Les Vieux c’est horrible

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Les Tanneurs

Dates
Du 28 janvier au 1er février 2020
Horaires
Tableau des horaires
L'Envers des Tanneurs
Rue des Tanneurs, 87 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lestanneurs.be
info@lestanneurs.be
+32 2 512 17 84

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Les Vieux c’est horrible

Quelle mémoire laisse-t-on de soi-même ? La grand-mère maternelle d’Eline Schumacher a écrit des carnets intimes durant toute sa vie. Au décès de celle-ci, tous les carnets avaient disparu. Pourquoi ?
Un jour que sa grand-mère retirait les mauvaises herbes dans le jardin, Eline a pris l’un des carnets de la vieille dame et en a lu quelques pages. Elle y a vu avec stupeur des phrases dures et méchantes à son propos, celui de sa mère et celui du chat. Une véritable Tati Danielle se cachait en elle. À la mort de sa grand-mère, Eline pensait découvrir toute la vérité en parcourant l’entièreté des fameux carnets, mais ces derniers avaient disparu de la précieuse armoire où la vieille dame les tenait confinés.
Pourquoi a-t-elle fait disparaître tous ses cahiers ? Eline Schumacher part comme souvent d’un épisode biographique pour créer et raconter une totale fiction. Elle invente ici la mémoire censurée de sa grand-mère.

Distribution

Conception et mise en scène : Eline Schumacher
Interprétation : Sarah Lefèvre, Jeanne Oudar
Collaboration artistique : Nicolas Mouzet-Tagawa
Création lumières : Octavie Piéron

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 31 janvier 2020, par Catherine Sokolowski

Ne vieillissez pas seul !

Après avoir découvert « La ville des zizis » l’année passée, nous découvrons avec curiosité le nouveau spectacle d’Eline Schumacher « Les vieux, c’est horrible ». Sarah Lefèvre joue le rôle d’une vieille dame revêche qui cumule tous les défauts généralement attribués aux vieux. L’interprétation brillantissime de Sarah, la mise en scène pétillante d’Eline et la simplicité du sujet font de cette très courte pièce une belle réussite.

Une femme est assise, le dos tourné au public. Elle répond à sa petite fille qui vient de lui téléphoner. La conversation l’énerve. Elle voudrait que ça se termine. Quand sa petite fille clôture en lui disant « je t’aime », elle raccroche et commente : « quelle chieuse ! ».

Plus tard, cette vieille femme seule sur scène monologue sur la vie et ses aléas (pollution etc…). Que du négatif ! Triste solitude. Il est aussi question d’un carnet intime. Qu’écrit-elle dans ce fameux carnet intime ?

Il n’est pas possible d’en dire beaucoup plus sans spoiler toute la pièce. Sachez simplement que la musique joue aussi un rôle, que cette vieille dame a beaucoup de tonus et qu’une chanson de Pétula Clark résume la situation « La nuit n’en finit plus ». Un spectacle plein de vie malgré un sujet assez déprimant. Un beau challenge !

Théâtre Les Tanneurs


Rue des Tanneurs, 75
1000 Bruxelles