Propaganda !

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Les Tanneurs

Dates
Du 22 janvier au 2 février 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Les Tanneurs
Rue des Tanneurs, 75 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lestanneurs.be
info@lestanneurs.be
02-512.17.84

Moyenne des spectateurs

starstarstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 2

Propaganda !

Edward Bernays, neveu de Sigmund Freud, a traversé le 20e siècle sans que l’on se souvienne de son nom, mais il a transformé le monde, dans l’ombre. D’abord producteur de théâtre et agent d’artistes, il est devenu publicitaire puis conseiller politique et a développé une théorie, basée sur les acquis de la psychologie, visant à manipuler les masses.
En comprenant que le pouvoir serait entre les mains
 de ceux qui sont capables d’influencer les choix des foules, Bernays a contribué à la croissance du capitalisme en défendant et encourageant une économie basée sur le développement du désir individuel.
Vincent Hennebicq, agacé par le flux incessant d’informations qui nous aveugle et nous empêche souvent
 de respirer, de prendre l’élan et le recul nécessaires pour décrypter, analyser et comprendre en profondeur ce qui nous entoure, s’est intéressé à la figure d’Edward Bernays pour le rôle qu’il a joué dans la construction d’un monde où la croissance économique prime.
Sur scène, Achille Ridolfi est Edward Bernays. Entre conférence, discours politique et spectacle de stand up, en confrontation directe avec le spectateur, il utilise les moyens du théâtre pour nous montrer le vrai visage de Bernays et le cynisme de ses manœuvres.
Accessible, frais et direct, Propaganda ! traverse le siècle passé avec Bernays et ses compatriotes pour mieux questionner le présent, dévoilant certaines techniques de manipulation médiatique et les conséquences du développement des moyens de communication modernes sur nos indépendances et nos démocraties actuelles.

Distribution

Texte et mise en scène Vincent Hennebicq

Avec Achille Ridolfi
Création sonore Julien Courroye
Création vidéo Aude Esperandieu & Guillaume Hennebicq
Scénographie Akiko Tagawashi
Régie générale et lumières Aurore Leduc
Régie vidéo Giacinto Caponio
Costumes Emilie Jonet
Assistanat, production et diffusion Catherine Hance
 & Aurélie Curti
Création son et montage vidéo distribution en cours

Une production de Popi Jones asbl en coproduction 
avec le Théâtre Les Tanneurs et le Festival de Liège

Avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Propaganda !

    Le 1er février à 11:39 par Colette

    Les techniques utilisées au siècle passé par Edward Bernays sont d’une étonnante actualité et remarquablement mises en contexte avec des événements proches de notre époque. Cette représentation suscite la réflexion tout en étant amusante et sollicite la participation du public, du moins au début de celle-ci. C’est excellent !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mercredi 30 janvier 2019, par Jean Campion

Ne pas devenir des pantins

"Propaganda ou comment manipuler l’opinion publique en démocratie". En découvrant ce livre publié par Edward Bernays en 1928, Vincent Hennebicq fut très surpris. Il s’attendait à une critique sévère des médias et il lisait un exposé serein et cynique des grands principes de la manipulation mentale des masses. Appliquant ses techniques de propagande, le "père des relations publiques" a fortement contribué à enchaîner la démocratie au capitalisme et à transformer le citoyen en consommateur de masse. Un rôle essentiel tenu dans l’ombre. Fasciné par ce parcours exceptionnel, Vincent Hennebicq a tenu à le mettre en lumière, dans un spectacle qui mêle la conférence télévisée à une parodie d’émission de télé.

