, Mout Uyttersprot, Patrick Descamps, Simon Baetens, Sophia Leboutte, Bien De Moor, Els Olaerts, Evelien Bosmans et la voix de Pierre Laroche.
La plus célèbre histoire d’amour !... qui est aussi celle de notre plat pays, de deux communautés qui entretiennent inlassablement un rapport d’amour-haine. Des Capulet du Nord, de nouveaux riches issus de décennies de lutte pour l’identité flamande, des Montaigu du Sud, empêtrés dans les privilèges d’une vieille aristocratie à la française et adeptes du « non » ; des langues différentes mais une même lutte contre les occupants de tout bord, et surtout un même partage des grands courants spirituels et artistiques qui ont traversé l’histoire de leur pays. Mais des voisins qui s’entre-déchirent malgré leur meilleure volonté. PRODUCTION : COMÉDIE POITOU-CHARENTES, CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL POITOU-CHARENTES, AVEC LE SOUTIEN DE LA DRAC POITOU-CHARENTES, DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES ET DE LA VILLE DE POITIERS. COPRODUCTION : LE THÉÂTRE DE LA PLACE À LIÈGE, LE GRAND THÉÂTRE DE LUXEMBOURG, LE CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL DES ALPES – GRENOBLE ET LE THÉÂTRE LE PUBLIC.

Laissez nous un avis !

6 Messages

  • Roméo et Juliette/ William Shakespeare

    Le 21 octobre 2013 à 10:38 par miche271

    Interessante version de Romeo et Juliette...
    Je n’ai pas aime les sous-titres trop haut places qui coupent de la scene.
    J’ai aime la representation de la ville, petites maisons miniatures entourant la scene
    J’ai aime Romeo mais j’ai surtout aime Juliette qui transcende son role avec sa voix rocailleuse et ses attitudes de gamine gatee.
    J’ai aime le final qui nous dit que Romeo et Juliette ne seront jamais tout-a-fait morts par leur intemporelalite.
    Bref...j’ai aime !

    Répondre à ce message
  • ROMEO ET JULIETTE de William Shakespeare

    Le 27 janvier 2014 à 01:17 par Pattrick

    Ils ont encore mis le paquet sur le décors au Public. Un toit de Bruxelles, vitré, l’Atomium en petit dans le fond. Tous les autres toits et les cheminés fond les 3/4 de la scène.
    Et puis, les personnages arrivent, à leur rythmes, chacun parlant dans sa langue. Oui, voilà un Roméo Montaigu francophone et une Juliette Capulais néerlandophone. Avec pour les non bilingue, une traduction sur-titrée.
    Et la magie opère (j’avoue, j’ai pleuré tout le spectacle, cette pièce, l’intrigue, le jeu, les textes étant trop beaux).
    On oublie très vite les langues, on est dans la guerre des familles. C’est actualisé dans les habits et le décors, mais cela reste la magie de Shakespeare quand même.
    Très belles interprétations, tous les comédiens se donnant vraiment dans leur rôles. Le décors est parfait pour toutes les situations.
    Voilà une pièce qui ne pèche par aucun défaut (sauf peut-être pour les monolingue purs, qui se plaignent de de voir à la fois lire la traduction et voir l’intrigue sur la scène).
    Bravo.

    Répondre à ce message
  • ROMEO ET JULIETTE de William Shakespeare

    Le 5 février 2014 à 08:49 par marie59

    La pièce de Shakespeare a repris vie, avec une modernité à nous couper le souffle...Seule fausse note : le renforcement de la" querelle" Flamands/Wallons, familles ennemies... Mais le décor est superbe, et le jeu des acteurs est rempli de force, souligné par cette musique pleine de vigueur . Tout cela vaut la peine de voir cette interprétation, même si on connaît très bien la pièce classique, car le dépaysement est total !

    Répondre à ce message
  • ROMEO ET JULIETTE de William Shakespeare

    Le 12 février 2014 à 07:53 par JMPjmp

    Petits items tirés du programme de la soirée : "Work in "progress" - ok - "Vision contemporaine" - encore ok - "... William Shakespeare qui n’a besoin de personne pour être ce qu’il est, un poète toujours d’avant garde - trois fois ok". Pour séduisante que soit la relecture belgo-belge de la pièce, le choix d’en proposer une telle transposition apparaît comme un art difficile.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 31 janvier 2014, par Laura Bejarano Medina

Les amants maudits du plat pays

En tournée depuis sa création pour l’ouverture de saison du Théâtre de la Place, Roméo et Juliette fait une escale remarquée dans la grande salle du Théâtre Le Public. Adaptation contemporaine du chef-d’œuvre de Shakespeare, cette tragédie juvénile et moderne de Yves Beaunesne s’enrichit d’une profondeur nouvelle sur fond de crise identitaire belge.

Né en Belgique d’un père flamand et d’une mère wallonne, Yves Beaunesne entreprend la démarche audacieuse de transposer Roméo et Juliette dans le contexte belge actuel en réunissant autour d’un même projet des acteurs du Nord et du Sud de notre plat pays.
Véritable écho aux tensions séparatistes, l’histoire intemporelle des amants maudits devient le terrain de jeu de Montaigu francophones et de Capulet néerlandophones qui font résonner la beauté des mots de Shakespeare dans leur propre langue.

C’est donc au cœur de Bruxelles que Roméo et Juliette bravent les rivalités de leurs familles par un amour passionné. Loin du cadre romantique traditionnel et du célèbre balcon de Shakespeare, l’action prend place sur un toit surplombant la capitale. Entourés par les sommets de la ville à perte de vue, les comédiens prennent de la hauteur sur une verrière inclinée, laissant parfois transparaître des formes ou des lumières venues d’en bas. De cette scénographie remarquablement poétique, épurée et aérienne naît le déséquilibre des corps et des émotions qui se balancent au bord du vide. Accompagnés par une musique originale expressément composée par le groupe rock liégeois MLCD (My Little Cheap Dictaphone), les personnages s’approprient la mode et les gestes d’aujourd’hui pour donner naissance à des personnalités fortes et détonantes (un Mercutio extravaguant et désinvolte, une nourrice de caractère ou encore un Frère Laurent aux allures de motard).

Transposée dans notre actualité, l’histoire de Roméo et Juliette se révèle résolument moderne, non seulement par les sujets universels qu’elle aborde, mais surtout par la fraicheur que dégagent les deux amants puérils et bouillonnants. En rapprochant Roméo et Juliette des jeunes actuels, Yves Beaunesne porte une réflexion sur la passion amoureuse en 2014. L’insouciance de la jeunesse, la fièvre de l’adolescence, l’ivresse du premier amour, la fidélité en amitié, la rébellion contre l’autorité s’adaptent ici à notre société contemporaine à travers des tableaux drôles, sensibles, émouvants ou osés.

Au-delà de la contrainte du sous-titrage de deux langues qui s’entremêlent, la main de maître de Yves Beaunesne habille l’œuvre shakespearienne d’une modernité surprenante. Avec son Roméo et Juliette belgo-belge, il offre un regard artistique et habile sur les difficultés communautaires en filigrane d’une tragédie qui traverse inlassablement le temps et les frontières.

Laura Bejarano Medina

Mercredi 23 octobre 2013, par Dominique-hélène Lemaire

Roméo et Juliette revisité par Yves Beaunesne

Dans une version du « plat pays qui est le nôtre » avec une Juliette et des Capulet flamands et un Roméo et des Montaigu wallons, Yves Beaunesne explore la pièce de Shakespeare à des fins plutôt ambiguës. Né d’un père flamand et d’une mère wallonne, lui qui vit en France depuis de nombreuses années, lui qui vient d’obtenir la direction du centre dramatique de Poitou-Charentes et qui a francisé son nom original de Boonen en Beaunesne, n’est-il pas – inconsciemment - encore toujours victime du syndrome flamand, c’est-à-dire ce besoin d’exposer, d’exporter et de vanter l’identité flamande (et non la belge, hélas) à travers le monde, ou la France, en tous cas ?

