Les Monologues de la Marijuana de ARJ Barker, Doug Benson et Tony Camin

Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 26 novembre au 31 décembre 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.poche.be
info@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Les Monologues de la Marijuana de ARJ Barker, Doug Benson et Tony Camin

Les Monologues de la marijuana, de Arj Barker, Doug Benson et Tony Camin

4 ème REPRISE ! Du 26/11 au 31/12/2013 à 20h30
Mise en scène : Tilly - Assisté par Grégory Praet - Traduction de Xavier Mailleux
Avec : James Deano, Riton Liebman, Blaise Ludik
Scénographie : Olivier Wiame - Lumières : Xavier Lauwers - Costumes : Carine Duarte
Durée : 1h40
Dès : 16 ans

Que vous fumiez le chanvre à des fins thérapeutiques, que vous en fassiez des pulls, de la litière pour chat, de l’isolant thermique, des filets de pêche ou de bons petits plats, qui que vous soyez, ce spectacle est pour vous ! Les Monologues de la marijuana ont été joués à guichets fermés dès leur création en décembre 2011. Le spectacle fut d’emblée acclamé par le public et la presse. Il relate les situations quotidiennes que rencontrent les consommateurs de marijuana. Le « pour » et le « contre », les préjugés, les rites et rituels drolatiques.

Laissez nous un avis !

19 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Dimanche 4 novembre 2012, par Céline Brut

Priorité à la consommation !

Les voix de Cypress Hill et Bob Marley résonnent dans la salle du Théâtre de Poche pendant que le public s’installe. Tous les sièges sont occupés. Le titre de la pièce est évocateur : « Les monologues de la marijuana ». Un sujet audacieux pour trois comédiens, au talent certain, qui pourtant n’échapperons pas, entre autre chose, à énumérer un par un les stéréotypes de la fumette.

“We don’t need no thought control”, la célèbre phrase de Pink Floyd fait office d’ouverture de la séance. Trois artistes viennent s’installer sur leur tabouret respectif. Ils nous scrutent, nous regardent intensivement… et explosent de rire. S’ils sont sur scène, c’est pour « nous ouvrir les yeux » décrètent-ils. Ils ont fait le tour du monde et ont regroupés les expériences de nombreux fumeurs : leur fou rire, leur réjouissance mais aussi leur décadence. Ils vont tenter de mettre en exergue les bienfaits du cannabis.

L’exaltation, la légalisation et la décontraction sont les maitres mots de cet hymne à la marijuana. Fort de leur personnalité et de leur habileté d’interprétation, les trois humoristes arrivent à mener à bien leur mission et font découvrir à un public attentif une multitude de détails sur la vie des fumeurs. Ceux qui ne connaissent pas cet univers seront parfois étonnés, choqués peut-être, amusés certainement. Ceux qui sont passés par là, ou qui le vivent encore au jour d’aujourd’hui, se reconnaitrons dans leurs dires. Ils évoqueront « les casses couilles anti fumette », la législation excessive des Etats-Unis et bien sûr, le cannabis thérapeutique. Un jeu simple, sans trop d’immaturité et heureusement sans décor aux couleurs de la Jamaïque, auquel on aurait pu s’attendre.

Cependant, il y a un petit bémol. La pièce manque de profondeur. Ils parlent de légalisation mais n’évoquent pas de raisons concrètes pour l’autoriser… Ils parlent de dépendance, d’Amsterdam et même de relations amoureuses,… mais ne dépassent pas les clichés vu et revus dans d’innombrables sketchs déjà parus sur le sujet (par exemple celui de Denis Maréchal). Une apologie du hachisch qui semble refléter le parti pris des comédiens. Crier à tout bout de champ pendant 1h15 que la marijuana est un cadeau des dieux est un peu lassant. S’ils ont voulu faire du second degré, la sauce n’a pas bien pris. On reste donc un peu sur notre faim. On se demande s’ils sont réellement des fumeurs invétérés ou s’ils n’ont jamais fumé un joint, ce qui serait totalement absurde. Sont-ils en train de dénoncer ou de vénérer ? Chacun se forgera sa propre opinion sur la question.

Mais dans l’ensemble, cette pièce détend l’atmosphère et réunit un public hétéroclite intéressant. Les comédiens s’écartent des sentiers battus avec un humour « stonar entre l’humour noir, l’absurde, le 27 ème degré et la 4 ème dimension ». Une pièce à « consommer » qui ne nuira pas, elle, à votre santé !

Céline Brut

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles