Les Yeux rouges

Bruxelles | Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 12 au 30 octobre 2021
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Poche
Chemin du Gymnase, 1 A 1000 Bruxelles
Contact
http://www.poche.be
reservation@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 2

Les Yeux rouges

« Il s’appelait Denis. Il était enchanté. Nous ne nous connaissions pas. Enfin, de toute évidence, je ne le connaissais pas, mais lui savait fort bien qui j’étais. »

Tout commence par un message privé sur Facebook. Elle est journaliste, médiatisée et fidèle à ses opinions. Il est plus âgé, se dit fan de son humour acéré et veut simplement discuter. Elle accepte, il entre dans sa vie et le piège se referme.

Pendant des mois, les messages s’accumulent, d’abord aimables puis rapidement méprisants. Elle prend ses distances, il prend la mouche. Sous couvert d’humour grivois, il s’attaque à sa personne, son physique, son employeur, son conjoint, ses centres d’intérêt… Elle est tout ce qu’il déteste et lui ce qu’elle redoute.

Jamais victimaire, acéré comme un laguiole de berger et vigoureux comme une lame de fond, les Yeux rouges sont singulièrement tant le portrait d’un harceleur -« Un vrai méchant terrifiant » (Myriam Leroy dans La Libre en 2019)- que celui d’une harcelée.

Les Yeux rouges, roman féministe adapté pour le Théâtre de Poche par son autrice, nous touche au coeur ; probablement parce qu’il est -au moins en partie- autobiographique. Et que Myriam Leroy, pour l’écrire, a puisé dans ses propres expériences.

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Les Yeux rouges

    Le 25 octobre 2021 à 20:45 par justined

    Encore un super spectacle proposé au théâtre de Poche.
    Adapté du roman éponyme de Myriam Leroy, traitant du cyberharcelement, ce spectacle n’a rien à envier au roman.
    Vincent Lécuyer nous sort le grand jeu, vicieux et pervers dès le début du spectacle de quoi bien installer le malaise.
    On en loin de ressortir de la salle en riant mais c’est cela le théâtre... l’émotion !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 18 octobre 2021, par Catherine Sokolowski

Pour endiguer la déferlante destructrice

Myriam Leroy, journaliste à la radio, reçoit un message de Denis sur Facebook, correspondant inconnu. Elle répond. Si les échanges débutent comme une drague un peu lourde, la situation dégénère rapidement. C’est le début d’une descente aux enfers qui va durer plusieurs années. Victime de harcèlement mais aussi d’un « raid », c’est-à-dire de déferlement de haine raciste et sexiste, la jeune femme est dévastée. L’autrice a adapté le roman qu’elle a écrit sur cette histoire pour le théâtre. Porté par deux acteurs fabuleux, Isabelle Defossé et Vincent Lecuyer, le spectacle, intelligemment mis en scène par Véronique Dumont, est une belle réussite.

Le harcèlement n’est pas assez pris en considération ni sanctionné. Peut-on se mettre à la place de quelqu’un qui vit ce calvaire ? La pièce donne une idée de ce qu’une victime peut ressentir. Un sentiment de peur, de dégoût et d’angoisse qui va crescendo jusqu’au jour où la jeune femme découvre une photo d’elle, retouchée, le visage couvert d’ecchymoses, de plaies et la bouche dégoulinante de sperme. Lorsqu’elle signale à Facebook cette photo pour le moins inconvenante, elle reçoit une réponse lapidaire : « Ils avaient examiné la photo que j’avais désignée comme contenant de la violence explicite et avaient déterminé qu’elle n’allait pas à l’encontre des standards de la communauté ». La police ne la prend pas plus au sérieux.

Pourquoi n’a-t-elle pas arrêté de répondre ? C’est la peur qui la motive. Peur que cet homme ne se venge d’une absence de réponse. Crainte des hommes en général. « Je finissais toujours par répondre…J’appréhendais la catastrophe si Denis se sentait ignoré. J’avais peur de lui, peur de ce petit format d’homme en carton…comme j’avais peur de tous les hommes au fond, des puissants et des faibles. »

Isabelle Defossé joue le rôle de Myriam Leroy. Assez neutre au départ (quand elle lit quelques passages du roman), elle va rapidement se décomposer. Très belle prestation de l’actrice qui donne corps à cette métamorphose. Quant à Vincent Lecuyer, lui aussi reprend des extraits du roman mais n’utilise pas la première personne. C’est via son attitude qu’il endosse le rôle du harceleur. Sournois, sadique, mielleux, abject, suggestif, moqueur, il tourne autour de sa victime comme un vautour autour de sa proie, sans lui laisser le moindre répit. Fabuleuse performance.

Si les choses évoluent depuis le mouvement #MeToo, on est encore loin du compte. La virtualisation de la communication a ouvert les portes à une vague de comportements inappropriés (et c’est un euphémisme) mais il semble ne pas y avoir de digue, tout au plus quelques brise-lames. Dans ce contexte, le témoignage de Myriam Leroy est essentiel. Le Théâtre de Poche accompagne d’ailleurs les profs qui voudraient conscientiser leurs élèves. En parler, c’est déjà beaucoup. Avec ce brillant spectacle coup de poing, gageons que nous sommes sur la bonne voie.

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles