Piel

Saint-Josse-Ten-Noode | Spectacle | Théâtre de la Vie

Dates
Du 27 au 31 mars 2018
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de la Vie
Rue Traversière, 45 1210 Saint-Josse-Ten-Noode
Contact
http://www.theatredelavie.be
reservations@theatredelavie.be
+32 2 219 60 06

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

Piel

Piel est né d’un questionnement très personnel au sujet de la solitude et du manque de contact corporel inhérent à nos sociétés contemporaines. Un corps qui n’est pas touché disparait. A partir de cette réflexion, le spectacle évoque avec poésie le besoin essentiel et instinctif qu’est le toucher. Comment la qualité des rapports et contacts physiques que nous entretenons avec les autres tout au long d’une vie influencent la perception que nous avons de notre propre corps ? Quelles est la place du toucher dans les liens familiaux, amicaux, sociaux, amoureux…et quels sont les états corporels qui en découlent ? Piel questionne également avec subtilité et humour les interdictions ou autres permissions implicites qui font partie des codes sociaux propres à chaque culture.
Ce duo interprété par les danseuses Raquel Odena et Maria Eugenia Lopez explore les sensations et souvenirs intimes liés à l’expérience du toucher et leurs traces sur le corps ; les premières caresses, les cicatrices, les coups reçus, la maladie, la maternité, la solitude. Piel, la peau, ce palimpseste fait de mémoire vive, notre premier contact avec le monde, avec l’autre. Elles font s’entrecroiser avec dérision toutes les déclinaisons des rapports physiques et révèlent ainsi leur complexité et leur beauté.

Distribution

Conception : Maria Eugenia Lopez / Ecriture chorégraphique et interprétation : Maria Eugenia Lopez et Florence Augendre / Création lumières : Guillaume Toussaint Fromentin / Composition sonore : Guillaume Le Boisselier / Costumes : Isabelle Lhoas / Dramaturgie : Pascale Gigon.
Une création de Incógnita asbl en coproduction avec Les Brigittines et le Théâtre de la Vie. Accompagnée par le Grand Studio. Avec le soutien de la SACD, du Théâtre Marni et de Ad Libitum (Villa Libitum).

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Piel

    Le 29 mars 2018 à 17:41 par Tinecombo

    Merciiiiiii,je n’ai probablement pas compris toutes les finesses des messages à travers cette chorégraphie mais j’ai trouvé celà très beau et plein de sensualité.
    2 belles danseuses,très stylées et précises.
    Un beau moment......

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 30 mars 2018, par Didier Béclard

La danse dans la peau

« Piel » explore la façon dont le toucher, ou le non toucher, est influencé par les codes sociaux dans un duo intime mêlant poésie et ironie. En différents tableaux construits comme une conversation, Maria Eugenia Lopez et Florence Augendre déclinent la complexité et la beauté des rapports physiques.

Tout commence dans un carré de lumière, au sol sur le plateau. Des voix énoncent comme des règles qui régissent les contacts entre personnes. « Distance zéro : contact pendant l’acte sexuel ou la lutte », « Deux mètres dix, trois mètres soixante, contact professionnel », « Quarante à septante centimètres, contact par les mains ». Dans le même temps, deux femmes vont et viennent dans l’espace de lumière, elles le traversent sereinement ou y atterrissent comme projetées, rejetées, hors du noir.
La lumière inonde progressivement tout le plateau. Les deux femmes entament alors une sarabande, au ralenti, une danse empreinte de respect et de distance dans laquelle les différentes parties de leur corps se frôlent sans jamais se toucher. Elles se jaugent, se toisent, comme dans une forme de découverte, d’apprivoisement mutuel. L’une met la main sur le plexus de l’autre qui semble surprise avant de prendre sa main et de la remettre au même endroit, de la toucher à la recherche du contact physique. Puis elles se respirent, se cherchent du regard, en se plantant les yeux dans les yeux, se prennent la chair, des épaules, des cuisses.
Les deux corps s’emmêlent, se nouent pour ne former qu’une seule entité. Quand l’une prend l’ascendant sur l’autre, manipulant son corps, le poussant, le mettant face contre terre, le soulevant inerte dans une forme d’empoignade. Les deux femmes s’affrontent avant de s’apaiser, s’apprivoiser, se réconcilier.
Dans « Piel » (peau en espagnol), la chorégraphe vénézuélienne Maria Eugenia Lopez aborde le toucher, le contact physique et les états corporels qui en découlent, et, en creux, les distances à respecter entre êtres humains dans une société hyper codifiée. Qu’est-ce qui est correct, incorrect, consenti ou interdit ? Dans certains pays, dans certains milieux, on ne s’approche pas à moins d’une certaine distance, on ne se touche pas, on ne se fait pas la bise. Dans d’autres, on se tape dans le dos, on tombe dans les bras l’un de l’autre, sans équivoque. Inconsciemment parfois, les rapports et des contacts physiques - autorisés ou proscrits - influent sur nos attitudes vis à vis des autres, vis à vis des autres membres de la société.
Maria Eugenia Lopez et Florence Augendre interprètent un duo intime qui évoque la diversité et la complexité des contacts physiques dans une société où le besoin, socialement mais aussi sensuellement, essentiel du toucher est bridé, voire censuré ou interdit, par les codes d’une société qui semble dresser des armures, des interdits, entre les personnes.
« Piel », créé récemment au Festival In Movement aux Brigittines à Bruxelles est un spectacle de danse introspective d’une densité émotionnelle et corporelle très forte et pourtant empreint de délicatesse et de subtilité.

« Piel » de Maria Eugenia Lopez jusqu’au 31 mars au Théâtre de la Vie à Bruxelles, 02 219 60 06, www.theatredelavie.be.

Théâtre de la Vie


Rue Traversière, 45
1210 Saint-Josse-Ten-Noode