Lundi 8 février 2016, par Dominique-Hélène Lemaire

Mais quelle dégaine, ce cerf !

Sergi López, acteur catalan bien connu du cinéma, et Jorge Picó, son alter ego, atteignent des sommets de poésie, de délire et de vérité dans leur farce-à-farce magnifiquement monté !

Ne cherchez pas l’histoire dans ce spectacle sportif, il y a juste le sens. Le sens critique, le sensoriel, le sensitif, le sensationnel, le sens dessus dessous, le sans tambour ni trompette, le sang versé, le sentiment, le sans pareil, le bonheur théâtral au centuple. Il y a ce vieux fils qui parle à son père sans âge ni visage (bonjour les sens interdits !), et son père ne le voit pas, ne l’entend pas, ne le sent pas. Mais le vieil enfant bedonnant sent ce creux infini au fond de son ventre et veut désespérément trouver son ‘truc’, le but dans sa vie, sa raison d’être. Il part à la recherche, mais comme il a du mal à quitter sa famille pour aller vers l’inconnu qui l’aspire !

Le bouleversant anthropologue vouant son corps, son être au service des autres, entreprend une chasse légendaire, loin des sentiers battus. Il est à la recherche ... d’un animal fabuleux, excentrique ? Et voilà soudain la Rencontre, dans un paradis vert, pavé de rêves d’enfant. Une créature mythique à tête de cerf, muette, craintive et joueuse de tennis lui apparaît en vrai. Elle est bien vivante - sans blague - et sa démarche est tout ce qu’il y a de plus réaliste. Parole de cerf !

Une histoire qui fait penser au Petit Prince et à sa rose, 30/40 Livingstone est la chronique intelligente et drolatique d’un voyage initiatique à la découverte de soi et des autres. « Mieux vaut la cervitude que la servitude ! Parole de cerf ! » « Mais pourquoi m’as-tu abandonné ? Mon ami, mon frère ? » La morale de l’histoire vous prendra aux tripes, tout au fond de l’intime, sans mentir, foi d’animal !

Depuis sa création, 30/40 Livingstone connaît un succès international : en Espagne, en France (Festival OFF d’Avignon en 2014), en Suisse et en Amérique latine, à Santiago ? A chaque fois, les éloges pleuvent pour ce spectacle fin et surprenant, où les interprètes se donnent sans compter ! (... un petit dernier pour la route, sans rancune !)

Dominique-Hélène Lemaire
(http://artsrtlettres.ning.com/profi...)