MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

Théâtre | Théâtre Le Public

Dates
Du 5 septembre au 26 octobre 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatrelepublic.be
contact@theatrelepublic.be
+32 80 09 44 44

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

SALLE DES VOUTES
Mise en scène : Virginie Hocq, Assistanat à la mise en scène : Monia Douieb, Avec : Marie-Paule Kumps, Adaptation : Jean-Loup Dabadie, Scénographie et costumes : Céline Rappez / Photo : Bruno Mullenaerts Théâtralement névrosée et du coup incroyablement drôle dans ses contradictions et ses excès, Madame Marguerite est le fantasme du prof qu’on aurait bien voulu croiser une fois dans sa vie de lycéen. La pièce a été jouée pendant plus de 10 ans par Annie Girardot. La première mise en scène de cette pièce au Public a eu lieu en 1994, par Thierry Salmon, avec Anne Marev. Aujourd’hui, après l’avoir elle-même mise en scène dans son spectacle « Pas d’inquiétude », Marie-Paule Kumps est dirigée dans un magnifique rôle à la mesure de son talent par l’incroyable humoriste Virginie Hocq pour une leçon comme vous en rêviez !
UNE CRÉATION ET PRODUCTION DU THÉÂTRE LE PUBLIC.

Laissez nous un avis !

16 Messages

  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 5 septembre 2013 à 11:02 par faucer

    Beau jeu et belle présence. On est tout de suite...sur les bancs d’école. Que de souvenirs... La comédienne est bien dans son role et nous le fait partager. Elle vient nous chercher quand on entre dans la salle...et n’hésite pas à nous gronder pour nos petits retards. Très bon moment. Petit bémol, c’est tout de même un peu long.

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 7 septembre 2013 à 02:19 par Aurelia

    Marie-Paule Kumps est une comédienne que j’apprécie déjà beaucoup, son jeu est admirable, elle peut quasiment tout jouer.
    Elle est excellente dans ce rôle de professeure comico-pathétique qui veut se donner un air d’ouverte d’esprit mais qui cache bien des frustrations et rigidités. Sous prétexte de donner un cours de biologie, elle nous parle de la vie, de sa vie misérable, de ses côtés obscurs mais toujours avec une légèreté et plein d’humour.
    Je sur-conseille cette pièce car vous allez passer un bon moment et oui, cela rappellera les bancs de l’école ! :-)

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 8 septembre 2013 à 10:04 par JMPjmp

    Madame Marguerite ... adaptée façon comique ... reliftée selon les thématiques de l’humour des cours de récréation d’aujourd’hui. Au départ du texte d’Athayde et selon les choix de mise en scène, une Madame Marguetite n’est pas l’autre. Triste à la fin mais drôle au départ ... Piteuse au début et magnifique tout au long ... Vulgaire tout au fond et distinguée devant tous. Le challenge est bien de camper la psychologie d’un tel personnage sans tomber dans la caricature. Voilà de quoi assurer la rentrée théâtrale ... 

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 12 septembre 2013 à 01:10 par Pattrick

    J’ai lu les avis précédents, et je ne m’y retrouve pas du tout. Ok, je m’attendais à trouver une Madame Marguerite comme Annie Girardot, émouvante et captivée par sa profession (enseignante).
    Et, je me suis retrouvé dans un sketch essayant vaguement de faire rire.
    Je trouve que Marie-Paule Kumps ne fut dans son personnage que les 5 dernières minutes du spectacle, en vraiment ressentant le texte.
    Pour le reste, c’est une grosse farce qui se veut marrant, mais est un peu grossière.
    Le décors est simple et efficace, la mise en scène joue avec les grosses manettes du rire gras.
    Ben non, j’ai pas aimé.

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 12 septembre 2013 à 02:28 par Charles-Henry

    Je suis assez d’accord avec Pattricky. Je ne montrerais sans doute moins sévère avec Marie-Paule Kumps (je pense qu’elle incarne son personnage dès le début), mais il vrai que la véritable profondeur du rôle n’apparait qu’à la fin du spectacle. Avant, l’on rigole certes bien, mais la grossièreté de madame Marguerite manque vraiment de finesse, si bien que l’on ne comprend pas toujours où le spectacle veut nous emmener. La fin sauve le tout.

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 14 septembre 2013 à 11:36 par pierreha

    On y va pour Marie-Paule Kumps dont la jolie voix nous enchante.

    On craignait un peu que Virginie Hocq metteuse en scène n’ait insufflé du graveleux relou.

    On avait raison de craindre, mais bon ça va : Marie-Paule peut tout jouer.

    On rit quand même.

    On s’amuse.

    On ne boude pas son plaisir.

    On s’interroge pourtant sur l’actualité de ce texte.

    On se demande s’il n’est pas démodé, trop seventies.

    On sort un peu décontenancé.

    On aime quand même.

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 17 septembre 2013 à 12:37 par John

    Personnellement, j’ai trouvé la pièce vraiment inégale,certains sketchs très marrants, d’autres malheureusement un peu plats. La comédienne campait très bien son rôle (le plus marrant étant ses improvisations en début de spectacle avec le public) mais la pièce aurait du être scindée en divers sketchs et ne pas jouer sur la longueur...

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 18 septembre 2013 à 04:57 par chrisdut

    Joli petit spectacle différent, on est en classe et une drôle de prof va s’occuper de nous ! Complétement frappadingue ! Et merde, elle m’a reperé dans le fond de la classe avec mon pull à col roulé. "Dites vous n’allez pas avoir trop chaud vous dans le fond car il fait chaud dans ma classe ! Et vous avez quoi en-dessous ? Un "marcel", un T-shirt ?" Ne me faites pas un malaise pendant la classe ! Y-a-t’il des secouristes dans la salle en cas de malaise ?" Ca commence fort cette soirée scolaire ! Encore une belle performance de Marie-Paule Kumps. Je l’adoooore cette femme ! Courez au Public pour faire enguirlander et apprendre ce qu’est la vie !

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 21 septembre 2013 à 02:23 par kirkavu

    Une belle prestation de Marie Paule Kumps et heureusement car la pièce en elle même est un peu inégale... On s’amuse vraiment bien par moment, mais cela tire un peu en longueur et sur certaines ficelles qui nous empeche malheureusement de vraiment apprécier certaines choses et même d’être ému a des moments qui voudraient qu’on le soit. Un spectacle sympa toute de même, et une vraiment, vraiment bonne comédienne

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 22 septembre 2013 à 06:06 par anavlis

    j’ai vu la pièce, il y a bien longtemps avec Annie Girardot.
    J’avais bien aimé : être les élèves, se faire un peu "tancer" par l’instit., rigoler par moments... j’adore Marie-Paule Kumps pour l’avoir vue sur scène dans de nombreux rôles, différents : elle peut tout jouer !! je ne sais pas ce que vaut Virginie Hoc, en tant que "metteuse en scène " donc, mon avis s’arrête vite.
    Allez voir néanmoins : j’ ai gardé un bon souvenir de l’histoire !!

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 27 septembre 2013 à 03:32 par papychat

    Cetains ont aimé se retrouver devant la situation : l’obligation de subir pendant une année ou deux un professeur névrosé. Et enfin : RIRE. Les spectateurs ravis de redevenir des potaches se sont bien amusés, quoiqu’empêchés de chahuter. Dommage, un grand plaisir ma foi !

    Au début, on joue le jeu avec bienveillance, mais au fur et à mesure que la mise en scène de Virginie Hoq prend le pas sur la comédienne, on finit par prendre ses distances. Surtout avec les couplets répétés sur l’homosexualité et les gestes ob-scènes et on a juste envie de dire : Non merci ! Malgré le talent évident de la comédienne et son investissement dans cette pièce qui appartient décidément à l’histoire.

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 30 septembre 2013 à 10:45 par Alexei

    Alors que dire sur cette pièce, j’avoue être un peu mitigé comme souvent. Tout d’abord, je félicite la comédienne où on ne peut pas remettre en cause son talent et son investissement dans cette pièce. Elle semble vraiment habiter le rôle. Après, j’avoue partager quelque peu l’avis précédent et trouver qu’il y a des longueurs, des gags répétitifs qui ne sont pas drôles. Je n’ai ris à aucun moment pour ma part tout le long et j’ai décroché par moment. Pourtant j’ai bien essayé de m’investir dans cette pièce. Je suis loin d’être un saint nitouche et à m’effrayer lorsque j’entends des vulgarités mais sur cette pièce j’avoue avoir trouver que cela n’apportait pas grand chose. Il y a que la fin pour sauver les meubles qui est touchante et qui nous fait comprendre le comportement de cette prof indignée face à la vie, à la mort tout en repensant à ce qu’elle a manqué. Mais voilà le couperet tombe. (et j’en dis trop là ;).

    Dernière chose, je n’ai pas vu l’interpretation d’Annie Girardot.

    Répondre à ce message
  • MADAME MARGUERITE de Roberto Athayde

    Le 1er octobre 2013 à 08:47 par cybemi

    C’est vrai que la pièce a vieilli et qu’elle est bien moins subversive que lors de sa création, la dimension politique est devenue sociétale et pourtant elle est revisitée avec grand talent par Marie-Paule Kumps dans une mise en scène originale. Alors, ne boudez pas votre plaisir et laissez vous aller en compagnie de cette instit bipolaire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Dimanche 22 septembre 2013, par Dominique-hélène Lemaire

Let it Be !

" - Reprenons l’ordre chronologique : a) L’écriture de Roberto Athayde b) Ce qu’en fit Annie Girardot en 1974, c) Ce qu’en fit le théâtre Le Public en 2013 "

Conçu par l’auteur brésilien Roberto Athayde, ce seul en scène était une attaque virulente contre les délires politiques des dictateurs en Amérique du Sud. Une métaphore osée qui met en scène une instit pathétique (silence dans les rangs !) pour combattre un système qui boucle la parole, encourage la délation et réduit l’humain à un porte-faix …. Mais plus personne ne parle chez nous de ce cinéaste, dramaturge, écrivain et poète brésilien.

Le monologue de Madame Marguerite a fait fureur en France dès qu’Annie Girardot créa sur scène en 1974 ce personnage névrosé de Madame Marguerite. Institutrice de CM2, Madame Marguerite pratiquait avec ses élèves un absolutisme pédagogique quasi intégriste. Elle se sentait investie d’une mission vitale, détenait un savoir obscurantiste absolu (!) ainsi que le pouvoir totalitaire (!). Ses sautes d’humeur, de la basse flatterie à l’insulte en passant par un registre de propos malveillants, exposaient une caricature bienvenue du délire de la violence. Joué à l’époque devant un auditoire médusé au Paul-Emile Janson à l’ULB avec tout le talent et la férocité dont Annie Girardot était capable, on ne pouvait sans doute pas taxer ce spectacle d’outrancier.

Avec Le tandem Virginie Hocq (à la mise en scène) et Marie-Paule Kumps (l’institutrice omni-théâtrale), on plonge dans le surréalisme si cher à notre pays. Car le texte a vraiment pris un sérieux coup de vieux tandis que les images du couloir de la salle de classe belge sont hyper-réalistes. (Bravo à Céline Rappez pour sa scénographie et ses costumes ton sur ton avec les murs jaunes et le tableau vert !) Les portraits royaux cuvée 2013 sont de la dernière actualité… Dès l’entrée les spectateurs sont conditionnés à être des élèves soumis et sans défense, sauf celle de rire ! Mais comment être touché par ce texte devenu plutôt banal à nos yeux ? Certes, il rend compte des gains inestimables de Mai 68, - époque révolue - où il était indispensable de combattre le délire dictatorial en général, offrir la liberté sexuelle, libérer les femmes, changer la relation maître-élève. Las, tout cela semble être bien bien dépassé et finit par ennuyer. Surtout que l’on reçoit aussi en plein visage des tonnes de préjugés durs à cuire vis-à-vis de l’homosexualité. Et on subit, impuissants, la banalisation et les dégâts de l’utilisation des drogues, tabac compris.

De récréatif et vachement critique, le spectacle devient glauque, orné de vulgarités de tous genres et lourd de platitudes. Dommage car, après quelques décrochages et bâillements au milieu des rires assidus des spectateurs bien conditionnés, on arrive enfin dans le vif du propos. Alors, les dix dernières minutes du spectacle sont foudroyantes car elles dénoncent la vitesse de l’évolution d’une société où tout d’un coup les choses vous échappent. Comme dans la terrible maladie d’Alzheimer. Cela est très émouvant et splendidement joué par Marie-Paule Kumps. Le travail du jeu de l’actrice est remarquable dans la montée de son délire psychiatrique. Madame Marguerite est devenue superbement folle dans cette parodie, car la société est devenue folle !

quelques photos dont celles de Morgane Delfosse

Dominique-Hélène Lemaire

Théâtre Le Public


Rue Braemt, 64 70
1210 Saint-Josse-Ten-Noode