La vraie vie d’Olivier Liron

Ixelles | Théâtre | Théâtre Varia

Dates
Du 24 avril au 5 mai 2018
Horaires
Tableau des horaires
Petit Varia
Rue Gray, 154 1050 Ixelles
Contact
http://www.varia.be
reservation@varia.be
02-640.35.50

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 5

La vraie vie d’Olivier Liron

Avec 6 victoires à son actif, Olivier Liron est le plus jeune « champion des champions » du célèbre jeu télévisé « Questions pour un champion ». Durant 4 mois, ce fils d’immigrés espagnols se sera soumis en secret à un entrainement quotidien intensif en s’essayant à toutes sortes de quizz en ligne, ou encore en apprenant par coeur les réponses à .... 240.000 questions !
C’est au cours d’un stage de théâtre que Douglas Grauwels rencontre Olivier Liron. Fasciné par le tempérament hors du commun du jeune homme et la charge poétique de ses récits, ils seront vite rejoints par la comédienne Emilie Flamant et le musicien Lawrence Williams. Un processus de création s’entame autour de la vraie vie d’Olivier Liron : éléments biographiques, textes dramatiques ou encore romans : Olivier Liron y joue son propre rôle et ses propres textes. Que cache sa soif obsessionnelle de connaissances ?
Olivier Liron part à la recherche de lui-même comme il partirait à la recherche d’un autre. Le spectacle, parsemé de fragments oniriques, où l’imaginaire, la musique, l’écriture et le mouvement ont toute leur place, fait des allers-retours entre l’intime et ce qu’on pourrait appeler l’extime à l’instar de Michel Tournier, c’est-à-dire cette projection dans le monde où l’on se découvre soi-même davantage que dans l’introspection. Mais... quelle est La vraie vie d’Olivier Liron ?

Distribution

CONCEPTION, JEU Olivier Liron, Emilie Flamant, Lawrence Williams | COMPOSITION MUSICALE Lawrence Williams | CHOREGRAPHIE Elik Niv | MISE EN SCENE Douglas Grauwels 

Laissez nous un avis !

4 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mardi 1er mai 2018, par Catherine Sokolowski

Métamorphose réussie

Olivier Liron a décidé d’étudier les réponses aux 240 000 questions qui pouvaient lui être posées par Julien Lepers dans « Questions pour un champion ». Cet exercice a porté ses fruits puisqu’il remporte plusieurs fois le titre et devient le plus jeune vainqueur de l’émission. Sur un rythme effréné, Oliver revit cette expérience sur scène, entrecoupant le récit de commentaires personnels sur le déroulement du jeu, la réaction des candidats ou encore l’attitude de Julien Lepers. En marge de cette performance, Olivier raconte sa vie avec beaucoup de poésie. Pour ce faire, il s’entoure d’une chanteuse lyrique (Pauline Sikiridji) et d’un musicien (Lawrence Williams), proposant quelques instants magiques qui contrastent beaucoup avec la description de l’expérience télévisée. Avec cette création originale et touchante, la carrière d’Olivier devrait résolument prendre un nouveau tournant.

Surdoué, le tout jeune vainqueur du jeu télévisé (25 ans à l’époque) n’a pas toujours eu la vie facile. A l’école, il est harcelé par les autres enfants qui ne semblent pas vivre sur la même planète. Très entouré par sa grand-mère espagnole Josefa, il étudie la littérature et l’histoire de l’art et lui promet de gagner « Questions pour un champion ». Viennent ensuite les mois durant lesquels il s’enferme pour étudier et finalement le succès attendu. Olivier a également enseigné à l’université, suivit des cours de comédie, créé des performances et publié un roman : « Danse d’atomes d’or ». L’ouvrage suivant, qui parlera de sa participation à « Questions pour un champion », devrait sortir au mois d’août.

Le spectacle comporte implicitement deux parties. La première, c’est le récit du jeu. La deuxième est beaucoup moins pragmatique, elle est faite de poésie, d’envolée lyrique, de musique et de narration littéraire. Comme il s’agit à 95% d’autobiographie, l’artiste donne beaucoup. Il évoque ses problèmes à l’école, les mois d’étude préparatoire, la participation au jeu, pour finalement arriver à l’art, l’écriture, la scène, et à travers cela l’épanouissement. Un parcours singulier mais une expérience positive.

En conclusion, un spectacle très personnel, imagé, musical, qui s’apparente à une performance. Dans la deuxième partie, quelques moments ésotériques - le débit est rapide et l’expression littéraire - contrastant nettement avec la première partie. Dans cette mise en scène de Douglas Grauwels, pas de décors, l’attention reste centrée sur le narrateur excepté pendant les très agréables intermèdes lyriques de Pauline Sikiridji accompagnée par Lawrence Williams. Une petite touche d’humour est apportée çà et là par Emilie Flamant qui a également participé à la mise en scène. Une sorte de récit initiatique dont l’apogée serait la création artistique, ce n’est pas pour nous déplaire. Pour vivre cette expérience, c’est maintenant !

Théâtre Varia


Rue du Sceptre, 78
1050 Ixelles