Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 11 mars au 2 avril 2011
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
+32 2 732 25 98

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

Rien ce n’est pas n’importe quoi ! Rien ce n’est pas un petit peu. Rien, ce n’est pas "pas grand chose". Rien c’est tout, c’est absolu et infini ! Rien c’est l’origine de tout et l’aboutissement de tout ! Rien, c’est la liberté ! Se battre pour un petit rien ! Vivre pour rien et faire ça pour rien ! Rien, c’est le sens de toute création ! A quoi sert la culture, à quoi sert l’art, à quoi servons-nous ? Nous ne servons à rien ! Et pourtant, on a besoin de rien ! Enfin de ce rien… pour vivre... Si ça ne vous dit rien, ça vous dit déjà quelque chose !
Dans son style comico-déchirant absurdo-romantico-panacho-tango-nihiliste, le Panach’Club présente sa nouvelle création, visuelle, sonore et totale comme une page blanche.
« Nothing – Rien – Niks - Nada » pourrait aussi s’appeler « 2011, l’odyssée de l’espace vide », un hommage à Peter Brook et Stanley Kubrick, maladroit et naïf, certes, mais c’est le geste qui compte !

Un spectacle du Panach’ Club mise en scène Eric de Staercke coproduction Atelier 210.

Laissez nous un avis !

21 Messages

  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 12 mars 2011 à 04:29 par Doctora

    Par le titre et le commentaire sur la carte postale publicitaire, je m’attendais à un tout autre type de spectacle (philosophique, zen...) : je ne connaissais pas le style du Panach’Club. Et j’ai été très agréablement surprise.
    D’abord, je me suis bien amusée. C’est un "spectacle visuel drôle" - comme l’écrit Mariebo -, un jeu de chaises musicales. La mise en scène, la coordination des acteurs, l’enchaînement des séquences : tout est parfait !
    Mais ce spectacle n’est pas rien que de l’amusement. Il montre très efficacement les caractéristiques fondamentales qui se manifestent alternativement à l’intérieur d’un groupe social : la rivalité et la solidarité. Il fait surtout passer une critique dévastatrice du monde du travail qui uniformise et anéantit les individus. La scène finale est surprenante et magnifique, mais "il ne faut rien dévoiler" ! A voir absolument !

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 12 mars 2011 à 07:11 par bebert

    Ah
     ! Que les textes au théâtre peuvent être pompeux, prétentieux !
    Que les démonstrations peuvent être lourdes, les mises en scène
    balourdes, les acteurs gourdes ! Que le théâtre peut être lassant !
    Comme son petit monde se croit grand ! Si vous êtes de cet avis,
    allez donc voir Rien : le
    texte ne vous pèsera jamais, la démonstration est directe, sans
    syllogismes alambiqués (si j’ai compris, c’est que cela devait être
    évident, et je dois avoir compris puisque j’ai décidé de ne pas
    aller au travail lundi...), la mise en scène légère, la technique
    simple. Et les acteurs s’amusent, ils sont sans prétention, une
    troupe jeune, qui ne se prend pas au sérieux. Le public s’amuse ...
    Tiens !? Il existerait donc un bon théâtre ?

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 12 mars 2011 à 09:59 par Mariebo

    Attendre... Que se passe-t-il quand 9 personnes civilisées se retrouvent à attendre, encore et encore ? Un spectacle visuel drôle, dans lequel on retrouve une série de traits typiques de l’âme humaine, le besoin d’être premier, le besoin de faire comme tout le monde...

    Un spectacle dont il ne faut rien dévoiler, à mon sens, pour mieux l’apprécier ! A voir !

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 13 mars 2011 à 04:34 par monkeyz

    Sur une scène qui ressemble à toutes les scènes du monde, le Panach’ Club démontre que que même quand il ne se passe rien il y a de l’action ! dans un style plutôt clownesque, l’heure de spectacle passe sans ennui aucun ! J’avoue cependant que je n’étais pas toujours complètement convaincu par les comédiens à certains moments. Sans doute qu’à force de voir d’excellentes pièces au 210, je finis par être un peu déçu par leurs bons spectacles.

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 13 mars 2011 à 05:36 par belgian

    Le nom de la pièce était bien représenté car me concernant, je n’en ai rien retiré mis à part de l’ennui et le manque de respect pour le public, de l’atelier 210 de parquer les gens dans le bar qui est bien trop petit pour accueillir tout le monde, résultat, 1/4h à étouffer et me prendre des coups.
    Je suis désolée mais j’estime vraiment avoir perdu ma soirée.

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 14 mars 2011 à 10:48 par victoire

    Un excellent spectacle, une chouette soirée qui valait bien de se faire bousculer un peu (par référence au grincheux "belgian" qui n’a visiblement pas assez d’humour... Dommage pour lui)
    Bref pour en revenir à NOTHING j’ai admiré la prouesse de ces 9 comédiens. Il y a là une mécanique qui n’a même pas eu besoin de rodage... Mais comment font-ils donc puisqu’ils n’ont même pas la parole comme repères. Tout s’emboîte et s’enchaîne dans un rythme endiablé... Voilà enfin un spectacle wallon que pourront comprendre les flamands, les serbo-croates et même les sourds ! Longue vie à NOTHING-RIEN-NIKS-NADA. je leur souhaite de pouvoir l’exporter un peu partout dans notre vaste monde.

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 15 mars 2011 à 08:37 par Naira

    Nous voici plongés dans une pièce pour le moins atypique, plutôt courte mais très expressive. En effet, nous sommes ici les spectateurs d’une incroyable performance (pour les éventuels adeptes du PPP, ça ne signifie pas qu’on demande au public de parler, loiiiin de là). Sur la scène, ce ne sont plus des comédiens mais des corps en mouvement, ce ne sont plus des êtres humains mais de simples numéros, ce ne sont plus des individus mais des archétypes caractériels... Pour finir, ils ne sont plus rien, happés par le monde actuel qui veut toujours aller vite, toujours plus vite mais qui, paradoxalement, passe la plupart de son temps à faire attendre ses citoyens.Tout nos opérateurs Mobistar sont occupés, veuillez patienter s’il-vous-plait...

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 15 mars 2011 à 08:38 par Naira

    Rien ne nous est annoncé, rien ne nous est expliqué, ils laissent simplement le soin à notre hémisphère droit de profiter visuellement de la pièce tout en faisant travailler le gauche à la signification, le message qu’ils essaient de nous faire passer. Parce que lerien, absurdité sans nom, est partout, rôde mais ne doit pas pour autant s’immiscer dans notre cervelet, le Panach’ Club nous offre la possibilité d’interpréter à notre guise leurs questionnements sur ce monde sibyllin.?

    Pas de points négatifs, donc ? Peut-être ce manque d’ancrage dans le réel, le vrai, le vraisemblable, l’expliqué ou l’explicable leur feront perdre en cours de route une partie des spectateurs, trop terre-à-terre et cartésiens et on ne peut les blâmer. Sans indications, nous ne pouvons décemment pas savoir à quoi nous attendre et une partie de nous ne peut s’empêcher de guetter l’explication, l’arrivée du messie, celui qui offrira du sens à ce purgatoire pour le moins singulier. Les pourquoi restent donc sans réponses, occasionnant probablement quelques frustrations immuables et c’est bien dommage... Mais, à leur décharge, il n’est jamais aisé de garder les pieds sur terre lorsque la tête se perd dans les nuages et encore moins d’avoir un globe oculaire extrinsèque quand on est "à fond dedans".

    cf. http://nairaelerina.blogspot.com/2011/0 3/nothing-rien-niks-nada.html

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 16 mars 2011 à 08:47 par zoepeanu

    Rien ne laissait présager en lisant les infos sur cette pièce,que ce serait une pièce muette à la façon Charlot, ce qui je pense était quand même à préciser.
    A se demander parfois si les gens qui "résument" certaines pièces, savent de quoi ils parlent.
    Les 65 min annoncées de spectacle (enfin, apparemment, les 15 minutes de retard y étaient comprises !) me parurent une éternité.
    Clownesque en effet mais un peu trop poussé, à en devenir des singeries. J’ai trouvé certains passages vulgaires surtout vu les enfants présents.
    On donne un effet peu vu au théâtre en coupant les lumières, pourquoi pas mais répété 3-4 fois, ça lasse.
    Ca n’avait ni queue ni tête.

    Je ne recommanderai pas cette pseudo pièce.

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 16 mars 2011 à 11:46 par aure

    Fidèle de l’Atelier210, c’est la toute première fois que j’ai envie de partir ( suis restée par courtoisie, mais en fait peu de courtoisie dans le public d’hier soir, réaction face à ce spectacle où l’on se lâche dans la dérision ou mauvaise éducation... ? ), que je suis agacée, absolument pas entrée dans la pièce... En attente du second degré, impalpable ou inexistant, spectacle de mime, donc muet, clownesque, il faut aimer le style, je n’aime pas, je ne m’y attendais pas, l’effet de surprise a joué à l’envers pour nous.
    Trop long, répétitif, non ce n’est pas " rien ", cela aurait été excellent si justement le " rien " avait été traité, c’est un point de départ génial, quelle étrange idée d’en faire une farce outrée, c’est du cirque où même les enfants ne s’amusent pas vraiment... Aucune finesse, légèreté, de la caricature grossière et fatigante.
    Mieux vaut savoir un peu ce que l’on va voir, pour les adeptes du genre, parfait, pour les autres, quelle déception..

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 17 mars 2011 à 10:10 par anacolut

    J’ai beaucoup aimé ce spectacle. Entre le clown et la danse théâtre, ces 9 personnages tous colorés (j’ai un petit faible pour la dame en rouge) explorent jusqu’à l’absurde la situation d’attente. Parfois, ce sont de petites choses qu’on ressent qui sont extrapolées à l’extrême. Un très bon moment pour moi, intéressant et divertissant.

    Répondre à ce message
  • Nothing-Rien-Niks-Nada (Panach’Club/Eric de Staercke)

    Le 9 juin 2011 à 01:47 par pit111

    très belle performance du panach club. On retrouve certaines références aux grands du burlesque et du muet comme buster Keyton. Projet ambitieux de monter une pièce sans parole et sur l’attente et pourtant il se passe tout sauf rien. On retrouve les dynamiques de groupe, la concurrence,... Une belle critique du travail déshumanisé et courant inexorablement à sa fin. Belle réussite

    Répondre à ce message
  • Nothing Rien Niks Nada

    Le 21 octobre 2013 à 01:22 par FP21

    J’avais vu ce spectacle à l’atelier 210 il y a qques années et je viens de le revoir aux Riches claires. J’ai de nouveau adoré ! Et oui ça ne parle pas mais il y a du son : de la musique, des rythmes, des rires, des grognements, des baillements, des hurlements, des "boum", "bing", "sniff". C’est on ne peux plus vivant ! On nous donne à voir une galerie de personnages un peu tristes car ils relèvent ce qu’il y a de plus mesquin en nous : l’envie, la jalousie, l’impatience, la tromperie, l’esprit de compétition. Oui mais on s’attache à chacun de ces clowns pathétiques parce qu’ils nous font rire et qu’au final ils ne sont que les rouages d’une machine sociale écrasante. Bref au delà de la performance scénique, il y a aussi de la réflexion, de la poésie, une recherche esthétique : un très bon spectacle !

    Répondre à ce message
  • Nothing Rien Niks Nada

    Le 21 octobre 2013 à 08:35 par Pattrick

    Je ne connaissais pas le Panach’club, et je ne m’attendais à rien, niks, nada en allant voir ce spectacle.
    Mais j’ai été scotché !
    Je crois que j’ai attendu toute la soirée que l’un des neufs personnages parle, mais rien.
    Je me suis retrouvé comme lors des cours à l’académie, quand il faut "rien faire", ce qui est très difficile. On a toujours envie d’en faire trop.
    Ici, plein de façons de rien faire (je vais m’en resservir lors des examens).
    Très chouettes prestations de toute la troupe, c’est logique, cela s’enchaîne et on regarde avec un réel plaisir.
    Encore une bonne proposition.

    Répondre à ce message
  • Nothing Rien Niks Nada

    Le 21 octobre 2013 à 09:51 par TOVABENE

    Un excellent spectacle ou la " comédie humaine " est devant rien , ne va vers rien .... Mais ou tout est dit , a travers les visages , les gestes , les attitudes , sur ce que peut révéler ,en chacun d’entre nous , le coté " médiocre " de l’humain . Cela nous pousse à la réflexion . Belle performance !

    Répondre à ce message
  • Nothing Rien Niks Nada

    Le 25 octobre 2013 à 10:38 par Blabla

    Si vous aimez les spectacles clownesques, le mime, l’expression corporelle, courez vite voir ce spectacle ! Pas une parole n’est prononcée mais on comprend tout ce que les acteurs veulent communiquer. C’est comique, très visuel, fin, subtil... Vous ne serez pas déçus et passerez une excellente soirée. De Staercke à la mise en scène, c’est toujours un régal.

    Répondre à ce message
  • Nothing Rien Niks Nada

    Le 31 octobre 2013 à 08:10 par kirkavu

    Fidel au panach’club, je suis revenu comme chaque spectacle voir une deuieme leur spectacle un an plus tard... Quand on connait la troupe on ne peut s’empecher de comparer et de se dire, je preferais peut etre quand meme "l’illuion chronique", mais au fond ca ne sert a rien, un spectacle est un seul spectalce, pas de comparaison donc et alors ... c’est un régal. Ils sont tellement drole, tellement fous, tellement humains au fond, et c’est ce qui fait que les voir une sixieme fois me fait dire ... JE REVIENDRAI !

    Répondre à ce message
  • Nothing Rien Niks Nada

    Le 4 novembre 2013 à 09:52 par wonderland

    Spectacle qui nous fait rire de nous-mêmes... A travers cette situation connue de tous - une file d’attente- que se passe-t-il ? Tous nos petits et grands travers mis en évidence dans ce spectacle sans parole mais tellement expressif. Comédiens excellents et rire garanti !

    Répondre à ce message
  • Nothing Rien Niks Nada

    Le 8 novembre 2013 à 12:14 par ...

    Circulez, y’a rien à voir.

    Très déçu après avoir vu d’autres pièces du Panach’ Club nettement plus percutantes.

    On a l’impression d’assister à un exercice dans une école de théâtre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 15 mars 2011, par Samuël Bury

Un libre regard sur notre condition

Dix chaises, neuf comédiens, une quête existentielle. Le tout sans mots mais avec une profusion d’expressions corporelles. La dernière création du Panach’Club propose sous forme de comédie absurde et à travers une panoplie de personnages d’apparence stéréotypés, une lecture à la fois personnelle et universelle de la condition humaine. Des possibilités à prendre ou à laisser...

Sacré boulot derrière cette pièce où on s’amuse naïvement et on se remet en question inconsciemment. Le collectif a planché un bon bout de temps et a pourtant laissé l’imagination s’exprimer au premier plan. Parce que, partir d’une feuille blanche, on sait que ça peut être angoissant. Et y ajouter une profonde réflexion sur notre place et notre chemin dans ce monde, c’est oser un pari incertain.
La formule a finalement fonctionné à merveille.

Sur la scène, ce gigantesque travail s’est matérialisé en un jeu de théâtre minimal et très efficace. Les neuf comédiens y évoluent en intégrant des personnalités poussées à l’extrême de leurs limites, dans une sorte d’expressionnisme à la fois absurde et drôle. Entre le jeu de clown, la pantomime et des bribes de tragédie chorégraphiée. Un remarquable travail du corps et de l’expression faciale.

Que dire de plus ? Rien.

Samuël Bury

Nothing-Rien-Niks-Nada : teaser

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek