Pourama Pourama

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Les Tanneurs

Dates
Du 12 au 15 février 2020
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Les Tanneurs
Rue des Tanneurs, 75 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lestanneurs.be
info@lestanneurs.be
+32 2 512 17 84

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Pourama Pourama

En toute intimité, dans une configuration scénique qui permet la proximité, un corps s’approche des spectateurs, une voix s’élève et nous raconte.
Son enfance en Iran auprès d’un père distant, son exil hors de la République islamique, son adolescence en France auprès d’une mère Courage, la cuisine traditionnelle, la tendresse qu’il témoigne à ses parents, l’incompréhension et l’éloignement aussi, son émancipation, la construction de son identité, son éveil à la sexualité, ses amours, des plus romantiques à ceux qui sont tarifés… Les souvenirs de l’enfant qui grandit rencontrent ceux de l’adolescent qui se construit, de l’adulte qui forge sa personnalité. Cette voix qui enveloppe le spectateur, le transporte, le questionne, le sollicite sans jamais lui faire violence, c’est celle de Gurshad Shaheman.
La construction d’une mythologie personnelle est à l’œuvre, accompagnée par des airs de Samantha Fox, Gougoush et encore Bellini. Plus que jamais, l’émotion de l’Histoire se vit au travers de la lucarne d’une destinée individuelle.
Considéré par Les Inrockuptibles comme l’un des cinq meilleurs spectacles de 2016, Pourama Pourama est un objet hybride à la croisée du théâtre, de l’installation sonore et de la performance. Cette autofiction, composée de trois parties, raconte trois périodes de la vie de Gurshad Shaheman. Touch me, Taste me et Trade me se complètent, se répondent et sont autant d’invitations à un magnifique voyage sensoriel. Tour à tour, le public devient le bâton de la parole, l’invité d’un dîner de famille, le voyeur qui pénètre dans l’antichambre d’une vie intime. Il est l’oreille qui écoute, la langue qui goûte, l’œil qui observe. D’une générosité sans faille, Gurshad crée un rapport immersif et complice avec tout un chacun, en totale communion avec son histoire.

Distribution

Texte, conception et interprétation : Gurshad Shaheman
Création sonore, enregistrement et mixage : Lucien Gaudion
Création lumières : Aline Jobert
Scénographie : Mathieu Lorry-Dupuy
Conception et régie vidéo : Jeremy Meysen
Régie générale : Pierre-Eric Vives
Regard Dramaturgique : Youness Anzane
Régie « périssables » et assistant cuisine : Amer Ghaddar

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 14 février 2020, par Didier Béclard

Épopée intime à la découverte du corps

Spectacle hybride à la croisée du théâtre, de l’installation sonore et de la performance, « Pourama Pourama » traverse trois périodes de la vie de l’acteur et auteur français d’origine iranienne, Gurshad Shaheman. Une traversée plurielle qui passe par le corps et célèbre la vie.

Le public est invité à prendre place sur des coussins, dans la pénombre pour écouter la ,voix (enregistrée) de Gurshad Shaheman. Il raconte son enfance, en Iran, du temps de la guerre avec l’Irak. « La guerre est une donnée parmi d’autres, dit-il. Je ne souffre pas de cela, je n’ai rien connu d’autre. » Il accompagne son père ingénieur qui réhabilite des équipements dévastés, des tunnels, des ponts, des routes détruits par l’armée irakienne, sur des chantiers proches du front. Une façon de montrer le monde à son enfant dans l’espoir de le voir suivre sa voie.

L’acteur se place, immobile, au milieu du public tandis que l’écran égrène un compte à rebours : « en l’absence de contact physique, cette performance prendra fin dans 59, 58, 57, secondes... » Tour à tour, les spectateurs viennent établir un contact pour continuer à entendre sa voix. Le rituel qui permet de mener le texte à son terme donne son nom « Touch Me » à l’acte I.

Il y raconte un père impérieux pour lequel les effusions de sentiments sont insupportables, pour lequel le corps n’est que le lieu du défi. Ni coup – sauf sa première gifle qui lui vaudra quand même huit points de suture -, ni caresse, le père de Gurshad Shaheman a toujours maintenu une distance entre la main et le corps, un espace vide qui traduit qui il est mais une distance qui sera altérée par les aléas de la vie.

Changement de lieu, l’acteur invite le public à partager un repas en hommage à sa mère qu’il a préparé lui-même avec ses assistants. Au menu, un mezze et un ragoût de bœuf aux lentilles jaunes et citron séché. La voix (toujours enregistrée) explique que sa mère était dépourvue de tout talent culinaire, laissant la responsabilité du repas au père. Belle est brillante, elle veut devenir avocate mais ses ambitions seront mises à mal par le nouvel ordre instauré par la révolution islamique. Le droit qu’elle a appris est caduc et désormais basé sur la charia.

Habillé des vêtements de sa mère, il déroule le fil de l’exil, leur arrivée en France, l’apprentissage de la langue, les déménagements du nord au sud de la France, les crises d’adolescent qui participent à la construction de soi. Le repas de famille est un lieu propice aux révélations. Celui-ci permet d’entrer dans l’antichambre de la vie intime d’un garçon pas comme les autres, Sa mère n’est pas armée pour affronter le monstre de la vérité.

Une part de sa vie intime qu’il exhibe et partage à travers son parcours de l’éveil à la sensualité à la soumission au désir. Autour et dans un boudoir cubique rose, les spectateurs sont invités, par tirage au sort, à s’immiscer un à un dans ce lupanar, théâtre des 1001 ébats du héros devenu prostitué. Dans « Trade Me », Gurshad Shaheman détaille, en voix directe cette fois, sa jeune vie adulte, ses amours romantiques ou tarifés. Vendre ses charmes n’est rien d’autre qu’une façon de se réapproprier ce corps dont son éducation l’a dépossédé, ce corps qu’il fallait mettre à l’épreuve, cacher et, surtout, ne pas écouter.

Né en Iran, habitant en France depuis l’âge de 12 ans, Gurshad Shaheman n’a pas compris tout de suite que ces trois textes qu’il a écrits séparément, ces trois moments de sa vie ne formaient qu’un seul et long – 4h30, entractes et repas compris – témoignage autobiographique. « L’identité ne se découvre pas elle se construit », dit l’auteur dans une interview. La sienne est le fruit de l’éducation que deux figures, paternelle et maternelle, lui ont donnée, mais aussi du contexte, politique, historique, et de ses quêtes et questions.

Au travers d’une écriture limpide et juste, l’artiste nous emmène dans un voyage intime, surprenant, touchant, déconcertant. Le spectateur traverse différentes expériences, différents espaces, différentes ambiances, dans un parcours en rupture avec les codes du théâtre mais qui reprend les attributs du théâtre (présence, narration, musique). Ce rituel inédit du théâtre balaie toutes les frontières et les certitudes, laissant Gurshad Shaheman se livrer à cœur et à corps. Sans gène et sans fausse pudeur.

Didier Béclard

Théâtre Les Tanneurs


Rue des Tanneurs, 75
1000 Bruxelles