Quel besoin a-t-il d’affirmer qu’il était « naturel » de faire jouer les Capulets par les acteurs flamands ? « Il y a un côté "Capulet" dans la Flandre d’aujourd’hui, dominatrice, arrogante, aussi riche qu’inquiète d’une éventuelle perte de son identité. Et pourtant, il y a peut-être du "Montaigu" dans le Wallon, léger mais "empêtré dans les privilèges d’une veille aristocratie à la française" » Ne se trompe-t-il pas d’époque ? Pourquoi, au lieu de gommer les stéréotypes, les creuse-t-il encore plus et …de façon inutile ?

« Pour les costumes, nous avons observé, avec les acteurs, comment on peut reconnaître facilement un Flamand et un francophone à ce qu’il porte. Les vêtements wallons ont un côté un peu "destroy" ! » Cela ne vous fait pas rire ?

“Tybalt : Ik moet rustig blijven, terwijl hij mijn bloed doet koken ! Mijn vlees siddert onder deze tegenstrijdigheid. Ik smeer hem, maar deze inbreuk die nu onschuldig lijkt zal bittere gevolgen hebben. Wraak ! » Et ce texte, cela ne vous fait-t-il pas pleurer ?

Si ce spectacle va sans doute fort amuser le public français qui pourra rire de bon cœur des chamailleries belgo-belges dans un texte spécialement fait pour la France et où seulement un tiers se passe en néerlandais surtitré, le public belge n’est pas logé à la même enseigne : la musique de la langue Shakespearienne en a pris un sérieux coup. Oyez ce mélange de style verbal très indigeste où la langue française prend des airs littéraires anciens tandis que la langue néerlandaise est celle d’une série télévisée flamande. Dur à avaler puisque d’un côté on entend du flamand gorgé de familiarités que l’on déchiffre à coups de bandes de traduction défilantes, de l’autre on entend du français souvent horriblement maltraité dont il faut vérifier la traduction en flamand pour comprendre ! Car dans l’histoire, le clan flamand se targue de mieux parler le français et de savoir faire l’effort nécessaire vers l’autre, arguant que le clan adverse lui, ne pratique pas la langue de Vondel. Encore un beau stéréotype, dont on pourrait se passer ! Ce que l’on réalise surtout, c’est que, même bilingue, on a du mal à comprendre et l’une et l’autre langue ! Surréalisme à la belge, certainement !

On ne comprend pas non plus la pieuse promesse de Yves Beaunesne qui ose faire croire que « Le texte est intégralement celui de Shakespeare, à la virgule près. » Quand on voit les coupes sombres dans les scènes et les répliques, la diminution du nombre de personnages, (laissant le Prince et le Frère Laurent dans la neutralité… il reste quatre Montaigus contre sept Capulets) on se demande si on n’a pas la berlue. Mais le pire c’est le rabotage de la fin de la pièce avec le message essentiel de Shakespeare qui manque à l’appel. En effet, in libro veritas, après la mort tragique des amants, le Prince, les Capulet, le vieux Montaigu se rendent au bord du tombeau. Frère Laurent leur raconte la triste histoire des "amants de Vérone" et son propre complot pour déjouer la destinée fatale. Les deux pères accablés déplorent cette haine fratricide, cause de leurs malheurs. Ils se réconcilient sur les corps de leurs enfants et promettent de leur élever une statue d’or pur. La conclusion d’Yves Beaunesne se contente d’un tombeau ouvert avec les jeunes amants unis dans une ultime étreinte sous les yeux des autres personnages silencieux.

Malgré toutes ces ambiguïtés, il reste néanmoins le souvenir d’un spectacle esthétiquement très abouti, qui tient plus de l’opéra parlé que du théâtre, avec un divin décor. Celui d’une immense ville encerclant une grande verrière, le toit d’un immeuble sur lequel s’affrontent et glissent les personnages. Le thème de la chute est omniprésent. On croirait que c’est voulu… Mais pour Roméo, naïf et oublieux des différends, le bonheur est par-dessus les toits. Roméo bondit sur la ville miniature tel les amoureux dans les tableaux de Marc Chagall, la couleur en moins. Une superbe chorégraphie - du ballet presque - et un jeu personnel de comédiens enthousiastes très au point, ponctué de musique pop-rock moderne et agréable à écouter.
Dominique-Hélène Lemaire

Théâtre Le Public


Rue Braemt, 64 70
1210 Saint-Josse-Ten-Noode