Le Premier

Bruxelles | Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 14 au 30 mai 2015
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
+32 2 548 25 80

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 2

Le Premier

Cinq personnages dans une file d’attente. Chacun pour une raison particulière, avec un but déterminé, mais tous avec la même ambition : être le premier.

Manipulation, tricherie, séduction et détermination sans limites feront de ce huis clos contemporain une bagarre ultime où se mêlent les stratégies des « gagnants ».

D' Israël Horovitz
Mise en scène : Benoît Pauwels
Avec : Laura Noël, Maud Bauwens, Robin Van Dyck, Camille Pistone, Abel Tesch et Gabriel Almaer
Création Lumière : Gleb Panteleeff

Distribution

D' Israël Horovitz Mise en scène : Benoît Pauwels Avec : Laura Noël, Maud Bauwens, Robin Van Dyck, Camille Pistone, Abel Tesch et Gabriel Almaer Création Lumière : Gleb Panteleeff

Laissez nous un avis !

3 Messages

  • Le premier

    Le 18 mai 2015 à 10:32 par wonderland

    Spectacle un peu décevant malgré des comédiens qui se donnent à fond. L’idée de la file d’attente est chouette mais le texte n’est pas toujours à la hauteur. J’aurais aimé un peu plus d’humour, la situation s’y prêtait. Il y a aussi parfois un manque de rythme. Malgré tout, il y a de bonnes idées !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 26 mai 2015, par Catherine Sokolowski

Prems !

Au théâtre de l’absurde, « Le Premier » ne finira pas dernier ! La pièce maîtresse de l’oeuvre foisonnante d’Horovitz, mise en scène par Benoît Pauwels, s’intéresse au problème récurrent des files d’attente. « Si vous voulez être le premier, vous n’avez qu’à être le premier ! » ou alors… argumenter, se faufiler, marchander, manipuler, agresser, tricher, négocier, voire coucher ? Une heure d’échanges intenses et variés, bien loin de la morosité d’une file d’attente.

Rivalisant d’inventivité pour grappiller une place, cinq individus formant une queue n’ont progressivement plus qu’une idée : être le premier. Pour faire quoi ? Pour voir qui ? Pour aller où ? On ne le sait pas, l’important ne semble plus être là. Une file de cinq personnes, une seule place à l’avant, sauf si on inverse l’ordre de la queue, si on fait disparaître la file ou si on se hisse, discrètement, à la première place, stratégie choisie par l’aîné des protagoniste, le dénommé Dollan.

L’originalité de cette fable contemporaine repose aussi sur le caractère jovial des disputes qui ne disparaît jamais même au plus fort des échanges. Ainsi lorsque Arnall voit sa femme enlacer le jeune Flemming, il ne s’énerve pas. Habitué aux infidélités de Molly, il ne s’en émeut pas, il est prévenu « pas de surprises, pas de bobos ». Une « saloperie de soirée », comme dirait Dollan, qui pourtant passionne, car dans cette file, chacun se préoccupe de l’autre, une certaine justice règne le long de la ligne blanche, l’idée est d’être le premier mais par forcément au détriment des suivants.

Et puis, il y a les distractions apportées par Molly, la femme de Flemming, qui se donne à tout le monde, même si finalement, lucide, elle s’interroge : dans cette file, oui, bien sûr, on s’intéresse à elle, mais ailleurs, aurait-elle le même succès ?

Chaque comédien apporte sa petite touche à cette fable absurde et drôle, qui repose sur le jeu des acteurs, les dialogues, mais aussi, sur le langage corporel. Une scène de tango, magnifique (mais un peu courte), des scènes de lutte au ralenti, un requiem de Mozart, la pièce est riche, subtile et chaleureuse. On en vient à penser qu’il vaut mieux se battre pour la première place que s’ignorer. Un conseil, hâtez-vous, la ligne blanche débute déjà dans l’escalier !

Catherine Sokolowski

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles