"Normal"

Namur | Théâtre | Théâtre de Namur

Dates
Du 20 au 31 octobre 2020
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Namur
Théâtre de Namur 5000 Namur
Contact

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

"Normal"

Claire, 45 ans, voltigeuse équestre se retrouve au chômage et est catapultée dans un Bureau des Objets trouvés - ou perdus - c’est selon, car “C’est tout à fait dans ses cordes”, selon l’organisme chargé de la replacer dans le système.
Elle va faire la connaissance de ses nouvelles collègues : Christelle et Teresa, aux parcours de vie tout aussi insolites. Christelle 35 ans, exerçait le métier de correctrice spécialiste des thrillers avant que les budgets de la section scandinave de la bibliothèque aient été coupés. Teresa 55 ans, chauffeuse de bus rebelle, a été licenciée parce qu’elle récitait des poèmes au micro et déposait les" petits vieux" directement sur le pas de leur porte.
Au sous-sol, la vie s’organise, dans ce lieu tombé littéralement aux oubliettes.
À travers l’histoire de Claire, le spectacle questionne la valeur que l’on accorde aux objets et aux personnes qui nous entourent dans notre société kleenex où l’oubliable et le jetable sont devenus la norme

Distribution

Ecriture et mise en scène Isabelle Darras, Elisabeth Ancion | Interprétation et collaboration à l’écriture Audrey Dero, Sandrine Hooge, Catherine Mestoussis |

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 16 octobre 2020, par Didier Béclard

Théâtre d’objets trouvés

Isabelle Darras plonge dans la réalité de trois femmes reléguées par la société dans une cave pour s’occuper des objets trouvés. Ces invisibles, vivants ou inanimés, se redonnent mutuellement vie dans « Normal », une fable sociale humoristique et poétique.

Des images d’archive montrent la petite Claire à l’émission « L’École des fans ». Ses parents ne sont présents pas dans la salle, ils travaillent comme ouvriers, son père dans une cave, sa mère dans un frigo. La grand-mère a fait le déplacement, avec la chienne Dolly. Quelques années plus tard, Claire, 45 ans, lunettes et coupe de cheveux identique, est voltigeuse équestre à la recherche d’un emploi. La préposée qui traite son dossier est de très mauvaise humeur et pas franchement motivée d’autant que la chômeuse n’entre dans aucune case, même si elle a le permis calèche.

Un boulot « tout à fait dans ses cordes » va lui permettre de se reclasser dans un Bureau des Objets trouvés où elle est accueillie par ses nouvelles collègues. Christelle 35 ans, travaillait comme spécialiste des thrillers suédois avant que la section scandinave de la bibliothèque ne soit fermée, faute de budgets. Teresa, 55 ans, ancienne chauffeuse d’autobus, a été licenciée parce qu’elle récitait des poèmes au micro de son véhicule et était trop serviable avec les « petits vieux » qu’elle transportait.

Ces trois trajets de vie aboutissent dans le sous-sol d’une administration, hors du monde qui poursuit son chemin derrière les vitres des oubliettes, à hauteur du trottoir. Les trois femmes reléguées, jetables et jetées, prennent soin des objets trouvés - ou perdus, c’est selon – et tentent de leur créer une nouvelle vie, comme elles. Après avoir trié les gants solitaires par taille, homme, femme, enfant, elles exhument le contenu des sacs de piscine pour improviser un ballet aquatique. Les peluches orphelines de leurs enfants sont encore emplies de rires et de souvenirs et n’hésitent pas à « ronronner » dans les bras qui les câlinent tandis que la chienne Dolly montre qu’elle n’a rien perdu de sa splendeur dans son numéro de cabaret.

Mêlant théâtre d’objets, vidéo, marionnettes et actrices (Audrey Dero, Sandrine Hooge et Catherine Mestoussis) bien vivantes, « Normal » explore la réalité de personnes fragiles malmenées par la machine sociale, des oubliées de la société comme l’ont été, un moment, les objets trouvés. Isabelle Darras (qui pour une fois n’est pas sur scène) considèrent les objets comme de véritables partenaires de jeu. La création du spectacle, passablement contrariée par la crise sanitaire, s’appuie sur une recherche de terrain dans de véritables bureaux des objets trouvés. Des endroits où, dit l’auteure et metteuse en scène, travaillent, dans une grande solitude, à l’abri des regards, des personnes dévouées qui veulent vraiment bien faire les choses.

La pièce passe d’un langage à l’autre au gré d’une écriture cinématographique - Élisabeth Ancion qui partage l’écriture et la mise en scène est, par ailleurs, scénariste (et costumière) -sans nécessairement expliquer, revendiquer, le sujet principal de l’œuvre qui porte sur la condition humaine. Les idées, les trajets de vie sont juxtaposés dans un kaléidoscope décalé où fiction et poésie parlent de survie. Parce que « l’imaginaire, Isabelle Darras en est convaincue, est un acte de résistance qui sauve de tout ».

Théâtre de Namur


Théâtre de Namur
5000 Namur