Miss Else

Louvain-La-Neuve | Théâtre | Le Vilar

Dates
Du 14 au 22 mars 2022
Horaires
Tableau des horaires
Studio 12
Accès via les escaliers Place Agora 1348 Louvain-La-Neuve
Contact
http://www.levilar.be
reservations@levilar.be
+32 80 02 53 25

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 4

Miss Else

Miss Else
Jeanne Dandoy et Lionel Ravira
d’après le roman d’Arthur Schnitzler

Un splendide duo d’acteurs cisèle la tendre et sombre poésie de l’adolescence pour nous immerger dans le labyrinthe mental d’une jeune fille de 15 ans.

Else, une adolescente dont les désirs s’éveillent, teste son pouvoir de séduction entre fantasmes et essais maladroits. Un message de sa mère l’invite à user de son charme pour demander une somme importante au nanti M. Von Dorsday, qui séjourne dans le même hôtel. Cet argent doit servir à sauver son escroc de père de la prison, voire du suicide.
Else choisira-t-elle de sauver sa famille au détriment de son intégrité ? À 15 ans, trouvera-t-elle la force de résister et de se réapproprier son existence ?

14.03 > 22.03.2022
Studio 12

Création
Adaptation et dramaturgie : Jeanne Dandoy et Lionel Ravira - Mise en scène : Jeanne Dandoy - Avec Epona Guillaume et Alexandre Trocki - Scénographie et création lumières : Arié van Egmond - Vidéo : Lionel Ravira - Création sonore : Harry Charlier - Costumes : Emilie Jonet - Assistanat à la mise en scène : Judith Ribardière - Régie générale : Nicolas Oubraham

— -
Bord de scène jeudi 17.03

Laissez nous un avis !

6 Messages

  • Miss Else

    Le 4 octobre 2020 à 22:26 par Valérie Colin

    Les fans absolus d’Alexandre Trocki et d’Epona Guillaume (dont je fais partie) sont comblés ! Une heure trente d’un formidable duo d’acteurs : j’y retourne pour la 3e fois, c’est dire !

    Répondre à ce message
  • Miss Else

    Le 16 mars à 10:49 par Bébert

    Spectacle rempli de qualités, mais j’ai deux petites réserves.
    a) je trouve que Epona Guillaume joue un peu trop l’adolescente dans la première partie et que le résultat est un peu artificiel.
    b) je pense que le scénario - sans nier que de telles situations existent - est également trop caricatural.
    Bref, too much is to much.

    Répondre à ce message
  • Miss Else

    Le 16 mars à 15:17 par Doctora

    J’ai bien apprécié ce spectacle, qui est émouvant et donne à réfléchir. Il est à la fois nuancé (pas d’opposition simpliste entre les "bons" et les "mauvais") et stylisé (il parvient à parler de la réalité sans réalisme plat). Excellente inteprétation des deux acteurs, bon rythme par le découpage en séquences, décor dépouillé et très réussi (des rideaux de cordes souples qui forment un labyrinthe dans lequel les acteurs circulent et se rejoignent parfois ; la souplesse des cordes crée un effet sensuel). Il n’y a rien de trop dans ce spectacle, c’est sa grande qualité : less is more !

    Répondre à ce message
  • Miss Else

    Le 16 mars à 22:40 par Blabla

    Très bon spectacle. Les deux acteurs sont crédibles : je voyais vraiment une ado de 15 ans sur la scène. Ce qui est étonnant, après réflexion, c’est qu’il est difficile de déterminer qui est entièrement victime ou coupable. L’interprétation de l’acteur masculin était particulièrement fine et nuancée. Mise en scène simple et originale.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Dimanche 4 octobre 2020, par Catherine Sokolowski

L’ado et … le salaud ?

Dans cette adaptation du texte de Arthur Schnitzler, une jeune adolescente de 15 ans partage ses pensées, ses doutes et ses troubles. En vacances avec sa tante, elle joue au tennis avec un cousin très tactile et discute avec un acteur très people. Elle reçoit quelques SMS de sa mère qui lui annonce le retour de son père après une longue absence. La jeune fille est alors chargée de trouver l’argent nécessaire à apurer les dettes paternelles. Dans un contexte #metoo, la metteuse en scène Jeanne Dandoy propose une réflexion sur les limites du consentement en confiant à Epona Guillaume le rôle de cette jeune adolescente en pleine métamorphose. Une belle association !


Else vient de disputer une partie de tennis avec son cousin. Très « ado », elle est franche et positive mais pas naïve : l’ambiguïté des gestes de ce dernier ne lui a pas échappée. Elle est à l’âge où la « météo intérieure » varie d’autant que sa mère lui prête peu d’attention, trop occupée par la gestion de carrières de plusieurs artistes.

La jeune fille est attirée par le luxe et la vie de star. Très impressionnée par le carnet d’adresses de Von (Alexandre Trocki), un acteur de 55 ans qui séjourne dans le même palace, elle est ravie qu’il l’invite à la fête qu’il organise. Manipulatrice, sa mère lui suggère alors de demander de l’argent à l’acteur : « Tu es notre seul espoir, agis en ton âme et conscience et n’oublie pas que Von a toujours eu un faible pour toi ».

« Comment demande-t-on 30 000 balles à un parfait inconnu ? ». Perdue, la jeune fille accepte cette mission, elle l’accepterait même sans argent, juste pour le défi. Le défi, le désir, la joie de permettre à son père d’éviter la prison, autant de motivations qui vont conduire Else dans les bras de Von.

Comment qualifier cette situation ? Prostitution ? Abus ? Relation consentie ? Quel est le point de vue de l’homme, celui de la jeune fille ? Dans la lignée de #metoo, un constat : « Notre vieux monde est périmé ». Si le spectacle débute (un peu trop) lentement, la tension va crescendo. Pas vraiment de surprises dans cette adaptation féminine du roman de Schnitzler mais une superbe mise en scène d’inspiration cinématographique et une belle prestation d’Epona Guillaume mise en valeur par le jeu discret d’Alexandre Trocki. Bon spectacle !

Le Vilar


Place de l’Hocaille
1348 Louvain-La-Neuve