Les petits anges dans la boue

Ixelles | Théâtre | Rideau de Bruxelles

Dates
Du 17 novembre au 5 décembre 2015
Horaires
Tableau des horaires
Rideau de Bruxelles
rue Goffart, 7 A 1050 Ixelles
Contact
http://www.rideaudebruxelles.be
contact@rideaudebruxelles.be
+32 2 737 16 00

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 3

Les petits anges dans la boue

CRÉATION

« Petit ange, tu es en train de devenir vieux. »

Toutes les nuits, Angelita rêve de Miquel Ange. Tous les matins, Angelita se lève du pied gauche. Son réveil lui brise les rêves. Mais depuis qu’elle est réveillée par les mots de Miquel Ange, ses déboires matinaux ont pris fin. Jusqu’au jour où Miquel Ange croise la route de l’irrésistible Bérénice...

Le metteur en scène belgo-colombien Juan Martinez révèle une figure culte de la littérature urbaine latino-américaine. Né en Colombie en 1951, Andrés Caicedo a choisi de mourir à 25 ans. Ses personnages, des adolescents riches ou des classes populaires, s’affrontent dans une langue colorée et musicale. Fantasques, enfantins, tous arpentent dans un ballet électrique les rues de Cali, métropole sauvage et incandescente.

Coproduction Rideau de Bruxelles / Théâtre des Chardons. Avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Service du Théâtre - CAPT. Avec le soutien des Centres culturels de Dinant et du Brabant wallon, de Wallonie-Bruxelles International, du Bureau International Jeunesse et du Laboratorio Escénico Univalle.

ME 25.11 après spectacle
Débat du bout du bar avec Rosario Caicedo (sœur de l’auteur), Sandro Romero Rey (responsable de l’édition de l’œuvre d’Andrés Caicedo) et l’équipe du spectacle.

Distribution

D’après le texte d’Andrés Caicedo. Mise en scène de Juan Martinez. Traduction de Juan Martinez et Bernard Cohen. Avec Sarah Brahy, Cyril Briant, François Delcambre, Yasmine Laassal et Thierry Lefèvre.

Laissez nous un avis !

6 Messages

  • Les petits anges dans la boue

    Le 18 novembre 2015 à 02:04 par Ferre

    Je me demande parfois si des textes de théâtre ne devraient pas rester dans les livres ... histoire de pouvoir être repris si on perd le fil ... Cette histoire symbolico-réalistico-poétique est - à mon sens - un peu difficile à suivre à certains moments vu le flux d"infos ... Mieux vaut ne pas être fatigué pour rester concentré sur la longueur ...
    Avec quelques rares mais appréciables moments de dérision, le jeu des comédiens est intéressant et original, la mise en scène également mais ne veut-elle pas en faire trop à certains moments ?
    Écouter le texte "à droite" et regarder ou être distrait par - ce que j’appellerais - des mouvements parasites à gauche ... Trop peut-être pour un simple cerveau masculin ... ?

    Répondre à ce message
  • Les petits anges dans la boue

    Le 20 novembre 2015 à 12:37 par loulou

    En effet, pas facile de transposer sur scène une écriture non-théâtrale , d’aborder différents thèmes (les amours d’adolescents,la délinquance juvénile,la violence,l’inégalité sociale...). dans une langue poétique avec humour et dérision , de recréer l’ambiance d’une ville comme Cali.
    Dans l"ensemble j’ai trouvé ce défi assez réussi.
    Certes, tout n’est pas parfait : l’élocution de certains comédiens m’a gênée pour la compréhension du texte et à certains moments on est un peu perdu dans l’enchaînement des scènes.
    J’ai beaucoup apprécié l’interprétation d’Angelica et le monologue de Thierry Lefebvre.
    La mise en scène m’a plue dans sa simplicité.

    Répondre à ce message
  • Les petits anges dans la boue

    Le 20 novembre 2015 à 18:05 par Ximena

    J’ai aimé le spectacle !
    J’ai ri, je me suis laissé emmenée dans l’univers des personnages interprétés de manière incroyable par ces 5 comédiens bluffants !
    J’ai trouvé l’esthétique des tableaux magnifique ! Des belles images, des belles lumières.
    Une manière efficace de découvrir cet auteur.
    Le flux parfois intense me semble correspondre à l’énergie de Cali ;o)
    C’est chouette de découvrir un nouveau metteur en scène... prometteur !