Une accorte chauffeuse de salle nous y prépare, en nous apprenant à rire, siffler, applaudir sur commande. Ce soir, "A night with Michel" reçoit Edward Bernays. Sous les ovations enregistrées, celui-ci vient serrer des mains et confirme sa maîtrise du public, en l’invitant à répéter des phrases musicales. Puis interviewé par Michel, il nous révèle les secrets de sa réussite. Complice d’un papa simulateur, il a, dès son enfance, appris à jouer la carte de l’émotion. Producteur de théâtre, il privilégie les drames sociaux. Comme cette pièce sur la syphilis, qui fait un tabac. Succès dû au pathos et à l’engagement de célébrités qui collectent des fonds. Vive le Charity-business ! Neveu de Freud, Edward Bernays a mis au point une série de stratégies qui anesthésient la conscience sociale du citoyen et le métamorphosent en consommateur passif et malléable. Le pouvoir appartiendra à ceux qui réussiront à influencer le choix des masses. Aussi ce "mercenaire de la vente" conseille vivement aux dirigeants et aux politiciens de recourir à des conseillers, sortes de psychanalystes pour entreprises, les lobbyistes et les spin doctors d’aujourd’hui.

Pour guider le peuple, à son insu, vers le "bon choix", Bernays ne s’est jamais embarrassé de scrupules. Les Etats-Unis produisent trop de cochons... Il fait appel à des figures d’autorité. Médecins et chercheurs complaisants vantent la valeur nutritive du bacon, qui s’impose aux breakfasts. La crise du porc est résolue. Pour libérer les femmes qui n’osent pas fumer dans les lieux publics, la publicité fait de la cigarette un symbole de l’émancipation féministe. Lucky Strike se frotte les mains et en profite pour mettre à la mode le vert, sa couleur fétiche. En 1917, Edward Bernays joue un rôle important dans le retournement de l’opinion publique, jusque-là pacifiste. Films, tracts, affiches agressives font peur à une majorité d’Américains qui acceptent de soutenir l’effort de guerre. En 1954, il se montre tout aussi efficace, pour protéger les intérêts de la multinationale ’United Fruit Compagny" (Chiquita), au Guatemala. Sans état d’âme, il provoque le renversement du président socialiste, démocratiquement élu, sous prétexte que ce "communiste" menace les U.S.A., en offrant une tête de pont aux Russes. Vive les fake news !

Afin que "Propaganda !" soit "festif, direct et drôle", Vincent Hennebicq a combiné conférence et plateau télé. Sur un grand écran, un déferlement d’images d’archives ou récentes, associées à des zooms sur l’invité, dynamise et actualise le spectacle. Utilisant les ficelles classiques de la télé (musiques suggestives, jeux, appels téléphoniques, etc.), les animateurs apparaissent comme des manipulateurs chevronnés. Très professionnelle, la complice de Michel ( Eline Schumacher) meuble un temps mort par d’amusants tours de magie. Bernays était persuadé d’agir pour le bien de l’humanité. En l’incarnant, Achille Ridolfi reflète cette bonne conscience dans sa jovialité et sa bonhomie. Il défend des techniques effrayantes avec un sourire désarmant. Pro de la communication, il ne se laisse pas déstabiliser par une question gênante et suscite l’empathie.

Cependant, lorsque l’animateur (Julien Courroye) se révolte contre le cynisme et l’art du mensonge, on partage son indignation. Pas possible d’accepter que la démocratie devienne l’esclave de l’ultralibéralisme. Reconnaissons pourtant que notre société offre aux manipulateurs un terrain de plus en plus favorable. Omniprésente, la publicité exacerbe le désir du citoyen, qui se laisse happer par la surconsommation. L’information est gangrenée par les fausses nouvelles, qui prolifèrent grâce aux réseaux sociaux. Quand elles sont dénoncées, le mal est déjà fait. "Propaganda !" nous sensibilise aux méfaits de la manipulation, en misant sur l’humour. Pas de dénonciation frontale, mais un appel à notre lucidité. Fier de ses succès, le héros du spectacle dévoile ses armes redoutables. A nous de combattre les réactions grégaires et de résister, en aiguisant notre esprit critique.

Jean Campion

Théâtre Les Tanneurs