Pater

Saint-Josse-Ten-Noode | Théâtre | Théâtre de la Vie

Dates
Du 3 au 7 mars 2020
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de la Vie
Rue Traversière, 45 1210 Saint-Josse-Ten-Noode
Contact
http://www.theatredelavie.be
reservations@theatredelavie.be
+32 2 219 60 06

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 4

Pater

À la manière d’une entomologiste, Barbara Sylvain collectionne les pères comme des papillons et nous propose chaque soir de jouer avec un homme différent. Le public assiste à une performance entre une actrice et un amateur, un homme âgé entre 65 et 75 ans. Il joue le père, elle joue la fille.

Ensemble, ils expérimentent en direct sur le plateau la relation père-fille pour nous plonger peu à peu dans une quête singulière, celle d’un père oublié. À partir de matériaux hétéroclites : fragments de journal intime, images vidéos, récit de voyage,... Barbara Sylvain nous raconte l’absence et compose de nouveaux scénarios où elle endosse la peau de personnages insolites et tourmentés. Jouant de cette mise en abîme schizophrénique, l’actrice met à nu les liens qui (dés)unissent une famille et décortique avec dérision leurs imperfections et leurs secrets drôles ou honteux.

Une création Oh my god, en coproduction avec la Maison de la Culture de Tournai. Avec le soutien du JOLT International Festival (UK), Wallonie Bruxelles Théâtre / Danse, Wallonie Bruxelles International, SACD, La Chartreuse Centre National des Écritures du spectacle - Villeneuve les Avignon (FR), Tournées Art & Vie - Service de Diffusion, Centre Culturel du Brabant Wallon, BAMP, Ad Libitum, Théâtre de la Roseraie, Théâtre Les Tanneurs (en résidence administrative) / Bruxelles, Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Service du Théâtre.

Distribution

Conception, écriture et interprétation : Barbara Sylvain / Oeil extérieur : Craig Weston / Dramaturgie : Marie Henry / Conseil artistique : Lula Béry / Scénographie : Val Le Dourner / Images : Val Le Dourner, Gaspard Le Dourner et Barbara Sylvain / Lumière : Jérôme Dejean / Costumes : Charlyne Misplon / Régie : Gaspard Samyn.

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Pater

    Le 26 janvier 2018 à 20:09 par schoumaker

    Un moment intimiste,la recherche du père,absent.Une idée très originale pour un thème qui l’est moins.l’auteur ,Barbara Sylvain,a élaboré un spectacle avec des seniors non professionnels ,MAGIQUE,La mise en scène est résolument moderne,avec des. Vidéos,en rapport des thèmes abordés.Beaucoup d ‘émotions.A voir

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Jeudi 8 février 2018, par Dominique-hélène Lemaire

THE House on FIRE

The House is on fire ! On ne peut pas dire que la jeune femme vive de souvenirs, elle n’en n’a plus. Ni de même de photos. Par contre, sa sensibilité artistique lui fait rapporter son histoire personnelle à celle de ... la Sainte Barbe, décrite par Cranach l’Ancien ! Comme dans une affaire criminelle, elle met sur pied un patient travail de reconstitution, elle veut savoir pourquoi « il » est parti, « ille » est parti, laissant tout derrière lui : sa femme et ses deux filles. Lui le père Absent.

Roleplaying. Elle fait comme si elle rejouait à la poupée. Cela lui permet de prendre enfin les commandes de sa vie, en sculptant ses fantasmes sur une victime consentante. Pour combler l’absence, elle choisit un nouveau père, partenaire de chaque soir. Le dernier en date ? Un pur marollien se prête au jeu. Louis a 78 ans, plein de mansuétude. Il est impeccablement habillé et véhicule un sourire … de bouddha. Lèvres serrées porteuses d’un éternel sourire, regard amusé, il se laisse aller au jeu de la belle avec une sorte de bienveillance de bon papa ! Réussira-t-il à la reconstruire ? Et pour ce père partenaire d’un soir, que d’émotions, de se retrouver, après avoir parcouru la partition l’après-midi et à peine répété, devant un public. D’un côté comme de l’autre des feux de la rampe, personne ne sait ce qui l’attend. Et la belle de se calibrer en justesse de ton, à chaque aventure.

In charge ! Elle dirige les mises en scène avec une douce fermeté, ses gestes ont la précision de ceux d’une infirmière. Ses images paternelles, elle les veut vivantes pour mieux les … mon enfant ! Elle parcourt invariablement les différents stades de son scénario. Elle se risque à les approcher pour ressentir la chaleur oubliée, perdue. La chaleur tout court. Le bonheur. Le dernier stade, c’est la Rédemption. Arrivée au village de l’enfance révolue près de Valenciennes, elle ira jusque devant la porte close, mais tirera-t-elle la sonnette ? Osera-elle cette confrontation longuement fantasmée avec A comme Absent ou Ailleurs, A comme … ? Ou recommencera-t-elle inlassablement chaque soir et en boucle à gravir les étapes des impossibles retrouvailles ? Peut-être, qu’à force, l’expérience renouvelée chaque soir la rendra capable de se réconcilier avec elle-même d’abord, d’envisager de faire enfin son deuil et ne plus se laisser tenailler par le manque cruel ?

La méthode de mise en scène se fonde sur un éventail de techniques très heureuses. A travers la danse, les changements de costume, les bulles de rire, les fragments de journal intime, le voyage, la comédienne dissèque sa douleur et tisse une belle connivence avec le public. Les pensées de la jeune femme s’impriment silencieusement en temps réel sur un écran. On est dans ses doigts, avide de deviner le mot qui va se profiler sur l’écran. Il y a ce brillant extrait de visite guidée de l’expo de maître Cranach à Bozar (2010) qui s’arrête sur le « Martyrdom of Saint Barbara, ca. 1510, Lucas Cranach the Elder », qui dépeint les souffrances de Sainte Barbe, martyrisée par un père jaloux. Un prénom, on l’avouera, beaucoup plus joli en version anglaise, ou …en chanson française ! Toutes deux, la sainte et Elle, Barbara, partagent le mal du père… plus que celui de de la mer ! Il y a aussi ces jeux avec le rétroprojecteur… au propre et au figuré ! Les crépitements de l’incendie de la maison natale… que l’on est impuissant à éteindre. Tandis que les ravages de l’incendie se fondent avec l’œuvre de l’artiste du 16e siècle, l’écho poétique de la voix de la comédienne brûle en volutes qui ensorcellent l’âme du spectateur. Il aura reçu en partage intime, l’authentique autobiographie de Barbara Sylvain.

Dominique-Hélène Lemaire

Théâtre de la Vie


Rue Traversière, 45
1210 Saint-Josse-Ten-Noode