Les Moutons de Schieve Compagnie

Théâtre | Théâtre la Balsamine

Dates
Du 15 au 26 octobre 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.balsamine.be
info@balsamine.be
+32 2 735 64 68

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Les Moutons de Schieve Compagnie

Et voilou, les revoilà, toujours plus animales, toujours aussi attachantes, Corinne et Corinne, nos moutonnes noire et blanche reprennent du service et s’installent dans le foyer de la Balsamine. Cette fois, c’est décidé, elles veulent jouir, vivre, penser et, même si leurs utopies et leurs goûts musicaux (ah oui, elles chantent des tubes !) semblent avoir pris quelques décennies de retard, elles ne se perdent pas dans des identités virtuelles désincarnées compensant la morosité de leurs existences.

Concept, Ecriture : Eléna Pérez et Lise Wittamer, Avec : Eléna Pérez, Renaud Garnier-Fourniguet, Lise Wittamer, Scénograhie : Mathieu Chevallier, Conseiller artistique : Olivier Boudon, Diffusion : Cora-line Lefèvre, Julien Sigard (Habemus Papam)

Du 15 au 26 octobre 2013 à 20h30, relâche : dimanche et lundi
Prix : De 4 à 14€ + Art. 27 et Arsène 50

Numéro de réservation : 02 735 64 68
Mail : reservation@balsamine.be
Site de la Balsamine : http://www.balsamine.be

Laissez nous un avis !

7 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 18 octobre 2013, par Thomas Dechamps

Moutons enragés

Un duo de moutons totalement déjantés s’installe dans le foyer de la Balsamine, complètement repensé pour eux. Dans ce spectacle désarçonnant, les deux quadrupèdes philosophent, font des rimes et des pirouettes, chantent, s’énervent… et partent un peu trop dans tous les sens. Mais les deux auteures réussissent tout de même leur coup. L’on est tellement intrigués qu’on finit par adhérer à la performance de ces actrices audacieuses et volubiles.

Deux moutons, un blanc et un noir, décident de quitter leur troupeau pour partir à la découverte de ces êtres qui les fascinent : les humains. Ces deux ruminants rêvent de côtoyer l’homme, cet animal si « complexe », c’est-à-dire « intelligent, pervers, érotique, manipulateur, inventif, cruel, spirituel, libéré sexuellement et perpétuellement angoissé par la conscience de sa mort prochaine ». Comme ils le disent si bien.

Et nos deux « moutonnes », Corinne et Corinne, de perdre leur innocence débonnaire à cause de cette passion pour l’humanité. Le mouton noir (Elena Perez) devient cynique et cérébral, son comparse blanc (Lise Wittamer) enthousiaste mais nymphomane.
L’histoire absurde de ces deux animaux trop curieux donne lieu à une réflexion sur la condition de l’homme, la sauvagerie, le sexe et la vulgarité. Les deux personnages doivent constamment se remettre en question. Bien qu’ils ne deviendront jamais réellement humains, leur quête les transformera profondément.

S’il est exposé, le propos est malheureusement noyé sous un déluge de blagues et de pitreries en tout genre. On rit beaucoup, quelques répliques sont de véritables perles, mais cela dessert les moments plus introspectifs où l’émotion se déploie. Du coup, on se retrouve parfois dubitatif face à ce mélange détonnant de passages loufoques et dramatiques. L’avantage, c’est que le spectacle est tellement imprévisible qu’on se demande constamment ce que les deux actrices vont bien pouvoir inventer, au point que l’on reste scotché jusqu’au bout.

Malgré cela, on appréciera franchement l’originalité de la mise en scène. Mises en valeur par une configuration spécifique du foyer, les deux actrices épatent, jouent juste devant notre nez et n’hésitent pas à apostropher leur public ou à s’asseoir parmi les spectateurs. Cette proximité rend l’expérience encore plus prenante et permet aux actrices d’imposer plus facilement leur univers déjanté. Le plateau est juste à nos pieds, rempli d’objets incongrus et de matériaux qu’utilisent les personnages pour mettre le bordel sur scène.

Impossible de rester de marbre devant ces deux moutons barjots. On prend un malin plaisir à les voir déchirés entre leur nature animale et humaine. L’on adore quand ils salissent le plateau ou se foutent de notre tête. Vous ne vous endormirez pas en comptant ces moutons-là.

Thomas Dechamps

Théâtre la Balsamine


Avenue Félix Marchal, 1
1030 Schaerbeek