NinaLisa

Saint-Josse-Ten-Noode | Théâtre | Théâtre Le Public

Dates
Du 8 au 19 janvier 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Le Public
Rue Braemt, 64 70 1210 Saint-Josse-Ten-Noode
Contact
http://www.theatrelepublic.be
contact@theatrelepublic.be
+32 80 09 44 44

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 10

NinaLisa

Nina Simone est seule dans sa villa de Carry-le-Rouet. Sa carrière touche à sa fin. Un soir, sa fille Lisa apparaît. Elles se parleront à cœur ouvert.

Relations compliquées, passionnées, c’est un torrent de vie chahutée qui coule chaque jour entre la mère et la fille, un torrent d’amour. Pendant les années de tournées de Nina, Lisa a posé un voile sur les absences, sur sa souffrance et le manque de joies. Aujourd’hui, elle a trouvé le moyen de sourire et est heureuse. Elle chante.

UNE COPRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC ET DE LA FERME DU BIÉREAU AVEC LA COMPAGNIE ÉMOZON. AVEC LE SOUTIEN DE LA PROVINCE DU BRABANT WALLON, LA VILLE D’OTTIGNIES-LLN, DU LOOKINOUT, DU TAX SHELTER DE L’ÉTAT FÉDÉRAL BELGE VIA BELGA FILMS FUND ET DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE. Photo © Gaétan Bergez.

Distribution

De Thomas Prédour et Isnelle da Silveira.
Mise en scène : Thomas Prédour. Avec : Dyna, Isnelle da Silveira et Charles Loos (piano). Conseiller à la mise en scène : Gabriel Alloing. Dramaturgie : François Ebouele. Scénographie : Cécile Balate. Construction des décors : Mario Bonatto, Quentin Gubin, Capucine Zumbrunn et Cécile Balate. Lumière et vidéo : Benjamin Struelens. Costumes : Judith Van Parys. Conseiller chorégraphies : Serge Aimé Coulibaly. Peintre : Alix Philippe.

Laissez nous un avis !

9 Messages

  • NinaLisa

    Le 8 janvier à 20:04 par Francisco

    « très beau spectacle entre la relation d’une mère et de sa fille........sans oublier le pianiste qui donne une touche musicale en plus. Une rétrospective de leur vies, de la condition des noirs, ......... une vie très émouvante, rythmée sur un tempo de Blues, entrecoupée de chansons prenant forme dans une histoire à rebondissements. on ne s’ennuie pas du début jusqu’à la fin. Rien n’est oublié, même la traduction des chansons afin de nous imprégner de cette fameuse atmosphère de Blues qui ne vous quittera pas, jusqu’à en avoir le blues en repartant......... »

    Répondre à ce message
  • NinaLisa

    Le 8 janvier à 22:28 par michele

    Superbe spectacle qui retrace la vie de Nina Simone., la relation mère /fille, sa prise de position pour la défense des droits de sa communauté, ses ambitions... Accompagné de chants et du piano. J’ai été émue et conforté que Nina Simone était une très grande dame malgré ses faiblesses. Un très beau spectacle à absolument découvrir.

    Répondre à ce message
  • NinaLisa

    Le 9 janvier à 08:49 par Ugo

    Très beau spectacle retraçant la vie de Nina Simone dans ses forces et faiblesses. Magnifique accompagnement musical, très bon moment de théâtre

    Répondre à ce message
  • NinaLisa

    Le 9 janvier à 14:10 par rouzade

    Une pièce magnifique ,un super moment d’émotions, de la musique ,le chant et l’accompagnement piano au top ;bref un très beau moment .

    Répondre à ce message
  • NinaLisa

    Le 9 janvier à 15:17 par michel5

    2 grandes artistes et, cerise sur le gâteau, Charles Loos au piano.
    Un tout bon spectacle bien rythmé. On en apprend un peu plus sur Nina Simone mais c’est surtout l’histoire d’une relation mère-fille compliquée et de sentiments universels.
    Le jeu est prenant, l’interprétation des chants est juste sublime. Il m’a fallu un temps pour redescendre tellement j’ai été pris par ce spectacle.
    Courrez-y ;-)

    Répondre à ce message
  • NinaLisa

    Le 16 janvier à 09:54 par juliette

    très beau et sensible spectacle - c’est du théâtre (en)chanté. une très belle découverte avec un excellent pianiste et des actrices- chanteuses magnifiques.

    Répondre à ce message
  • NinaLisa

    Le 20 janvier à 15:54 par C. ThéO

    Immersion teinte de bleu.s aux couleurs noires, à la voix d’ambre, chaude orange.rouge.jaune...
    Un trio (un quatuor l’esprit de Nina Simone était là) d’une justesse divine.
    Tout nous rappelle que le Jazz naît au cœur du classique, que la colère.révolte peut naître des pires silences.
    Le duo, les dialogues Mère>fille>mère fonctionnent à merveille en se fondant ci & là avec les morceaux caressés par Charles Loos. L’interprétation vocale de Dyna B. & Isnelle da Silveira, les lumières peuvent s’éteindre les étoiles sont allumées.
    Ce moment aurait pu s’étendre sur 5, 6, 7 heures, nous en aurions pris plein le cœur de toutes ces couleurs.notes.
    De la m.e.s. à la scénographie, en passant par les costumes, les décors, etc... pour créer l’intimité du duo (trio), avec le public. sans parler des lumières & vidéos...
    Un seul regret, toutes les dates suivantes sont déjà ’foule’ !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Dimanche 13 janvier 2019, par Catherine Sokolowski

Hommage à l’ineffable Nina Simone

NinaLisa est un spectacle chanté et une discussion mère-fille à bâtons rompus. Seule dans sa villa de Carry-le-Roue, Nina Simone passe en revue les moments forts de sa carrière. Sa fille, Lisa Celeste la rejoint (en rêve ou en réalité nul ne le sait), racontant elle aussi, sa part de l’histoire : « Ma mère était Nina Simone jour et nuit. » Nina Simone, c’est une personnalité, elle a son franc-parler, mais surtout, c’est une chanteuse de jazz hors pair qui voulait être pianiste classique. Les actrices, Isnella da Silveira et Géraldine Battesti, sont extraordinaires, elles rendent le passé présent. Les spectateurs sont noyés dans un océan de jazz noir américain, sensuel et chaud. Premier spectacle de Thomas Prédour, un moment d’exception, le jazz de Nina Simone, le jazz tel qu’on l’aime.

D’emblée Nina Simone campe le décor : « Le jazz c’est un terme inventé par les Blancs pour identifier les Noirs. » Née en 1933, sixième d’une famille de huit enfants, elle ne voulait pas chanter, elle voulait devenir pianiste, répertoire classique, grande amatrice de Jean-Sébastien Bach. Beaucoup de regrets aussi de la part de Lisa, la fille qu’elle a eu avec Andrew Stroud, son mari et manager, devenue chanteuse elle aussi, qui n’a pas eu la mère qu’elle aurait voulu.

Nina Simone (en hommage à Simone Signoret) parcourt les moments forts de sa carrière. Après avoir perdu quelques millions à cause d’un agent à qui elle avait cédé ses droits, l’argent s’est mis à couler à flots. Elle en a profité et s’est amusée à jouer la diva. Choquée par l’attentat de Birmingham en Alabama en 1963, au cours duquel quatre enfants sont assassinés, elle devient militante et interprète « Mississipi Goddam ». Elle néglige sa fille : « Je t’aimais tellement. Tu as sacrifié une vie normale pour l’amour de ton peuple et des droits civiques ». A partir de là, ses chansons deviennent résolument engagées, elle défend les droits des Noirs.

Parallèlement, son mariage se dégrade. « L’homme qu’elle aimait la faisait travailler comme une bête. Il la battait ». Sa fille part habiter à New-York avec son père. Elle s’engage dans l’U.S. Air Force et y passe 12 ans avant de devenir chanteuse, tardivement. Elle déplore que sa mère ne l’ait jamais soutenue, sa mère qui était toujours en tournée.

En 1970, Nina Simone quitte les Etats-Unis pour la Barbade et entretient une relation avec le Premier Ministre Errol Barrow. A partir de 1974, elle s’installe au Libéria. Dans les années 1980, la chanteuse devient bipolaire, elle sera hospitalisée. Après avoir vécu en Suisse et aux Pays-Bas, à partir de 1992, elle s’installe en France et y meurt le 21 avril 2003.

L’amour est omniprésent sur scène et dans les chansons. L’amour entre ces deux femmes, l’amour pour le peuple noir. Cette rencontre, cet échange à cœur ouvert, l’ont-elles vécu ? Lisa chante « child in me », qui décrit leur relation. Les chansons sont interprétées avec grâce et profondeur (magnifique « I put a spell on you »). Une traduction simultanée est projetée sur la droite de la scène, les textes sont importants. Au piano, on retrouve Charles Loos, excellent. Une immersion qui vaut vraiment la peine. Rien de plus, rien de moins.

Théâtre Le Public


Rue Braemt, 64 70
1210 Saint-Josse-Ten-Noode