Les atrides

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Royal du Parc

Dates
Du 16 janvier au 15 février 2020
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Royal du Parc
Rue de la Loi, 3 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatreduparc.be
info@theatreduparc.be
+32 2 505 30 30

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 5

Les atrides

On connaît le talent du metteur en scène Georges Lini pour rendre contemporain un chef-d’œuvre écrit il y a longtemps. Après Un conte d’hiver, Un tailleur pour dames et Macbeth, il nous entraînera cette fois dans l’univers des Atrides, cette famille maudite qui se déchire. C’est l’une des œuvres les plus fortes du dramaturge grec Eschyle.

Distribution

Avec Pierre CONSTANT, Daphné D’HEUR, Inès DUBUISSON, Itsik ELBAZ, Stéphane FENOCCHI, Wendy PIETTE, François SAUVEUR, Léopold TERLINDEN et Félix VANNOORENBERGHE

Mise en scène et adaptation Georges LINI

Scénographie et costumes Thibaut DE COSTER et Charly KLEINERMANN

Lumières Jérôme DEJEAN

Musique Pierre CONSTANT et François SAUVEUR

Vidéo Sébastien FERNANDEZ

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Les atrides

    Le 11 février à 20:58 par JMPjmp

    Quelle famille ces Atrides. Je ne me lasse pas de les retrouver au fil de mes lectures classiques, de mes pérégrinations théâtrales et à l’Opéra. Ce spectacle va crescendo. Du prologue à la fin, le texte, le jeu d’acteur et le dispositif de scène rend le tragique prégnant. Les étoiles du ciel descendent comme les dieux sur la terre. Le sol de l’ensevelissement. L’eau de la mer et le vent. Tout nous conduit jusqu’à l’apogée d’une interpellation. Qu’en est-il de nous à l’heure d’aujourd’hui ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mercredi 22 janvier 2020, par Dominique-hélène Lemaire

Genre : Universel

Quel luxe, face à la vulgarité qui nous entoure !

Un spectacle grandiose, de par ses références à la culture grecque ancienne, pilier fondateur de notre culture européenne, et pour sa charge émotionnelle surprenante de modernité, son envergure d’humanité profonde et son intelligence extrême. Un travail d’adaptation ultra moderne des oeuvres d’ Eschyle, Sophocle, Euripide et Sénèque sur fond de musique pop-rock et un plateau de lumière éblouissante. Une banquise prête à fondre à cause de la folie humaine ?

Un spectacle qui puise sa lumière autant dans les doigts roses de l’aube nouvelle, que dans l’amour de la lumière dans l’Attique baignée du sang des Atrides. Les champs de coquelicots sous le ciel bleu et les ruines de la Grèce antique n’en témoignent-ils pas ? Faut-il d’ailleurs dans le cas présent dire Atrides ou Astrides ? Car la formidable équipe artistique choisie par Georges Lini, Directeur artistique de la Compagnie Belle de Nuit, n’est rien moins qu’étincelante et forme une constellation dramatique d’une force lumineuse incroyable autour de la tragique légende antique.

LE CYCLE DE LA HAINE
COMME PIÈGE ÉTERNEL
DE L’HUMANITÉ.

Georges Lini et son équipe pose sa fabuleuse production sur les planches de l’un des plus beaux théâtres que nous connaissions : le théâtre du Parc. Mais bien sûr, l’écrin de choix s’envole aux premières paroles, et le texte qui se déploie nous renvoie aux images de la Grèce éternelle et aux questions essentielles de l’homme en quête existentielle.

Tous les comédiens présentent un corps à corps charnel avec l’histoire antique, révélant avec poésie, tout le tissu des émotions intimes de chacun des membres de cette famille frappée de malédiction divine et dont Euripide, en particulier, contait l’aventure humaine avec tant de compassion. Inès DUBUISSON dans le rôle d’Electre et Félix VANNOORENBERGHE, son frère Oreste. Le formidable Itsik ELBAZ qui, sur les mêmes planches avait incarné Hamlet et Macbeth, se glisse cette fois dans la peau d’Agamemnon. Face à lui, Daphné D’HEUR, sensuelle, juste jusqu’au bout des cheveux, est cette Clytemnestre blessée et révoltée qui n’accepte pas la décision de de sacrifier leur fille pour s’attirer les vents favorables afin de reconquérir l’Hélène de Ménélas. En fin de compte une situation terriblement banale… Vaut-elle une guerre impitoyable qui dura dix ans ? La folie du monde a de tout temps été universelle. Elle se décline avec les mots d’orgueil, de violence et de vengeance. La banalité du mal.


Faire du neuf avec ce qui ne l’est pas

C’est la force du texte remanié par Georges Lini conjuguée avec celle de l’interprétation, qui engage le spectateur dans une intensité d’affects et une recherche incessante de sens car, à la manière de l’illustre Pasolini, dont les paroles ouvrent et referment le texte, il s’emploie à la découverte méthodique des zones cachées de l’histoire en sa version officielle. Georges Lini décape la tradition pour faire ressortir des questions que l’on ne se posait pas. Va-t-il réussir à réhabiliter une Clytemnestre pétrie d’humanité ? Pari tenu, grâce à son adaptation moderne des textes antiques et grâce à la personnalité généreuse de la comédienne artiste qui incarne avec volupté la mère protectrice d’Iphigénie (exquise Wendy PIETTE) , l’épouse abandonnée d’Agamemnon, l’amante désillusionnée d’Egyste (un extraordinaire Stéphane FENOCCHI) , la gouvernante du palais en l’absence du maître. Et l’incomparable Itsik ELBAZ.


La femme serait-elle la mesure de toute chose,
l’antidote de l’absurdité de la guerre, de l’orgueil démesuré, des passions dévastatrices ? Le grain de vie ? La petite sœur d’Electre, Chrysothémis en témoigne. Son absolu désir de vivre nous vrille le cœur ! Aussi convainquante qu’Ismène, sœur d’Antigone chez Jean Anouilh. Jouée aussi par Wendy PIETTE. Choose life ! Inutile de dire que ce spectacle est un haut lieu de réflexion, d’émotion et de beauté de mise en scène. A classer parmi les incomparables !
Dominique-Hélène Lemaire

Théâtre Royal du Parc


Rue de la Loi, 3
1000 Bruxelles