Lundi 8 février 2016, par Dominique-Hélène Lemaire

Le galop effroyable des rhinocéros

Après « Le Roi se meurt » donné l’année dernière au Théâtre des Martyrs, Pietro Pizzuti nous a replongés avec « Rhinocéros » dans l’univers surréaliste et prémonitoire d’Ionesco. Un texte qui pourrait paraître obsolète mais qui semble avoir hélas gagné beaucoup en pertinence.

Avec la mise en scène fulgurante de Christine Delmotte, une experte de l’imaginaire, Pietro Pizzuti nous livre avec la compagnie Biloxi 48 une sublime interprétation du personnage de Bérenger, cet homme très ordinaire qui aime boire un coup de trop. Sans cris, sans violence, avec une retenue étonnante, alors qu’à l’intérieur la révolte de l’acteur fait rage.

Le texte est prémonitoire car dans notre monde qui avait tellement juré d’être meilleur, l’uniformisation des consciences ne cesse de progresser insidieusement : on pense, on parle, on s’habille, on rêve tout pareil. Et l’artiste, le seul à avoir encore quelque velléité de révolte - en vrai comme sur scène - se retrouve seul, devant une armée menaçante de rhinocéros. Et il ne se résigne pas !

Car cette pièce dénonce l’hystérie collective des foules. L’action se déroule dans une petite ville de province soudainement touchée par une épidémie étrange et inquiétante de rhinocérite : les habitants commencent un à un à se transformer en rhinocéros, « cette bête immonde » ! Un phénomène de métamorphose qui avait déjà affecté les malheureux compagnons d’Ulysse soumis au pouvoir de Circé. Si vous y réfléchissez un peu, le discours politique se rhinocérise à vue d’œil, il perd la tête et se répand avec bonheur au cœur d’une jungle moderne investie par la finance. D’ailleurs vous voyez encore des épiceries quelque part ?

Ionesco en profite pour couper court aux syllogismes et démontrer en passant que la logique est dangereuse et permet d’énoncer des vérités incohérentes telles que "Socrate est un chat". Rires. Une scène percutante et un admirable morceau de raillerie ! Tragique et absurde font excellent ménage. M. Papillon, Mme Bœuf, M. Dudard ne sont-ils pas déjà au bord de l’animalité ? Exquises interprétations des comédiens alertes et bien vivants... jusqu’à leur petite mort !

Contemplez l’allégorie : voilà les valeurs humanistes, si péniblement accréditées, piétinées par mille pachydermes en folie. Feu l’honnête homme, l’être pensant et aimant est en train de fondre et de se retrouver ligoté dans une armure de cuir vert-de-gris, le dos courbé comme un ouvrier de la mine, le regard égaré dans le sol au lieu de le tourner vers le ciel ! C’est l’érosion de l’être, que Pietro Pizzuti combat pied à pied, avec conviction, par le jeu du corps et du verbe, dans un crescendo dramatique très bien dosé.

Ami, entends-tu...?

Dominique-Hélène Lemaire