    Répondre à ce message
  • Les petits anges dans la boue

    Le 25 novembre 2015 à 11:16 par VincentD

    Je suis d’accord avec les deux premiers avis.
    Je suis sorti sans savoir si j’avais aimé ou pas ce spectacle.
    Mise en scène originale et intéressante qui apporte beaucoup.
    Bons actrices et acteurs. Notamment le monologue de Thierry Lefebvre.
    Mais je me suis parfois perdu dans le texte et l’histoire.
    En fait c’est plus le climat général qui m’a touché.
    A voir quand même

    Répondre à ce message
  • Les petits anges dans la boue

    Le 7 décembre 2015 à 11:17 par Domi

    J’ai bien aimé ce spectacle mais sans plus : moi aussi j’ai décroché à plusieurs reprises. Cependant, la mise en scène et le jeu des comédiens rattrapent bien ce manque de liens entre les différentes parties du texte. On ne s’ennuie pas même quand on ne comprend plus où l’histoire nous mène. Et le dernier quart d’heure, plus dynamique, réveille les spectateurs un peu perdus (comme moi).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 23 novembre 2015, par Thomas Leroy

Au royaume de la musique et des sentiments

C’est à Cali, en Colombie, que se déroule l’intense histoire des « Petits anges dans la boue ». Un spectacle bouillonnant, condensé de plusieurs écrits de l’auteur Andrés Caicedo, construit autour d’une adolescente romantique et capricieuse et de cette ville haute en couleurs et en rythme. Sons, images et monologues poignants ne manqueront pas de vous y emmener au fil des relations d’amour, d’amitié et de famille des nombreux personnages qui traversent le récit.

Fermez les yeux. Ecoutez ces bruits de rue, ces sons rythmés, ces débits de voix, cette musique. Voici Cali. Voici la Colombie. Ouvrez-les yeux. En voici les images, sur grand écran, au fond de la scène.

L’équipe du spectacle a séjourné à Cali pour s’imprégner de cette ville, berceau de l’auteur de la pièce, Andrés Caicedo, météore artistique qui s’est donné la mort il y a bientôt 40 ans. Il en avait 25. D’origine colombienne lui aussi, le jeune metteur en scène Juan Martinez a donc mené sa troupe dans cette ville contrastée où, comme dans tout le pays, grande richesse et extrême pauvreté cohabitent à quelques cuadras* près.

Dans le langage fleuri et coloré de l’auteur, traduit par Juan Martinez et Bernard Cohen, quatre acteurs alternent différents rôles autour d’un personnage principal : Angelita, une adolescente romantique et capricieuse. Nous suivons ces nombreux personnages des quartiers chics aux bas-fonds de la métropole, de la chambre d’Angelita au bordel de Bérénice, la tentatrice. A travers leurs relations amoureuses, amicales et familiales, la pièce tisse le portrait d’un lieu, Cali, et d’une époque, l’adolescence, où l’on est allègrement transporté.

De qualité variable selon leurs personnages, sans doute dû à l’important nombre de rôles qu’ils sont appelés à camper, le jeu des acteurs sert la plupart du temps parfaitement le récit et certains passages drôles et croustillants ne manqueront pas de vous faire rire.

La pièce se caractérise par une mise en scène sobre. Le texte, qui n’était pas destiné au théâtre mais s’y prête bien, se construit autour de monologues éclairants, parfois poignants – on retiendra notamment l’excellente saga d’une bande de jeunes – et de dialogues descriptifs brillants, vivants, rythmés par d’incessantes interventions et bruitages des autres comédiens qui nous plongent dans un brouhaha typiquement latino.

Rythmé, c’est le mot qui convient à ces « Petits anges dans la boue ». Si l’abondance de protagonistes et des histoires ne contribue pas toujours la compréhension du récit, c’est bien l’édification du panorama de Cali et de l’œuvre d’Andrés Caicedo que nous offre Juan Martinez. Cali n’est-elle pas en définitive le véritable personnage principal du spectacle ? Et l’écriture ne transpire-t-elle pas cette angoisse, ces réactions passionnelles et disproportionnées propres à l’adolescence ? Avec la musique et le cinéma comme cœur et comme lien, la violence de la ville et de ses disparités ressort aussi exacerbée que les sentiments des adolescents que dépeint Andrés Caicedo.

Vous aimez voyager ? Venez voir cette pièce. Fermez les yeux puis ouvrez-les bien grands. Voici Cali. Voici la Colombie.


*pâtés de maison

Les petits anges dans la boue

LES PETITS ANGES DANS LA BOUE from Rideau de Bruxelles on Vimeo.

Rideau de Bruxelles


Rue Goffart, 7 A
1050 Ixelles