Le Paradoxe du tas

Bruxelles | Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 9 au 25 novembre 2017
Horaires
Tableau des horaires
Les Riches-Claires
Rue des Riches Claires, 24 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
02-548.25.80

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 2

Le Paradoxe du tas

Lundi-théâtre (6€) : le 13 novembre à 20h30
Deux représentations le mardi 14 novembre : à 14h et à 20h30
Tarif unique « Premier mardi » (6€) : le 14 novembre à 20h30

Bienvenue dans un immeuble bien singulier divisé en six espaces exigus, investi par six locataires hauts en couleur. Allégorie d’un monde où chacun veut maladroitement trouver sa place, mais où personne ne semble savoir comment faire. Ils se croisent, s’observent et se cherchent, mais malgré tout se ratent ; absurdité de l’humain confronté à tous ses paradoxes dans sa quête d’un meilleur vivre ensemble.

Distribution

Un spectacle du collectif Hold Up
Avec : Lucie Flamant, Anaïs Grandamy, Léa Le Fell, Paul Mosseray, Aline Piron et Esther Sfez
Scénographie : Cie Hold Up avec l’aide de Florence Lebeau et Rachel Lesteven
Décor : Tristan Grandamy
Création Lumières : Clara Pinguet
Visuel : Nicolas Janssens
Avec le soutien du Coop, d’Art et Vie, de Martin Roux, du Panach’Club, d’Escale du Nord et du Centre des Arts Scéniques.

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Le Paradoxe du tas

    Le 15 novembre à 16:12 par loulou

    Spectacle très sympa basé sur les relations que peuvent entretenir entre eux des locataires à la personnalité différente.
    Six jeunes comédiens prometteurs ;très bonne gestuelle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Dimanche 12 novembre 2017, par Jean Campion

Solitaire ou solidaire ?

Le collectif "Hold Up" (une douzaine de comédiens fraîchement sortis de l’I.A.D.) a pour ambition de "re-calquer la raison sur les rêves, pour qu’ils deviennent réalités possibles." Six membres de ce groupe se sont inspirés du "Paradoxe du tas" (énoncé par le philosophe grec Eubulide, au 4e siècle avant J.C.), pour mettre en valeur la responsabilité, que chacun a envers la communauté. Comme un grain unique forme déjà, à lui seul, un tas, un individu forme déjà, à lui seul, une foule. Aussi nos petits gestes du quotidien peuvent avoir la portée de grands mouvements de foule. Les six comédiens tentent de nous en persuader, par ce spectacle qui s’essouffle vite.

Sur la scène, six box attachés comme les boîtes de départ des courses hippiques. Chaque locataire vient prendre possession du sien, en boycottant le premier, sale et puant. C’est le lot réservé à la fille "qui passe à côté de tout". S’appuyant sur un comique avant tout visuel, de courtes séquences montrent la difficulté de dépasser le cloisonnement, de nouer un dialogue et de respecter chaque individu. On balaie devant sa porte, la poussière qu’on refile au voisin. Chercher son courrier, aménager son "chez soi", faire ses courses pourraient susciter des échanges. Pas question ! On préfère sa tour d’ivoire. Un égocentrisme battu en brèche par le gag d’une cascade de télescopages ou un vacarme absurde : l’utilisatrice d’une perceuse provoque des protestations tellement véhémentes qu’elle prie gentiment ses voisins de faire... un peu moins de bruit.

Cherchant la paix dans le yoga, une locataire se montre très distante. Inutile de l’aider à ranger ses réserves de coca. Pourtant, elle accepte de se rapprocher d’une fille mal dans sa peau. Mais ses conseils sont dérisoires. Et la déprimée appellera encore au secours. Cependant, des signes d’ouverture justifient l’optimisme des auteurs. Reliant les six appartements, un ricochet de sons traverse les cloisons pour entraîner les résidents dans un concert improvisé. Entre voisines, on s’offre fleur et carte postale. Et l’on se fait la courte échelle pour voler au secours d’une locataire en danger.

Décor parlant, musique allègre et gestuelle dynamique rendent l’entrée en matière séduisante. En voyant ces adeptes du cocooning décorer leur nid douillet, on s’attend à observer des relations sociales orageuses, qui révèleront leur personnalité. Intuition confirmée par les confidences d’une fille naïve et singulière. La vie ne l’a pas gâtée, mais elle l’embrasse avec le sourire. Malheureusement, c’est le seul personnage qui nous touche par sa sensibilité. Les cinq autres sont des pions qui illustrent des comportements. L’une est craintive, toujours sur ses gardes et sécurise sa porte par une chaîne. Une autre, passionnée de photo, rêve d’une idylle avec son voisin. Ces locataires anonymes, sans passé ni avenir, entretiennent des relations superficielles. Le spectateur les observe, avec l’impression souvent d’assister à des exercices d’art dramatique.

Gangrenée par un individualisme exacerbé, notre société cherche à retisser des rapports humains, par les réseaux sociaux. Hélas, ces traits d’union galvaudent souvent l’amitié et arment délateurs et harceleurs. On comprend que le collectif "Hold Up" ait voulu, par ce "Paradoxe du tas", "proposer des pistes pour faire de la "foule" un vecteur positif de cohésion sociale". Mais le manque de consistance des personnages, la maigreur des dialogues et l’absence de progression dramatique déforcent ce spectacle, qui reste inabouti.

Jean Campion

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles