Le Misanthrope (Hors-Les-Murs)

Saint-Josse-Ten-Noode | Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 27 septembre au 14 octobre 2017
Horaires
Tableau des horaires
StudioThor
Rue Saint-Josse, 49 1210 Saint-Josse-Ten-Noode
Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
02-732.25.98

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 2

Le Misanthrope (Hors-Les-Murs)

Au XVIIème siècle, les salons rassemblaient les coquets, les frivoles, les opportunistes et les arrivistes, mais aussi des artistes, tous gourmands d’existence et de reconnaissance sociales.

Au XXIème siècle, le mondain possède un compte Twitter, le hipster poste des photos sur Instagram, et la coquette tient salon sur son blog ou sur Facebook, Flickr, Tumblr…

Pour ce Misanthrope, l’Infini Théâtre fait entendre avec subtilité le texte original de Molière (quel plaisir !) ancré dans notre réalité actuelle. La superficialité des salons précieux de l’époque ne se retrouve-t-elle pas aujourd’hui dans la virtualité des réseaux sociaux ?

Alceste voudrait voir Célimène, lui parler, capter son attention, connaître ses sentiments. Mais comment contourner sa futilité ? Et surtout, comment la sous- traire, ne fût-ce qu’un instant, à la société virtuelle dont elle s’est faite reine à travers les écrans ? Accro aux réseaux sociaux, elle veut être admirée, recherchée, « likée »… à tout prix.

Distribution

Mise en scène : Dominique Serron
Distribution : Patrick Brüll ou Laurent Capelluto, Alexia Depicker, Vincent Huertas, François Langlois et Laure Voglaire
Vidéo : Abdel El Asri
Costumes : Chandra Vellut
Scénographie : Manon Meskens

Laissez nous un avis !

1 Message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mardi 10 octobre 2017, par Palmina Di Meo

Tournez manège !

Pour Dominique Serron, « Le misanthrope » est la plus marivaudesque des pièces de Molière et sa proposition le traduit à la perfection.

Le jeu est là, au centre de la scène, où le lit de la belle Célimène tournoie, dans sa cage rose, au rythme de l’humeur de ses « fans », telle une girouette aux quatre vents. C’est qu’elle cache bien son jeu. Coquette, elle ne cède rien lorsqu’elle dévoile sa vie sur son blog, s’amusant à entretenir la « virtualité » des sentiments. Celui qui est pris dans sa toile, c’est Alceste. Amoureux transi, épris de loyauté et de sincérité, il ne peut se plier au jeu social de l’hypocrisie et de la flatterie, ce qui lui vaut de récolter quelques misères au risque de retarder son explication avec Célimène qu’il souhaite demander en mariage... à condition qu’elle sacrifie sa vie mondaine pour lui vouer un amour exclusif.
Les alexandrins de Molière, légers, ludiques, n’enlève rien à la gravité du propos de Dominique Serron. Nos sociétés sont-elles déresponsabilisées, voire enfantines ? Le culte de l’instant, de l’image, de l’accès à l’autre par un « clic », les gadgets, tout cela peut-il tuer les valeurs d’honnêteté et de dignité ? L’écran va-t-il bouffer la vie ? L’angoisse de Célimène, est perceptible pourtant, filmée en gros plan depuis sur son smartphone. Alceste lui plait bien mais renoncer à son blog ? Trop cruel !
C’est la trouvaille de Dominique Serron, transposer les salons des précieuses sur le net. Le blog personnel devient une antichambre pour se rapprocher de la « lumière » : du roi au temps de Louis XIV, de la notoriété aujourd’hui, un subterfuge pour s’assurer un certain pouvoir social.
Avec une mise en scène dynamique, sur le mode du montage rapide, Dominique Serron pousse les comédiens dans l’urgence. Ils s’entrechoquent comme des pions sur un échiquier, surpris par les aléas du jeu.
Et nous nous surprenons à penser que Molière est bien vivant !

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek